Accueil | Actualités | Médias | Bernard Tapie patron de presse : premiers pas
Pub­lié le 18 mars 2013 | Éti­quettes : , ,

Bernard Tapie patron de presse : premiers pas

Bernard Tapie a fait, le 12 mars dernier, ses premiers pas comme nouveau patron des journaux du groupe Hersant, en rencontrant les salariés de Nice matin.

« Les attentes étaient nombreuses. Elles ont été déçues », commente Le Figaro. En effet, « il n'a donné aucune indication sur son projet ou sur ses intentions au niveau des effectifs », raconte un journaliste du quotidien. Pas d'annonce pour le moment. Il faudra donc attendre quinze jours, et une nouvelle rencontre avec les salariés, pour que le nouvel homme de presse précise son « plan de développement », une fois connu les résultats de l'audit de Patrick Le Lay. On note cependant que des « ajustements » sont à prévoir, sans « remise en cause générale », du moins pour le quotidien niçois. Cherchant à rassurer la rédaction, Bernard Tapie a précisé, dans un entretien dans les colonnes mêmes de Nice matin : « je n'interviendrai jamais sur l'éditorial ».

A Marseille, l'arrivée de l'ancien patron de l'OM a été un peu différente, si l'on en croit Renaud Revel. « Devant ses employés, l'homme d'affaires esquisse des pistes pour l'avenir de l'entreprise. Notamment celle du multimédia », annonçant également l'arrivée de son fils Laurent Tapie, dans le groupe.

On savait que Bernard Tapie voulait diversifier les activités du journal. Il a précisé son intention devant les salariés de La Provence, évoquant plusieurs pistes, dont le rachat de crédit et les écoles de formation, « l'une de ses idées phare de la fin des années 1980 ». Du côté de la rédaction, les réactions semblent assez mitigées. Le directeur, Philippe Minard, a d'ailleurs annoncé qu'il démissionnait.

Source : Nice matin / Le Figaro / L'Express

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This