Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Arrestation de deux journalistes français en Papouasie

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

10 août 2014

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Arrestation de deux journalistes français en Papouasie

Arrestation de deux journalistes français en Papouasie

Temps de lecture : 2 minutes

C’est parce qu’ils voulaient couvrir, pour la chaîne de télévision Arte, un conflit méconnu et oublié que deux journalistes français ont été arrêtés par la police indonésienne.

Thomas Dan­dois et Valen­tine Bour­rat ont en effet été placés en déten­tion alors qu’ils enta­maient un reportage sur les rebelles séparatistes papous. Lors de leur arresta­tion, ils se trou­vaient en com­pag­nie de trois mem­bres du Mou­ve­ment de la Papouasie libre (OPM), une organ­i­sa­tion en lutte con­tre le pou­voir indonésien accusé d’exploiter les Papous. La région où vivent les Papous est en effet dotée d’un sol très riche en ressources naturelles et est l’ob­jet de nom­breuses con­voitis­es. L’OPM accuse ain­si l’ar­mée indonési­enne, forte­ment cor­rompue, de per­sé­cuter et d’ex­ploiter la pop­u­la­tion Papoue au prof­it de grands groupes miniers ou spé­cial­isés dans la coupe et le com­merce du bois.

Les autorités indonési­ennes jus­ti­fient cette arresta­tion par le fait que les jour­nal­istes sont entrés sur leur sol avec des visas de tourisme et effec­tu­aient donc un « tra­vail illé­gal ». Dans ce genre de sit­u­a­tion, les jour­nal­istes étrangers sont générale­ment rapi­de­ment expulsés.

« Nous sommes en con­tact con­stant avec eux, nous sommes en rela­tion avec le min­istère indonésien des Affaires étrangères et la police, à la fois à Jakar­ta et en Papouasie », a indiqué l’ambassade de France.

Vidéos à la une