Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Attentats : un reportage de M6 jugé trop cru par le ministère de l’Intérieur

18 novembre 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Attentats : un reportage de M6 jugé trop cru par le ministère de l’Intérieur

Attentats : un reportage de M6 jugé trop cru par le ministère de l’Intérieur

Diffusé dimanche soir, un reportage de M6 sur les attentats du 13 novembre montre des scènes assez crues, ce qui n’a pas été du goût de tout le monde.

C’est au détour d’un banal reportage sur le quo­ti­di­en des pom­piers qu’une équipe de la chaîne s’est retrou­vée embar­quée avec les sec­ours jusqu’au restau­rant La Belle Équipe, dans le 11ème arrondisse­ment de Paris, où elle a pu filmer le car­nage.

Des cadavres, des blessés, des per­son­nes ter­ror­isées… les images sont dures. S’éti­rant sur une dizaine de min­utes, la séquence a fait réa­gir les réseaux soci­aux, cer­tains s’of­fusquant, d’autres la salu­ant.

Au min­istère de l’In­térieur, on juge que « le reportage est vio­lent et a été dif­fusé trop tôt ». « Les vic­times n’étaient pas toutes iden­ti­fiées et cer­taines familles étaient encore dans l’attente. Le doc­u­ment pou­vait porter atteinte à la dig­nité des per­son­nes. Il n’était pas oppor­tun de le dif­fuser si tôt », a expliqué un porte-parole au Monde.

Mais pour Vin­cent Rég­nier, directeur des mag­a­zines d’in­for­ma­tion de M6, la « valeur infor­ma­tive » des images était trop grande pour retarder la dif­fu­sion. « Il y avait toute­fois deux con­di­tions : ne pas porter atteinte à l’enquête et à la dig­nité des per­son­nes », a‑t-il estimé, ajoutant avoir soumis au préal­able les images aux pom­piers qui n’ont rien trou­vé à redire.

Cepen­dant, le min­istère reste sur ses posi­tions, et regrette égale­ment la dif­fu­sion d’un autre reportage, sur TF1, se réser­vant le droit de pour­suiv­re les chaînes en jus­tice. De son côté, le CSA n’a relevé « aucun man­que­ment », la chaîne ayant flouté les vis­ages des per­son­nes. Un réex­a­m­en n’est toute­fois pas exclu.

Mal­gré la polémique, Vin­cent Rég­nier assure qu’« en sit­u­a­tion de guerre, ce doc­u­ment est un éclairage glaçant mais poignant de ce que Paris a vécu ven­dre­di soir ».

Crédit pho­to : cap­ture d’écran vidéo 66 Min­utes

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision