Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Copinage : quand Benalla, Ferrand, Pécresse et d’autres se retrouvent au JDD

3 décembre 2018

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Copinage : quand Benalla, Ferrand, Pécresse et d’autres se retrouvent au JDD

Copinage : quand Benalla, Ferrand, Pécresse et d’autres se retrouvent au JDD

L’entre soi exclusif, le copinage systématique en cercle (très) fermé, le sens de la caste, les retrouvailles d’un monde hors sol, tels sont les reproches que font les gilets jaunes – et bien d’autres – à une bonne partie du petit monde journalistique. L’anniversaire fêtant les 70 ans du JDD (Journal du Dimanche) est une parfaite illustration de ce mélange des genres, comme nous l’apprend Marianne du 28 novembre 2018.

Petite sauterie entre soi

Tel est le sous-titre de notre con­frère. Il y a peu d’endroits où Valérie Pécresse se retrou­ve avec Arnaud Mon­te­bourg, où la direc­trice de Clos­er papote avec Sarkozy, où François Barouin frater­nise avec l’équipe Lagardère. Encore plus char­mant on pou­vait y voir Alexan­dre Benal­la en grande con­ver­sa­tion avec Richard Fer­rand. Peut-être un nou­v­el emploi pour le gen­til Alexan­dre auprès du non moins gen­til Richard ? La France d’en haut ne laisse pas tomber les copains.

Les quelque part contre les nulle part

On y retrou­vait aus­si un cer­tain Marc Francelet, l’inspirateur du plan de com­mu­ni­ca­tion d’Alexandre Benal­la. Le com­mu­ni­cant jurait (sans rire) ses grands dieux que Benal­la était là « par hasard ».

Illus­tra­tion in vivo de la frac­ture qu’a iden­ti­fié l’écrivain bri­tan­nique David Good­hart (The Road to Some­where, C.Hurst éd., non traduit, 2017) entre les gens qui sont de « quelque part » et ceux qui sont de « nulle part ». Un cock­tail parisien dans un grand jour­nal rassem­ble des « any­where », ceux qui sont hors sol, gag­nants par KO (con­tre les « quelque part ») de la mon­di­al­i­sa­tion. Ils ont des car­rières floris­santes, habitent les meilleurs quartiers des grandes métrop­o­les, vivent au mieux la société de marché, revendiquent la « société ouverte » chère à George Soros qui leur garan­tit domes­tic­ité extra européenne et salaires bon marché. Ils méprisent de plus en plus ouverte­ment les par­tic­i­pants des man­i­fes­ta­tions pop­u­laires, vécues comme une con­tes­ta­tion des priv­ilèges qui leur sont dus. Il n’est pas cer­tain que ce genre de réu­nion soit à même de combler le fos­sé gran­dis­sant entre les jour­nal­istes et les médias d’un côté et la masse du pub­lic de l’autre. Les gilets jaunes pour­raient y voir un nou­v­el exem­ple de copinage ; un copinage offi­ciel, exposé, sans ver­gogne et qui exas­père.

L’article complet de Marianne.

https://www.marianne.net/politique/alexandre-benalla-sarkozy-darmanin-ferrand-70-ans-jdd?_ope=eyJndWlkIjoiZjI4MDYyNGFiZmZkM2I3N2U4Mz

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : première audience le 7 octobre 2020

L’Observatoire du journalisme (OJIM), créé en 2012 par Claude Chollet et quelques amis, rentre dans sa neuvième année d’existence. En 230 portraits publiés, 30 infographies et plus de 4500 articles nous n’avions eu — jusqu’à présent — aucune plainte en justice. À la suite d’un article de 2018 où nous parlions du groupe Lagardère et de manière incidente sur deux lignes du porte-parole du groupe, Monsieur Ramzi Khiroun, ce dernier a porté plainte pour « injures publiques ». La première audience est fixée au 7 octobre 2020 à 13h30. Lire la suite

 

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.