Accueil | Actualités | Médias | Désinformation sur la Russie : l’AFP recadrée par une agence suisse
Pub­lié le 6 janvier 2017 | Éti­quettes : ,

Désinformation sur la Russie : l’AFP recadrée par une agence suisse

Ayant repris, un peu hâtivement, une information douteuse du Washington Post, l'AFP a semble-t-il profité de l’occasion pour diaboliser la Russie.

Le 31 décembre 2016 au soir, l'agence publiait en effet une dépêche intitulée « Des hackers russes ont piraté un fournisseur d'électricité américain ». En vérité, cette dépêche s'appuyait uniquement sur un article du Washington Post dans lequel le quotidien américain affirmait que la compagnie d'électricité Burlington Electric avait été victime d'un piratage organisé par des hackers russes.

Malheureusement pour l'Agence France Presse, il s'avère que le Washington Post s'était un peu trop vite emballé. Au final, la Burlington Electric a simplement reçu, comme tous les opérateurs fédéraux, une note du Département de la sécurité intérieure américaine à propos d'un « malware ». Après vérification, la compagnie n'a retrouvé la trace de ce logiciel espion que sur un seul ordinateur, non-connecté au réseau. Pas de quoi sonner le tocsin...

N'ayant pas recoupé ses sources et se basant sur un seul article du Post, l'AFP a donc rapidement payé les conséquences de sa précipitation (intéressée ?). Sur Twitter, l'agence de presse suisse Romandie a interpellé l'AFP « en tant que client » pour lui demander de « stopper (ses) diffusions de fake news US relatives à des pseudos piratages russes ».

Mis face à ses erreurs, l'AFP a bel et bien rectifié ses informations, mais en reportant la faute sur le Washington Post et malheureusement sans présenter des excuses...

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This