Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Censure : le ministre allemand de la justice préconise un durcissement contre Telegram

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

19 décembre 2021

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Censure : le ministre allemand de la justice préconise un durcissement contre Telegram

Censure : le ministre allemand de la justice préconise un durcissement contre Telegram

Temps de lecture : 2 minutes

Le ministre fédéral de la Justice, Marco Buschmann (FDP), a annoncé qu’il prendrait des mesures contre le service de messagerie Telegram avec plus de sévérité. Des menaces contre le Premier ministre de Saxe, Michael Kretschmer (CDU), avaient récemment fait surface, lors de discussions de groupe, venant d’opposants à la politique concernant le Corona sur Telegram

Air connu du « contre la haine »

« Cer­tains mem­bres du mou­ve­ment dit « des penseurs latéraux » ont depuis longtemps quit­té le cadre de la Loi fon­da­men­tale », a déclaré le min­istre au Réseau édi­to­r­i­al Alle­magne (RND). « Il est clair pour moi que notre État de droit doit pren­dre des mesures déci­sives con­tre ces crimes haineux », a encore déclaré Buschmann. Les réseaux soci­aux sont tenus de respecter les exi­gences de la loi sur les réseaux qui s’ap­pliquent égale­ment aux ser­vices de messagerie.

L’Of­fice fédéral de la jus­tice mène actuelle­ment deux procé­dures con­tre Telegram pour violations.

L’un des enjeux poli­tiques majeurs du futur proche est de créer un « cadre juridique con­va­in­cant et uni­forme à l’échelle européenne » pour les réseaux soci­aux. Au cours de l’an­née à venir, les délibéra­tions sur la loi dite « sur les ser­vices numériques » devraient entr­er dans la phase déci­sive. « Ces con­sul­ta­tions sont haute­ment pri­or­i­taires pour le nou­veau gou­verne­ment fédéral », a de plus souligné le ministre.

Le SPD en pointe pour la censure

La prési­dente du SPD (n.d.t. : par­ti social­iste), Sask­ia Esken, appelle égale­ment à des pour­suites judi­ci­aires con­tre Telegram en cas de men­aces de meurtre et de vio­lence. « Les groupes du ser­vice de mes­sagerie ne sont ni secrets ni fer­més », a‑t-elle déclaré au Réseau édi­to­r­i­al Alle­magne RND. « La police et le min­istère pub­lic doivent pour­suiv­re cette tâche de manière plus cohérente, dans le but aus­si d’empêcher des actions sub­ver­sives telles que la ten­ta­tive de pren­dre d’as­saut le bâti­ment du Reich­stag en août 2020, qui avait été ouverte­ment annon­cée sur Inter­net », a‑t-elle encore déclaré. Le nou­veau gou­verne­ment fédéral se préoc­cu­pera davan­tage de savoir dans quelle mesure des rad­i­caux de droite ont infil­tré cer­tains groupes de Telegram ou en utilisent afin « d’ex­ploiter une posi­tion cri­tique sur les mesures con­cer­nant le coro­na dans cer­taines par­ties de la pop­u­la­tion pour eux-mêmes et pour rad­i­calis­er les gens », a par ailleurs annon­cé la prési­dente des socialistes.

Source : Junge Frei­heit, 10/12/2021. Tra­duc­tion : AC