Accueil | Actualités | Médias | Balkany confisque la caméra d’un journaliste de BFMTV
Pub­lié le 5 février 2014 | Éti­quettes :

Balkany confisque la caméra d’un journaliste de BFMTV

À l’approche des élections municipales à Levallois, les époux Balkany sont dans le collimateur de la justice, soupçonnés, une fois de plus, de s’être enrichis en détournant des fonds publics.

Dans ce climat tendu, Isabelle Balkany se contente de refuser d’aborder le sujet. « Je ne sais même pas de quoi vous parlez. Nous, nous sommes concentrés sur la campagne à Levallois », déclare-t-elle devant la caméra de BFMTV. Mais son mari est un brin plus remonté par ces histoires. Interrogé sur le sujet, celui-ci s’agace rapidement et invite les journalistes de la chaîne à quitter sa permanence : « Ça fait trente ans que j'ai la même maison ! Vous tombez de l'armoire ? Alors Monsieur, j'ai fini de vous parler, maintenant vous pouvez sortir et quitter ma permanence. Cassez-vous ! »

Les soutiens de Patrick Balkany applaudissent, le journaliste sort du bâtiment, mais le maire UMP de Levallois revient à la charge et va jusqu’à confisquer la caméra. « Tirez-vous ! Je la garde... Je garde la caméra ! Je la garde parce que vous nous faites chier », lance-t-il alors que ses proches tentent de le calmer. Caméra en main, il s’isole dans une pièce pour tenter de l’éteindre. Celle-ci enregistre toujours et on peut entendre l’homme politique déclarer : « Je vais lui enlever son... Ça tourne, je vais lui enlever ! »

« Pas aujourd'hui, pas maintenant ! Quel gâchis ! », peut-on également entendre. Quelques minutes plus tard, Isabelle Balkany ira rendre la caméra au journaliste de BFMTV en s’excusant pour cet incident…


A Levallois, Balkany s'énerve et confisque la... par BFMTV

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This