Accueil | Actualités | Médias | Balkany confisque la caméra d’un journaliste de BFMTV
Pub­lié le 5 février 2014 | Éti­quettes :

Balkany confisque la caméra d’un journaliste de BFMTV

À l’approche des élections municipales à Levallois, les époux Balkany sont dans le collimateur de la justice, soupçonnés, une fois de plus, de s’être enrichis en détournant des fonds publics.

Dans ce climat tendu, Isabelle Balkany se contente de refuser d’aborder le sujet. « Je ne sais même pas de quoi vous parlez. Nous, nous sommes concentrés sur la campagne à Levallois », déclare-t-elle devant la caméra de BFMTV. Mais son mari est un brin plus remonté par ces histoires. Interrogé sur le sujet, celui-ci s’agace rapidement et invite les journalistes de la chaîne à quitter sa permanence : « Ça fait trente ans que j'ai la même maison ! Vous tombez de l'armoire ? Alors Monsieur, j'ai fini de vous parler, maintenant vous pouvez sortir et quitter ma permanence. Cassez-vous ! »

Les soutiens de Patrick Balkany applaudissent, le journaliste sort du bâtiment, mais le maire UMP de Levallois revient à la charge et va jusqu’à confisquer la caméra. « Tirez-vous ! Je la garde... Je garde la caméra ! Je la garde parce que vous nous faites chier », lance-t-il alors que ses proches tentent de le calmer. Caméra en main, il s’isole dans une pièce pour tenter de l’éteindre. Celle-ci enregistre toujours et on peut entendre l’homme politique déclarer : « Je vais lui enlever son... Ça tourne, je vais lui enlever ! »

« Pas aujourd'hui, pas maintenant ! Quel gâchis ! », peut-on également entendre. Quelques minutes plus tard, Isabelle Balkany ira rendre la caméra au journaliste de BFMTV en s’excusant pour cet incident…


A Levallois, Balkany s'énerve et confisque la... par BFMTV

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

36% récolté
Objec­tif : févri­er 2019 ! Nous avons récolté 720,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux