Accueil | Actualités | Médias | Changement de nom d’Alexandre Benalla : Alexis Orsini (20 Minutes) se ridiculise
Pub­lié le 17 septembre 2018 | Éti­quettes : ,

Changement de nom d’Alexandre Benalla : Alexis Orsini (20 Minutes) se ridiculise

N’est pas journaliste d’investigation qui veut. Alexis Orsini, auto-proclamé chasseur de fake news d’extrême-droite™ chez 20 Minutes, en a fait les frais. Il a publié un long article pour expliquer qu'Alexandre Benalla n’avait pas fait franciser son nom depuis Lahcene Benahlia. Peu après, BFM a fait une enquête plus fouillée et a prouvé qu’Alexandre Benalla s’appelait en réalité… Marouane.

Une source mystérieuse

Et pourtant Alexis Orsini était sûr de son coup : « Contactée, une source proche de l’Élysée confirme à 20 Minutes : « [Alexandre Benalla] s’appelle vraiment Alexandre Benalla et n’a pas d’autre identité ». On comprend mieux comment Alexandre Benalla a pu se mettre au service du président malgré toutes ses zones d’ombre, et comment l’Élysée s’est ridiculisé en essayant d’abord de planquer l’affaire Benalla, puis en le couvrant. Il y a clairement un problème de compétences à un certain niveau de l’Élysée… si toutefois cette source existe bien…

Alexandre Benalla ou Marouane Benalla s’est entre temps distingué par des réactions à l’emporte pièce sur ceux qui auraient le front de vouloir l’auditionner.

BFM de son côté a fait une enquête plus fouillée… et révélé qu’Alexandre Benalla s’appelait Maroine (Marouane) son père était docteur en chimie et sa mère maître auxiliaire étudiante, tous deux nés au Maroc, à Douar Khellad pour le père, Berrechid pour la mère. Il a donc fait franciser son prénom. Geste d’intégration ou volonté de rompre avec son passé ? À la justice d’y voir plus clair.

Quant à Alexis Orsini, il pourra s’en retourner à l’étude de Harrisson Ford dont il a fait paraître une biographie (Harrison Ford, l’acteur qui ne voulait pas être une star, éd. Dunod 2017) et à sa communauté sur les mangas de Naoki Urasawa fondée fin 2005, la Base secrète. Ou revenir à l’école de journalisme de Grenoble dont il est diplômé. Ses stages à Corse Matin, au service Pixels du Monde, et son travail à Numerama ne semblent pas lui avoir servi à grand chose...

Photo : capture d'écran vidéo "séminaire de l’erg 2013 : Alexis Orsini" (Viméo)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

23% récolté
Nous avons récolté 450€ sur 2.000€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Téléchargez l’application

L'Ojim sur iTunes Store