Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Derrière la reprise de Nice-Matin par ses salariés, l’ombre de Bernard Tapie

11 novembre 2014

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Derrière la reprise de Nice-Matin par ses salariés, l’ombre de Bernard Tapie

Derrière la reprise de Nice-Matin par ses salariés, l’ombre de Bernard Tapie

C’est dans une ambiance tendue que le tribunal de commerce de Nice (Alpes-Maritimes) a attribué, vendredi 7 novembre, le quotidien régional à un groupe de salariés porteurs d’un projet de reprise sous forme de SCIC (société coopérative d’intérêt collectif).

En effet, des CRS avaient été déployés à la sor­tie du tri­bunal afin de réprimer tout éventuel mou­ve­ment de mécon­tente­ment de la part des salariés de Nice-Matin regroupés dans l’at­tente de la déci­sion. Des salariés qui ont d’ailleurs vu dans cette présence poli­cière un mau­vais présage avant de laiss­er éclater leur joie à l’an­nonce du choix du tri­bunal.

Trois pro­jets de reprise étaient en effet en con­cur­rence. La SCIC des salariés était por­teuse de celui qui préser­vait le plus grand nom­bre d’emplois, plus de 85% des postes étant sauve­g­ardés. Dans un con­texte de grande pré­cari­sa­tion de l’emploi, cet argu­ment a cer­taine­ment large­ment pesé dans la déci­sion des juges.

Mais la SCIC a égale­ment béné­fi­cié de l’ap­port d’un allié, Bernard Tapie, qui apporte 8 des 14 mil­lions d’eu­ros de finance­ments rassem­blés par les salariés. L’homme d’af­faires con­tro­ver­sé est déjà l’ac­tion­naire prin­ci­pal du quo­ti­di­en voisin La Provence. En échange de ce sou­tien, Bernard Tapie va pren­dre le con­trôle du quo­ti­di­en insu­laire Corse-Matin. Par ailleurs, c’est l’un de ses proches, Robert Namias, qui devrait être placé à la tête du nou­veau direc­toire de Nice-Matin. Le coup de pouce de Bernard Tapie au « pro­jet social d’in­térêt général » défendu par les salariés du titre est donc très loin d’être dés­in­téressé.

Crédit pho­to : DR

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.