Accueil | Actualités | Médias | Caricatures de Taubira : Minute condamné, Miège relaxé
Pub­lié le 19 septembre 2015 | Éti­quettes :

Caricatures de Taubira : Minute condamné, Miège relaxé

Condamné à 10 000 euros d'amende en première instance le 30 octobre 2014, l'hebdomadaire Minute a vu sa peine confirmée en appel ce jeudi 17 septembre.

Jean-Marie Molitor, le directeur de la publication du journal satirique, était poursuivi pour « injure raciale » après une couverture représentant la ministre de la Justice, Christiane Taubira, avec le titre : « Maligne comme un singe, Taubira retrouve la banane. » Dans son arrêt, la cour a considéré que « le droit à l'humour et à la satire dont se prévaut Jean-Marie Molitor ne saurait permettre, sous couvert de jeu de mots, de véhiculer un poncif raciste conduisant à assimiler les personnes de couleur à des primates ».

Et de poursuivre en estimant que « l'intention délibérée du journal n'est nullement de pratiquer la dérision, mais bien au contraire de banaliser la portée raciste ». Pour le vice-président de l'association « antiraciste » Maison des potes, Samuel Thomas, cette « victoire » renforce la détermination de son association à « agir sans relâche contre l’extrême-droite raciste et xénophobe ». D'ailleurs, outre cette amende, M. Molitor a été condamné à verser 2 000 euros de dommages et intérêts et 1 500 euros de frais de procédure à la Ligue des droits de l'Homme ainsi qu'à Maison des potes.

Malgré cette atteinte à l’esprit « Charlie » bien vite oublié (mais il est vrai que celui-ci est exclusivement réservé à la satire d'extrême-gauche), une bonne nouvelle est toutefois ressortie de ce jugement en appel : le dessinateur David Miège a été relaxé.

Poursuivi pour un dessin (paru dans le même numéro) représentant un singe se plaignant d'avoir été « caricaturé en Madame Taubira », le dessinateur encourait une amende de 2 000 euros. Saisie par un appel du parquet, la cour a confirmé la relaxe qui avait déjà été prononcée en octobre. Sur son site, Miège a salué la « ténacité » et « l'efficacité » de son avocat, Me Jérôme Triomphe.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

19% récolté
Objec­tif : avril 2019 ! Nous avons récolté 375,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux