Accueil | Actualités | Médias | Aris Papathéodorou, directeur artistique au Monde et ferme soutien des antifas
Pub­lié le 17 avril 2018 | Éti­quettes : , , ,

Aris Papathéodorou, directeur artistique au Monde et ferme soutien des antifas

Personne ou presque personne ne connaît le nom d’Aris Papathéodorou, directeur artistique du quotidien Le Monde depuis 2011. Rien d’étonnant à cela, le rôle du directeur artistique est de s’effacer derrière son œuvre. Plus surprenant (ou pas, c’est selon) de constater que l’ami Aris est la cheville ouvrière des réseaux communément appelés antifas, en théorie ennemis du Capital mais bien souvent son faux nez obligeant. Analyse.

Anonymat et délation sont dans un bateau

Qui sont les antifas ? Sous cette appellation générique se cache un réseau anonyme de délation, en relation étroite avec certains cercles de policiers et de magistrats. La constellation est variée avec les sites La Horde, RaDAR, Sud Education Paris etc, liste non limitative. Ces sites partagent deux points communs, ils sont spécialisés dans la délation à caractère policier et ils sont administrés pour la plupart de manière anonyme mais sous la même bannière, samizdat.net.

Samidzat.net, tromperie sur la marchandise

Les Samizdat étaient du temps de la défunte Union Soviétique un système de propagation d’écrits clandestins dissidents sous forme manuscrite ou dactylographiée. De son côté, le site samizdat.net (association loi de 1901) est géré par le camarade Aris qui se présente comme « opérateur de communication alternatif ». Une communication bien loin de celle des dissidents soviétiques. Ceux-ci étaient chassés par les autorités, les sites abrités par Samizdat sont du côté du chasseur de primes. Ils scrutent et dénoncent de très hypothétiques extrémistes supposés de droite, via leurs relations policières et judiciaires. Avec pour objectif de les marginaliser politiquement, socialement et professionnellement.

Le retour du sycophante

Le sycophante n’est pas un animal exotique d’Amérique latine, c’est plus simplement dans la Grèce antique une personne qui fait profession de délation. L’étymologie probable se réfère à « celui qui dénonce les voleurs de figues ». La figue étant à l’époque un produit de valeur, souvent exporté, ayant parfois un caractère sacré.

C’est le rôle assumé de ces sites, plus quelques autres, style No Pasaran et autres Reflex, jouer les sycophantes modernes. On ne dénonce plus les voleurs de figues mais les défenseurs d’idées non conformes. C’est un joli métier aurait dit Michel Audiard.

Aris Papathéodorou à la manœuvre

L’ami Aris, soutien en 1994 de Florence Rey et Audry Maupin (la fusillade de Vincennes), proche de Claude Halfen d’Action Directe, est l’administrateur de samizdat.net dont le principe « est de ne pas donner d’informations sur les gens que l’on héberge ». La page d’accueil du site lui-même présente une image frappante : on y voit un homme cagoulé, habillé de noir, une fumigène fumante dans la main droite, sur un fond de paysage désolé. Nous disons un homme, car sur sa main droite manifestement masculine on distingue tatouées les deux premières lettre f u, peut-être le début de l’anglais Fuck, insulte américanomorphe passe partout. Certains psychanalystes pourraient y voir une représentation amusante de l’inconscient collectif de certains responsables du Monde : capitalistes le jour, révolutionnaires à la nuit tombée, mais cagoulés.

La réponse d’Aristophane

Dans sa comédie Les Acharniens (426 av. JC), Aristophane voit son héros, le charbonnier Dicéopolis (le bon citoyen en grec) ouvrir un marché approvisionné chez l’ennemi, grâce à un traité séparé. Le sycophante Nicaque (c’est un bien petit homme, mais il est tout venin, op.cit.) veut le dénoncer. Dicéopolis le rosse, l’enveloppe de paille comme une poterie et le vend à un Béotien, il pourra servir de, ouvrons les guillemets :

Vase bon à tout
Coupe de maux
Mortier pour touiller les procès
Poubelle à éplucher les comptes
Bassine à brouiller les affaires

On ne saurait mieux dire.

Cet article doit beaucoup à un papier du quotidien catholique Présent, dont le lecteur trouvera lecture complète ici.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

100% récolté
Nous avons récolté $155 sur $2. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux