Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Attaqué par Canal+, BeIN Sports défend sa stratégie

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

25 octobre 2013

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Attaqué par Canal+, BeIN Sports défend sa stratégie

Attaqué par Canal+, BeIN Sports défend sa stratégie

Temps de lecture : 2 minutes

Jugée « potentiellement irrationnelle économiquement », la chaîne qatarie BeInSport a été attaquée en justice par Canal+ pour « concurrence déloyale ». Interrogé par Le Figaro, Yousef al-Obaidly, le directeur général de la chaîne sportive qui revendique 1,5 millions d’abonnés en 18 mois d’existence, a tenu à défendre sa stratégie.

« Canal proclame que nous ne dépen­dons que des poches pro­fondes de notre action­naire. Mais nous pou­vons prou­ver devant la jus­tice que tout ce que nous faisons en ter­mes de coût d’ac­qui­si­tion et de recrute­ment d’abon­nés est totale­ment jus­ti­fié. Nous démon­trerons que nous avons une approche raisonnable de l’ac­tiv­ité », a‑t-il annon­cé. « On a beau­coup dit que notre entrée sur le marché français allait faire flam­ber les prix des droits sportifs. Mais c’est faux. Nous avons par­ticipé aux enchères de la Ligue 1 en 2011 et le prix a bais­sé de 14%. Nous n’avons jamais surenchéri sur les droits de la Ligue 1 comme Canal l’a fait en 2005 », pour­suit-il.

Rap­pelant que BeIn­Sport a fait « le plus gros effort de recrute­ment » en France depuis 5 ans, avec 300 per­son­nes employées, M. al-Obaid­ly a insisté sur le fait que le poten­tiel de la chaîne « dépen­dra essen­tielle­ment du niveau d’abon­nés que nous aurons à cette péri­ode et non pas des poches pro­fondes de notre actionnaire ! »