Accueil | Actualités | Médias | Derrière la reprise de Nice-Matin par ses salariés, l’ombre de Bernard Tapie
Pub­lié le 11 novembre 2014 | Éti­quettes : ,

Derrière la reprise de Nice-Matin par ses salariés, l’ombre de Bernard Tapie

C'est dans une ambiance tendue que le tribunal de commerce de Nice (Alpes-Maritimes) a attribué, vendredi 7 novembre, le quotidien régional à un groupe de salariés porteurs d'un projet de reprise sous forme de SCIC (société coopérative d'intérêt collectif).

En effet, des CRS avaient été déployés à la sortie du tribunal afin de réprimer tout éventuel mouvement de mécontentement de la part des salariés de Nice-Matin regroupés dans l'attente de la décision. Des salariés qui ont d'ailleurs vu dans cette présence policière un mauvais présage avant de laisser éclater leur joie à l'annonce du choix du tribunal.

Trois projets de reprise étaient en effet en concurrence. La SCIC des salariés était porteuse de celui qui préservait le plus grand nombre d'emplois, plus de 85% des postes étant sauvegardés. Dans un contexte de grande précarisation de l'emploi, cet argument a certainement largement pesé dans la décision des juges.

Mais la SCIC a également bénéficié de l'apport d'un allié, Bernard Tapie, qui apporte 8 des 14 millions d'euros de financements rassemblés par les salariés. L'homme d'affaires controversé est déjà l'actionnaire principal du quotidien voisin La Provence. En échange de ce soutien, Bernard Tapie va prendre le contrôle du quotidien insulaire Corse-Matin. Par ailleurs, c'est l'un de ses proches, Robert Namias, qui devrait être placé à la tête du nouveau directoire de Nice-Matin. Le coup de pouce de Bernard Tapie au « projet social d'intérêt général » défendu par les salariés du titre est donc très loin d'être désintéressé.

Crédit photo : DR

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This