Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Dans les médias, le bilan très critique du quinquennat d’Emmanuel Macron

17 avril 2022

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | Veille médias | Dans les médias, le bilan très critique du quinquennat d’Emmanuel Macron

Dans les médias, le bilan très critique du quinquennat d’Emmanuel Macron

17 avril 2022

Temps de lecture : 5 minutes

La fin du quinquennat présidentiel d’Emmanuel Macron est l’occasion de voir quel bilan en font des médias de diverses tendances. Des journalistes et des experts se sont, chacun dans leur spécialité, livrés à cet exercice. Nous faisons une revue de presse subjective de ces états des lieux souvent sans concession.

Sécurité

Sur le site du Figaro, l’avocat et prési­dent du Cen­tre de Réflex­ion sur la Sécu­rité Intérieure, Thibaut de Mont­br­i­al, fait le con­stat du « bilan très alar­mant d’Emmanuel Macron » en matière de sécurité.

Dans Poli­tique mag­a­zine, Aris­tide Renou passe égale­ment en revue l’évolution de la délin­quance sous Macron et con­state la « pour­suite d’un délite­ment » : aug­men­ta­tion des homi­cides et ten­ta­tives d’homicides (+42%), des coups et blessures volon­taires (+38%), des vio­lences sex­uelles (+90%), etc.

C’est donc sans sur­prise que Le Point nous apprend que la majorité des Français a une per­cep­tion néga­tive de l’action du gou­verne­ment en la matière.

Lutte contre l’islamisme

Si le jour­nal Mar­i­anne relève dans un arti­cle sur le « vrai bilan d’Emmanuel Macron » un cer­tain volon­tarisme en matière de lutte con­tre l’islamisme, il en souligne les nom­breuses limites.

L’ancien Frère musul­man Mohamed Louizi y con­sacre égale­ment un long arti­cle sur son blog. Il détaille les carences dans l’action du gou­verne­ment, notam­ment à l’occasion de l’une de ses dernières ini­tia­tives en date : la réor­gan­i­sa­tion de l’islam de France en y asso­ciant… des islamistes !

Immigration

Peut-on sérieuse­ment pré­ten­dre lut­ter con­tre l’islamisme alors que l’immigration d’origine afro-musul­mane a été sous le quin­quen­nat d’Emmanuel Macron d’une rare ampleur ? Telle est la ques­tion posée dans un arti­cle du site Polémia qui con­state, chiffres à l’appui, que l’immigration extra-européenne a été beau­coup plus impor­tante sous Macron que pen­dant les man­dats de ses prédécesseurs. On y apprend notam­ment que si le nom­bre de deman­des d’asile a explosé pen­dant le quin­quen­nat d’Emmanuel Macron, les déboutés et plus large­ment les étrangers en sit­u­a­tion irrégulière se main­ti­en­nent ultra majori­taire­ment sur le ter­ri­toire français, compte tenu de l’effondrement du nom­bre des éloignements.

Sans sur­prise, le con­stat l’Observatoire de l’immigration et de la démo­gra­phie est le même : l’immigration pour­suit son accéléra­tion. « Alors qu’en 2007, env­i­ron 171 000 pre­miers titres de séjour étaient délivrés à des immi­grés non européens/extérieurs à l’e­space économique européen (EEE), ce nom­bre devrait attein­dre 271 000 en 2021 selon l’es­ti­ma­tion du Min­istère de l’In­térieur ».

Économie

Sur Mar­i­anne TV, le député LR Olivi­er Mar­leix est très cri­tique vis-à-vis de l’action d’Emmanuel Macron en matière d’économie : « Panne de la redis­tri­b­u­tion, pri­vati­sa­tions, dis­pari­tion de fleu­rons indus­triels… Pour ce sarkozyste fer­vent, c’est le bilan d’une 2e gauche en bout de course ».

Médi­a­part souligne que « la bonne san­té de l’emploi s’explique avant tout par l’explosion de l’apprentissage, sub­ven­tion­né à plein par le gou­verne­ment ».

Une bonne san­té toute rel­a­tive au regard des chiffres de Pôle Emploi repris par Le Monde qui font appa­raitre 5,6 mil­lions de chômeurs (caté­gories A, B, C).

Dans Le Figaro, en octo­bre 2021, Arnaud Mon­te­bourg égrène les pertes de sou­veraineté de la France et les échecs indus­triels sous le man­dat d’Emmanuel Macron : Alstom, Lafarge, Alca­tel, Tech­nip, Essilor et Suez et le prochain c’est Engie (à délo­calis­er). Mais il est vrai que c’était avant son appel à vot­er Emmanuel Macron au sec­ond tour de la prési­den­tielle. 

En avril 2022, la fin de la mise sous per­fu­sion de nom­breuses entre­pris­es se fait sen­tir : La Tri­bune nous informe que « le nom­bre de défail­lances d’en­tre­pris­es a bon­di de 34,6% entre le pre­mier trimestre 2021 et le pre­mier trimestre 2022 ». 

Finances publiques

Et si l’une des expli­ca­tions du bilan pas si cat­a­strophique d’Emmanuel Macron en matière d’économie était le résul­tat de l’injection mas­sive de liq­uid­ités, au prix d’une aug­men­ta­tion con­sid­érable de la dette de l’Etat ?

Peu de médias font un con­stat aus­si tranché. Toute­fois, BFMTV ne peut que soulign­er qu’« en cinq ans, la dette aura donc aug­men­té de 700 mil­liards d’eu­ros ». Mais le média très Macron-com­pat­i­ble s’empresse de dis­culper Emmanuel Macron : « Le résul­tat d’un “quoi qu’il en coûte” (qui était) prob­a­ble­ment inévitable et d’ailleurs approu­vé par la Cour des Comptes ». Cela en dépit du fait que les mag­is­trats aient pointé une aug­men­ta­tion de la dette indépen­dam­ment des mesures pris­es dans le cadre de la crise sanitaire.

France Cul­ture tente de faire les comptes : « 100 mil­liards de dépens­es en plus, hors crise, est-ce cela le bilan ? Gilles Car­rez, autre député Répub­li­cain de la Com­mis­sion des finances dit 50 mil­liards ».

L’article en ligne sur le site de la radio rap­pelle des engage­ments du can­di­dat Emmanuel Macron (qui) « promet­tait de financer les baiss­es d’impôt par des économies de dépense. Promesse tenue pour les baiss­es d’im­pôt, ce qui creuse la dette (113% du PIB désor­mais) et ce n’est pas (que) la faute du covid ».

Diplomatie

Le 17 jan­vi­er 2022 sur Sud Radio, les jour­nal­istes Chris­t­ian Ches­not et Georges Mal­brunot don­nent leurs expli­ca­tions sur « pourquoi le Prési­dent sor­tant a échoué à remet­tre la diplo­matie française au pre­mier rang ». « Emmanuel Macron veut redonner un peu de cohérence, de force, être dis­rup­tif ». Pour­tant, les ini­tia­tives diplo­ma­tiques français­es sont sans lende­main. Spé­ciale­ment au Moyen-Ori­ent et au Maghreb (Bey­routh, Alger, etc…).

Le site d’information Elu­cid est encore plus sévère : nous seri­ons en présence de « 5 ans d’échec diplo­ma­tique ». Marc Endeweld a la dent aus­si dure sur Blast en évo­quant dans une vidéo « Emmanuel Macron ou la géopoli­tique du désas­tre ».

Libertés publiques

Dans un inter­view au site Atlanti­co, le col­lec­tif La Brède souligne que « la cri­tique de l’action d’Emmanuel Macron en matière de lib­ertés publiques a été absente du débat prési­den­tiel chez ses adver­saires ». Son con­stat est sans appel : « Au mépris des lib­ertés publiques (droit de man­i­fester, lib­erté de con­sen­te­ment en san­té, sub­or­di­na­tion de jouir de lib­ertés à un « passe ») s’est ajouté le mépris des droits du Par­lement ». Mais la charge la plus féroce con­cerne la ges­tion de la crise san­i­taire : « La ges­tion san­i­taire du pou­voir aura stupé­fait par le matraquage de l’empilement de lois, ordon­nances et décrets, brouil­lon sur la méth­ode, et les atteintes les plus inouïes depuis la crise d’Algérie aux lib­ertés indi­vidu­elles ou col­lec­tives, lib­er­ti­cide sur le fond ».

Dans un arti­cle qui date un peu (novem­bre 2020), le site Con­tre­points estime, avec de nom­breux exem­ples à l’appui, que Macron a un rap­port lib­er­ti­cide à la lib­erté : « . Emmanuel Macron ampute con­scien­cieuse­ment nos lib­ertés publiques au nom… de la défense des valeurs des démoc­ra­ties libérales ! ». On ne peut s’empêcher à la fer­me­ture récente et inique des médias RT France et Sput­nik.

Politique sanitaire

En dépit d’une actu­al­ité par­ti­c­ulière­ment chargée pen­dant les 5 dernières années, le bilan de la poli­tique san­i­taire d’Emmanuel Macron et du gou­verne­ment est assez peu fréquem­ment abor­dé dans les médias de grand chemin. Et pour­tant, il y a de la matière : l’enfermement de la pop­u­la­tion pen­dant de nom­breuses semaines, la sup­pres­sion de capac­ités hos­pi­tal­ières, le dérem­bourse­ment de l’homéopathie, le passe san­i­taire lim­i­tant l’accès à des lieux publics, les énormes carences dans la poli­tique de préven­tion des crises épidémiques, etc… Les motifs d’insatisfaction ne man­quent pas pour de nom­breux Français. Plusieurs médias s’en font l’écho :

Tout en ron­deur, 20 Min­utes dresse un « bilan mit­igé » du quin­quen­nat de Macron en matière de san­té préventive.

Le site d’information médi­cale Ego­ra se veut factuel en pas­sant en revue les promess­es d’Emmanuel Macron dans le domaine san­i­taire. Dans un reg­istre très engagé poli­tique­ment, le site d’extrême gauche Le Vent se Lève tente de décrire com­ment « Macron a sac­ri­fié la san­té des Français ». C’est évidem­ment un bilan à charge, où se mêlent infor­ma­tions et opinions.

Enfin, de nom­breux médias ont fait un bilan général, thème par thème, de l’action d’Emmanuel Macron et du gou­verne­ment pen­dant les 5 dernières années, comme celui qui vient d’être pub­lié dans les colonnes de Valeurs actuelles, et moins récem­ment par Médi­a­part, Le Figaro, Front pop­u­laire, etc. .

Pen­dant ce temps, l’opposante d’Emmanuel Macron au sec­ond tour de l’élection prési­den­tielle, Marine Le Pen, ne pou­vant se pré­val­oir de l’exercice du pou­voir, ce n’est pas son bilan qui est cri­tiqué. Mais les procès d’intention vont bon train : l’Obs bran­dit le risque de « déclencher l’équiv­a­lent de 48 000 Hiroshi­ma sur une grande par­tie des États-Unis, de la Russie, de la Chine, de l’Afrique − et sur l’Eu­rope » si Marine Le Pen est élue, un effet bombe.

Comme le relate Le Parisien, Gérald Dar­manin évoque le risque de la mort… des pau­vres en cas d’élection de la can­di­date du RN. Rien que ça… À ce stade de diva­ga­tions, on attend avec impa­tience l’information selon laque­lle la can­di­date à l’élection prési­den­tielle mange des chats à son petit déje­uner… L’artillerie lourde sem­ble s’être mise en bran­le, et sans mesure…

Pho­to : ©FNMF/N. MERGUI. Source : flickr.com, licence : Attri­bu­tion-Non­Com­mer­cial-NoDerivs 2.0 Gener­ic (CC BY-NC-ND 2.0)

Voir aussi

Cet article GRATUIT vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés