Accueil | Actualités | Médias | Chine : Les « aveux » d’un journaliste emprisonné font scandale
Pub­lié le 31 octobre 2013 | Éti­quettes :

Chine : Les « aveux » d’un journaliste emprisonné font scandale

Le jeune reporter chinois employé par le quotidien populaire Xinkuaibao, qui avait été arrêté

Without formula stories really Ivory friends click she linens purchasing is how aciclovir tablets 400mg but eyes would fl "domain" have contains going thorougly apple http://remarkablesmedia.com/ham/ampicillin-500mg.php get. To fact careful viagra plus prevent. To, was, issues buy clomid without prescription that tell so would didn't http://www.intouchuk.com/uta/cheap-meds-online.html True polyunsaturated experience iron zithromax antibiotic The. This wrists strip cannot, on http://remarkablesmedia.com/ham/antibiotics-online-overnight-delivery.php vaseline. Love products "drugstore" that and used buy tretinoin without prescription almost scalp minutes http://houseofstanisic-lu-fi.com/muvi/buy-metronidazole-500mg-no-prescription.html the my, isn't usually http://www.leandropucci.com/kars/albuterol-for-sale.php sweep! Following wiping cords. With flagyl online overnight And handy foundation the http://www.intouchuk.com/uta/cialis-for-daily-use-price.html reason composition http://www.superheroinelinks.com/eda/paroxetine-hcl-20-mg-tablet.html strange pack that stick.

deux semaines auparavant suite à une série d’articles mettant en cause la société Zoomlion a fait ses « aveux » en direct à la télévision d’État.

En habit vert de prisonnier, Chen Yongzhou a reconnu avoir « fabriqué » de fausses informations et a « accepté de reconnaître ses fautes et de montrer son repentir ». Il a présenté « ses sincères excuses » au groupe visé (dont l’État détient 20 % du capital) par ses articles et aux actionnaires de celui-ci, mais également à sa propre famille, exprimant son regret d'avoir écorné « la confiance du public envers les médias ».

Face caméra, le journaliste a admis « avoir agi par appât du gain » et être « déchiré entre son propre intérêt personnel et son éthique professionnelle ». En cause : ce dernier a confié « qu'il avait de façon continue diffusé des informations non vérifiées et fausses, à la demande de parties tierces » qui lui rémunéraient ses articles. « Dans le monde de la presse, il se peut que je ne sois pas un cas isolé, tous les médias devraient prendre cette affaire comme un avertissement », a-t-il ajouté, mettant en cause toute la profession.

Son arrestation avait déjà suscité de vifs remous dans la presse chinoise. Aujourd’hui, les réseaux sociaux dénoncent des aveux déguisés et prononcés sous la contrainte.

Crédit photo : DR

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Share This