Accueil | Actualités | Médias | Arrestation de deux journalistes français en Papouasie
Pub­lié le 10 août 2014 | Éti­quettes :

Arrestation de deux journalistes français en Papouasie

C'est parce qu'ils voulaient couvrir, pour la chaîne de télévision Arte, un conflit méconnu et oublié que deux journalistes français ont été arrêtés par la police indonésienne.

Thomas Dandois et Valentine Bourrat ont en effet été placés en détention alors qu'ils entamaient un reportage sur les rebelles séparatistes papous. Lors de leur arrestation, ils se trouvaient en compagnie de trois membres du Mouvement de la Papouasie libre (OPM), une organisation en lutte contre le pouvoir indonésien accusé d’exploiter les Papous. La région où vivent les Papous est en effet dotée d'un sol très riche en ressources naturelles et est l'objet de nombreuses convoitises. L'OPM accuse ainsi l'armée indonésienne, fortement corrompue, de persécuter et d'exploiter la population Papoue au profit de grands groupes miniers ou spécialisés dans la coupe et le commerce du bois.

Les autorités indonésiennes justifient cette arrestation par le fait que les journalistes sont entrés sur leur sol avec des visas de tourisme et effectuaient donc un « travail illégal ». Dans ce genre de situation, les journalistes étrangers sont généralement rapidement expulsés.

« Nous sommes en contact constant avec eux, nous sommes en relation avec le ministère indonésien des Affaires étrangères et la police, à la fois à Jakarta et en Papouasie », a indiqué l’ambassade de France.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This