Accueil | Actualités | Médias | Bouygues débouté en appel face au Canard Enchaîné
Pub­lié le 1 juin 2014 | Éti­quettes : , ,

Bouygues débouté en appel face au Canard Enchaîné

Le groupe Bouygues a été débouté mercredi dernier, 28 mai, de ses poursuites contre Le Canard Enchaîné.

Dans un article du 7 décembre 2011, l'hebdomadaire satirique revenait sur la construction du projet Balard (appelé également « Pentagone français »), projet immobilier dont le chantier a été confié à Bouygues et qui permettrait de regrouper sur un même site les différents services du ministère de la Défense. « L'ami Bouygues a raflé un marché de 3,5 milliards pour construire et entretenir le nouveau ministère de la Défense. Mais de vilains soupçons de "corruption" et de "favoritisme" viennent gâcher la fête », écrivait le Canard.

Suite à ce papier, Bouygues réclamait 9 millions d'euros au journal. En mars 2012, le groupe industriel, propriétaire de TF1, avait été débouté et avait fait appel. Lors d'une audience en février 2014, le Canard Enchaîné a défendu son enquête qui n'évoquait que des « soupçons ». Dans son jugement, la cour a validé les sources du Canard et a estimé qu'il était normal, par « déduction logique », que les doutes portent sur Bouygues, seul attributaire du chantier.

Aussi, elle a conclu que l'information relevait de l'« intérêt général ». Bouygues a donc été débouté une seconde fois, condamné aux dépens et à payer 5 000 au journal pour autres frais. « La cour considère que nous sommes de bonne foi, que nous avons fait une enquête sérieuse », s'est félicité Me Comte, l'avocat de l'hebdomadaire satirique.

Il s'est également réjoui que la cour reconnaisse qu'il était « possible de ne pas citer ses sources mais qu'une enquête pouvait être sérieuse dès lors que d'autres éléments confirmaient ce que disent vos sources ».

Voir notre infographie du Canard Enchaîné

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux