Accueil | Actualités | Médias | Bernard Tapie patron de presse : premiers pas
Pub­lié le 18 mars 2013 | Éti­quettes : , ,

Bernard Tapie patron de presse : premiers pas

Bernard Tapie a fait, le 12 mars dernier, ses premiers pas comme nouveau patron des journaux du groupe Hersant, en rencontrant les salariés de Nice matin.

« Les attentes étaient nombreuses. Elles ont été déçues », commente Le Figaro. En effet, « il n'a donné aucune indication sur son projet ou sur ses intentions au niveau des effectifs », raconte un journaliste du quotidien. Pas d'annonce pour le moment. Il faudra donc attendre quinze jours, et une nouvelle rencontre avec les salariés, pour que le nouvel homme de presse précise son « plan de développement », une fois connu les résultats de l'audit de Patrick Le Lay. On note cependant que des « ajustements » sont à prévoir, sans « remise en cause générale », du moins pour le quotidien niçois. Cherchant à rassurer la rédaction, Bernard Tapie a précisé, dans un entretien dans les colonnes mêmes de Nice matin : « je n'interviendrai jamais sur l'éditorial ».

A Marseille, l'arrivée de l'ancien patron de l'OM a été un peu différente, si l'on en croit Renaud Revel. « Devant ses employés, l'homme d'affaires esquisse des pistes pour l'avenir de l'entreprise. Notamment celle du multimédia », annonçant également l'arrivée de son fils Laurent Tapie, dans le groupe.

On savait que Bernard Tapie voulait diversifier les activités du journal. Il a précisé son intention devant les salariés de La Provence, évoquant plusieurs pistes, dont le rachat de crédit et les écoles de formation, « l'une de ses idées phare de la fin des années 1980 ». Du côté de la rédaction, les réactions semblent assez mitigées. Le directeur, Philippe Minard, a d'ailleurs annoncé qu'il démissionnait.

Source : Nice matin / Le Figaro / L'Express

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux