Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Pacte sur les migrations : l’Union européenne lève le voile

21 décembre 2018

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Pacte sur les migrations : l’Union européenne lève le voile

Pacte sur les migrations : l’Union européenne lève le voile

Le pacte sur des migrations « sûres, ordonnées et régulières » fait couler beaucoup d’encre. Opposant les réalistes qui y voient un socle juridique (les engagements des États signataires) et moral (les migrations inéluctables) et les diversitaires qui y voient un simple code symbolique non contraignant. L’Union européenne, par la voix de son Commissaire aux migrations Dimitris Avramopoulos (photo), vient de confirmer, dans une tonitruante tribune (Question d’Europe, n° 497, 17 décembre 2018) de la Fondation Robert Schumann, toutes les analyses des premiers. Revue de détail. Les mots soulignés sont de la rédaction.

Dimitris Avramopoulos, un personnage connu

Dim­itris Avramopou­los est Com­mis­saire européen chargé des migra­tions, des affaires intérieures et de la citoyen­neté depuis sep­tem­bre 2014, après une bril­lante car­rière poli­tique au sein du par­ti con­ser­va­teur grec Nou­velle Démoc­ra­tie. C’est ce sémil­lant (plus très) jeune homme que nous citions en mars 2018 dans un pre­mier arti­cle pour sa déc­la­ra­tion de mars 2017 où il annonçait l’arrivée organ­isée, sus­citée, encour­agée de 6 mil­lions d’immigrés en Europe :

« Dim­itri Avramopou­los, com­mis­saire européen aux Migra­tions et aux Affaires Intérieures, affir­mait de son côté à la Tri­bune de Genève en mars 2017 : « L’Europe va avoir besoin de 6 mil­lions d’immigrés. Nous allons ouvrir des bureaux (pour les per­mis de séjour) dans tous les pays de la rive sud de la Méditer­ranée et en Afrique de l’Ouest »

Quelques mois plus tard (décem­bre 2017), il ajoutait : « Nous ne pou­vons pas et ne pour­rons jamais arrêter l’immigration. Nous devons tous être prêts à accepter l’immigration, la mobil­ité et la diver­sité comme nou­velle norme et à adapter nos poli­tiques en con­séquence. C’est un impératif moral, mais aus­si économique et social pour notre con­ti­nent vieil­lis­sant » (Figaro Mag­a­zine, 22 décem­bre 2017, page 7). .

Le pacte vu par le responsable des migrations de l’U.E.

Sous le titre « Il est temps de con­stru­ire une poli­tique européenne d’immigration et d’asile pour l’avenir », le Com­mis­saire pré­cise que la migra­tion doit être « perçue comme un avan­tage pour notre économie et notre société. Nous devons recon­naître la migra­tion et la mobil­ité humaine comme faisant par­tie de notre his­toire et comme une réal­ité de notre avenir. »

Un peu plus loin il fait directe­ment référence au Pacte, nous citons « Nous savons tous que notre époque sera qual­i­fiée par les his­to­riens d’ère de la mobil­ité humaine. C’est la rai­son pour laque­lle nous devons nous efforcer de gér­er la ques­tion migra­toire à l’échelle mon­di­ale, en réduisant les migra­tions irrégulières mais aus­si en per­me­t­tant une migra­tion sûre et ordon­née qui sera l’intérêt de tous. L’adoption récente du Pacte mon­di­al pour une migra­tion sûre, ordon­née et légale a mar­qué une étape impor­tante à cet égard pour la coopéra­tion … Nous avons lancé un appel aux Etats mem­bres pour qu’ils améliorent les voies légales de migra­tion vers l’Europe ». ..Un peu avant il avait rap­pelé aux Etats « l’engagement poli­tique de coopér­er au niveau inter­na­tion­al ». On ne saurait être plus clair.

Budget triplé, contrôles levés et censures renforcées

Citons tou­jours : « Nous avons pro­posé de tripler le bud­get de l’Union Européenne relatif à ces dossiers cru­ci­aux pour attein­dre près de 35 mil­liards d’euros au cours des sept prochaines années ». Il est vrai que 5 mil­liards par ans ne seront pas de trop pour organ­is­er la migra­tion de 6 mil­lions (dans un pre­mier temps ?) d’extra-européens prévue par l’honorable Com­mis­saire en décem­bre 2017. Il ajoute d’ailleurs naïve­ment : « Nous pen­sons que le moment est venu de pren­dre des mesures pour lever les con­trôles aux fron­tières intérieures réin­tro­duits de manière tem­po­raire et rétablir pleine­ment Schen­gen ». Après l’attentat de Stras­bourg, les français apprécieront par­ti­c­ulière­ment.

Mais il faut aus­si faire taire les opposants, l’U.E. finance déjà un réseau européen de jour­nal­istes pour encour­ager des réflex­es posi­tifs sur l’immigration de masse. Le Com­mis­saire agite les ciseaux bien con­nus d’Anastasie en menaçant : dans ce con­texte « nous devons ériger un mur con­tre les forces pop­ulistes et nation­al­istes ». Ce mur est prévu dans l’article 17 du Pacte qui prévoit de pour­suiv­re les médias qui s’opposeraient à sa mise en vigueur. Mieux, c’est aus­si un mur d’argent car l’article 17 recom­mande gen­ti­ment de leur couper toute sub­ven­tion publique.

Dim­itris laisse point­er une sourde inquié­tude et un petit bout d’oreille sur les délais de mise en œuvre des mesures qu’il recom­mande pour accom­pa­g­n­er le Pacte. Il ne reste que quelques mois avant les élec­tions européennes de 2019, avec un risque élevé de pro­gres­sion des par­tis pop­ulistes, il faut donc faire vite. « Nous avons une petite fenêtre d’opportunité devant nous, et nous ne pou­vons pas la laiss­er se fer­mer. Il n’y a pas de temps à per­dre ». Autrement dit et en ter­mes directe­ment poli­tiques : sai­sis­sons l’occasion de la sig­na­ture du Pacte par une majorité d’États de l’U.E. pour faire vot­er en cati­mi­ni et illi­co presto toutes les mesures néces­saires pour accélér­er les migra­tions extra européennes « sûres et régulières ». Char­mant Dim­itris…

L’article com­plet de la Fon­da­tion Robert Schu­mann se trou­ve ici (PDF).

Crédit pho­to : Euro­pean Defense Agency via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.