Accueil | Actualités | Médias | Changement de nom d’Alexandre Benalla : Alexis Orsini (20 Minutes) se ridiculise
Pub­lié le 17 septembre 2018 | Éti­quettes : ,

Changement de nom d’Alexandre Benalla : Alexis Orsini (20 Minutes) se ridiculise

N’est pas journaliste d’investigation qui veut. Alexis Orsini, auto-proclamé chasseur de fake news d’extrême-droite™ chez 20 Minutes, en a fait les frais. Il a publié un long article pour expliquer qu'Alexandre Benalla n’avait pas fait franciser son nom depuis Lahcene Benahlia. Peu après, BFM a fait une enquête plus fouillée et a prouvé qu’Alexandre Benalla s’appelait en réalité… Marouane.

Une source mystérieuse

Et pourtant Alexis Orsini était sûr de son coup : « Contactée, une source proche de l’Élysée confirme à 20 Minutes : « [Alexandre Benalla] s’appelle vraiment Alexandre Benalla et n’a pas d’autre identité ». On comprend mieux comment Alexandre Benalla a pu se mettre au service du président malgré toutes ses zones d’ombre, et comment l’Élysée s’est ridiculisé en essayant d’abord de planquer l’affaire Benalla, puis en le couvrant. Il y a clairement un problème de compétences à un certain niveau de l’Élysée… si toutefois cette source existe bien…

Alexandre Benalla ou Marouane Benalla s’est entre temps distingué par des réactions à l’emporte pièce sur ceux qui auraient le front de vouloir l’auditionner.

BFM de son côté a fait une enquête plus fouillée… et révélé qu’Alexandre Benalla s’appelait Maroine (Marouane) son père était docteur en chimie et sa mère maître auxiliaire étudiante, tous deux nés au Maroc, à Douar Khellad pour le père, Berrechid pour la mère. Il a donc fait franciser son prénom. Geste d’intégration ou volonté de rompre avec son passé ? À la justice d’y voir plus clair.

Quant à Alexis Orsini, il pourra s’en retourner à l’étude de Harrisson Ford dont il a fait paraître une biographie (Harrison Ford, l’acteur qui ne voulait pas être une star, éd. Dunod 2017) et à sa communauté sur les mangas de Naoki Urasawa fondée fin 2005, la Base secrète. Ou revenir à l’école de journalisme de Grenoble dont il est diplômé. Ses stages à Corse Matin, au service Pixels du Monde, et son travail à Numerama ne semblent pas lui avoir servi à grand chose...

Photo : capture d'écran vidéo "séminaire de l’erg 2013 : Alexis Orsini" (Viméo)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This