Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
European data journalism network : un grossiste en politiquement correct subventionné par la Commission européenne

9 octobre 2018

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | European data journalism network : un grossiste en politiquement correct subventionné par la Commission européenne

European data journalism network : un grossiste en politiquement correct subventionné par la Commission européenne

Connaissez-vous l’« European data journalism network » (EDJN) ? Peut-être pas. Ce ne serait pas étonnant compte tenu de sa vocation : alimenter les médias en contenu. Nous avions présenté brièvement en juillet 2017 une partie de la politique de l’UE « en faveur du journalisme ». Nous avons voulu en savoir plus.

L’objet de ce réseau est présen­té sur son site : « Le Réseau européen de data jour­nal­isme est une plate­forme indépen­dante d’ac­tu­al­ité basée sur les don­nées sur les affaires européennes. (…). Elle vise à fournir aux médias européens et au-delà des infor­ma­tions et des con­tenus fiables et rigoureux et une assis­tance tech­nique, et à fournir au pub­lic des out­ils édi­to­ri­aux de qual­ité pour mieux com­pren­dre l’Eu­rope ».

Les membres

Par­mi la ving­taine de mem­bres de ce réseau, on compte 2 titres français, Ouest-France (en dif­fi­culté) et Alter­na­tives Économiques. Autant le mag­a­zine économique a un tirage con­fi­den­tiel, autant le quo­ti­di­en région­al a une audi­ence impor­tante. Ouest-France exerce une sorte de mag­istère moral dans l’ouest de la France, avec une ligne édi­to­ri­ale pro-insti­tu­tions européennes et pro-migrants.

La ligne éditoriale de la plateforme

La « plate­forme » ali­mente en con­tenu plusieurs médias, qui peu­vent piocher dans sa base doc­u­men­taire. Les dif­férentes rubriques sont classées sous forme de sec­tions.

Pre­mier éton­nement, les prin­ci­pales préoc­cu­pa­tions des français pour les élec­tions européennes – l’immigration, le ter­ror­isme, l’emploi, selon un sondage LCP-Har­ris Inter­ac­tive – n’y fig­urent pas.

On trou­ve par con­tre dif­férentes rubriques con­sen­suelles dédiées à l’environnement, la cul­ture et loisirs, la sci­ence et l’innovation, l’économie, etc.

Dans la sec­tion Jus­tice et sécu­rité, peu fournie (2 arti­cles), aucun arti­cle n’est con­sacré au ter­ror­isme. Ce qui ne manque pas d’étonner compte tenu du car­ac­tère trans­frontal­ier des atten­tats qu’ont con­nu de nom­breux pays européens (France, Bel­gique, Alle­magne, Grande Bre­tagne, etc…). On apprend par con­tre que « l’Europe n’est pas un endroit sûr pour les jour­nal­istes ». On ne saura pas si l’Europe est un lieu sûr pour…les Européens.

La sec­tion Société est une des plus fournies. Plusieurs arti­cles sont dédiés aux minorités (religieuses, eth­niques, sur le marché du tra­vail et le marché de l’emploi). Des minorités qui seraient en butte à des obsta­cles et dis­crim­i­na­tions de toutes sortes. Ain­si, selon une étude du Pew Research Cen­ter (améri­cain), « les musul­mans ont été la prin­ci­pale cible du har­cèle­ment de la part des par­tis poli­tiques nation­al­istes ».

Dans un autre arti­cle, il est indiqué que mal­gré « l’in­flu­ence gran­dis­sante des mou­ve­ments et des par­tis poli­tiques racistes  » en Europe, « la xéno­pho­bie est plutôt en recul dans les villes ».

L’article à ce sujet, qui est un résumé d’une enquête menée par la Com­mis­sion européenne, ne nous indique pas quels sont les par­tis poli­tiques « racistes ». Un terme expédi­tif et diffamant très prob­a­ble­ment util­isé pour qual­i­fi­er des par­tis poli­tiques opposés à l’immigration mas­sive voulue par la Com­mis­sion Européenne. Une insti­tu­tion dont un de ses mem­bres assène que « l’immigration est la « nou­velle norme ». « L’Europe va avoir besoin de 6 mil­lions d’immigrés », affir­mait Dim­itris Avramopou­los, com­mis­saire européen aux migra­tions en mars 2017 égale­ment à la Tri­bune de Genève.

On ne trou­ve par con­tre pas un mot dans la rubrique société sur l’essor du rad­i­cal­isme islamique dans les dif­férents pays européens, dont la France. Le phénomène n’est peut-être pas assez con­sen­suel et terni­rait sans doute les ori­en­ta­tions pro-immi­gra­tion de la plate­forme.

La sec­tion Migra­tion est une col­lec­tion de pon­cifs en faveur de l’ouverture des fron­tières. L’immigration qui explose en France, comme le démon­tre une récente enquête de Valeurs actuelles ? Un mirage selon l’EDJN. « La “crise des migrants” est avant tout poli­tique ». L’explication ? « En fait, elle a été engen­drée par une mau­vaise ges­tion poli­tique ».

Un autre arti­cle, d’Alternatives Économiques cette fois, veut nous con­va­in­cre que le mirage d’une immi­gra­tion «  de masse » pour s’installer sur le Vieux Con­ti­nent « ne résiste pas aux chiffres ». Puisque l’on vous dit qu’il s’agit unique­ment d’une per­cep­tion erronée et de mal­adress­es politi­ci­ennes…

Le repli com­mu­nau­taire qui est vis­i­ble dans la rue ? L’assimilation est freinée car « les immi­grés sur les marchés du tra­vail européens sont sys­té­ma­tique­ment désa­van­tagés, en fonc­tion notam­ment de leur pays d’o­rig­ine ». Pas un mot par con­tre sur le con­texte de chô­mage de masse et la moin­dre qual­i­fi­ca­tion des pri­mo-arrivants par rap­port aux nationaux.

On aura com­pris qu’entre les ori­en­ta­tions alter­mon­di­al­istes d’Alternatives économiques et de cen­tre gauche ten­dance Delors de Ouest France, il y a suff­isam­ment de con­ver­gences (en faveur de l’immigration, des insti­tu­tions européennes) pour met­tre en com­mun du con­tenu. Arti­cle après arti­cle se des­sine une vision assez binaire avec d’un côté des par­tis poli­tiques « racistes » et « nation­al­istes » en pro­gres­sion, des patrons qui ne recru­tent pas mas­sive­ment les nou­veaux venus aux postes les plus qual­i­fiés et des migrants qu’il faut accueil­lir en masse et qui ne deman­dent qu’à s’insérer. Une vision en phase avec celle de la Com­mis­sion européenne.

Une insti­tu­tion qui sub­ven­tionne à hau­teur de 975 000 euros l’EDJN, peut-on lire sur son site. Un sou­tien par­mi d’autres aux médias con­formes aux ori­en­ta­tions poli­tiques des bureau­crates européens, comme nous le soulignions déjà l’année dernière.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision