Accueil | Actualités | Médias | Attentats : un reportage de M6 jugé trop cru par le ministère de l’Intérieur
Pub­lié le 18 novembre 2015 | Éti­quettes : , ,

Attentats : un reportage de M6 jugé trop cru par le ministère de l’Intérieur

Diffusé dimanche soir, un reportage de M6 sur les attentats du 13 novembre montre des scènes assez crues, ce qui n'a pas été du goût de tout le monde.

C'est au détour d'un banal reportage sur le quotidien des pompiers qu'une équipe de la chaîne s'est retrouvée embarquée avec les secours jusqu'au restaurant La Belle Équipe, dans le 11ème arrondissement de Paris, où elle a pu filmer le carnage.

Des cadavres, des blessés, des personnes terrorisées... les images sont dures. S'étirant sur une dizaine de minutes, la séquence a fait réagir les réseaux sociaux, certains s'offusquant, d'autres la saluant.

Au ministère de l'Intérieur, on juge que « le reportage est violent et a été diffusé trop tôt ». « Les victimes n’étaient pas toutes identifiées et certaines familles étaient encore dans l’attente. Le document pouvait porter atteinte à la dignité des personnes. Il n’était pas opportun de le diffuser si tôt », a expliqué un porte-parole au Monde.

Mais pour Vincent Régnier, directeur des magazines d'information de M6, la « valeur informative » des images était trop grande pour retarder la diffusion. « Il y avait toutefois deux conditions : ne pas porter atteinte à l’enquête et à la dignité des personnes », a-t-il estimé, ajoutant avoir soumis au préalable les images aux pompiers qui n’ont rien trouvé à redire.

Cependant, le ministère reste sur ses positions, et regrette également la diffusion d'un autre reportage, sur TF1, se réservant le droit de poursuivre les chaînes en justice. De son côté, le CSA n'a relevé « aucun manquement », la chaîne ayant flouté les visages des personnes. Un réexamen n'est toutefois pas exclu.

Malgré la polémique, Vincent Régnier assure qu'« en situation de guerre, ce document est un éclairage glaçant mais poignant de ce que Paris a vécu vendredi soir ».

Crédit photo : capture d'écran vidéo 66 Minutes

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

19% récolté
Objec­tif : avril 2019 ! Nous avons récolté 375,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux