Accueil | Actualités | Médias | Attentat de Nice : BFM censure-t-elle les contre-vérités d’Alain Marschall ?
Pub­lié le 18 août 2016 | Éti­quettes : ,

Attentat de Nice : BFM censure-t-elle les contre-vérités d’Alain Marschall ?

Quelques heures à peine après l’attentat de Nice le 14 juillet dernier, le politiquement correct a désespérément tenté de déconnecter la tuerie de la piste musulmane.

On a pu ainsi entendre en direct le journaliste de BFM Alain Marschall commenter l’attentat :

« C’est un déséquilibré façon German Wings ou tuerie d’Orlando ultra mal dans sa peau… Je ne vois pas Daesh là-dedans et je ne vois pas l’État Islamique. »

Quelques heures plus tard Daesh revendiquait l’attentat…

Cette vidéo, reproduite sur le compte d'un utilisateur de la plateforme YouTube n'est plus disponible suite à une récente réclamation pour « atteinte aux droits d'auteur » soumise par NextRadioTV - BFM. Des centaines d'autres vidéos de BFM sont pourtant toujours en ligne sur YouTube sans qu'aucune forme de réclamation ne soit intervenue en plusieurs mois. De là à parler de réclamation sélective...

Cette vidéo est encore disponible ici.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

19% récolté
Objec­tif : avril 2019 ! Nous avons récolté 375,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux