Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | not_global | Ardisson compare les signalements au CSA aux délations contre les juifs
Ardisson compare les signalements au CSA aux délations contre les juifs

16 septembre 2017

Temps de lecture : < 1 minute

Accueil | not_global | Ardisson compare les signalements au CSA aux délations contre les juifs

Ardisson compare les signalements au CSA aux délations contre les juifs

Ardisson compare les signalements au CSA aux délations contre les juifs

Invité de Cyril Hanouna mardi 12 septembre sur C8, Thierry Ardisson venait présenter sa nouvelle émission, « Les Terriens du Dimanche ». À cette occasion, celui-ci est revenu sur la polémique entourant Fort Boyard.

Durant l’été, l’émis­sion culte de France 2 avait en effet inau­guré une nou­velle épreuve inti­t­ulée « L’Asile », qui a forte­ment déplu à cer­tains téléspec­ta­teurs. Sur Twit­ter, un cer­tain nom­bre d’u­til­isa­teurs avaient protesté auprès du CSA, tout comme des asso­ci­a­tions de malades psychiatriques.

Pour Thier­ry Ardis­son, certes la séquence était mal­adroite, mais le CSA n’a pas à se laiss­er entraîn­er par des util­isa­teurs anonymes des réseaux soci­aux pour autant. « Twit­ter, c’est Twit­ter, ce n’est pas parce qu’ils reçoivent 40 000 dénon­ci­a­tions que c’est l’opin­ion publique », plaide-t-il. Repris par Rachid Arhab, ancien mem­bre du CSA qui lui fait remar­quer que « ce n’est pas le nom­bre de dénon­ci­a­tions qui fait que le CSA inter­vient ou pas », l’homme en noir se livre alors à un par­al­lèle tran­chant : « C’est fou comme les Français ont cette ten­dance à dénon­cer quand même, ça a com­mencé en 1942… »

La propen­sion de cer­tains à s’emporter à la moin­dre séquence télévisée est réelle, mais faut-il pour autant com­par­er ces com­porte­ments aux dénon­ci­a­tions de 1942 ? Ici, c’est bien le poli­tique­ment cor­rect qui pousse à la déla­tion, où plutôt à la dénon­ci­a­tion pour pren­dre un terme plus approprié.

Un phénomène bien dif­férent qui con­tribue à ren­dre la télévi­sion un peu plus policée (et insipi­de) chaque jour. D’ailleurs, Thier­ry Ardis­son est bien placé pour le savoir : pas plus tard que same­di dernier, l’an­i­ma­teur a été sig­nalé au CSA pour avoir sor­ti un (faux) sachet de cocaïne en plateau alors qu’il inter­ro­geait le fils de Pablo Escobar…

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Samuel Étienne

PORTRAIT — Samuel Éti­enne, idole des vieux, dragueur de jeunes. Hyper­ac­t­if au som­meil léger, l’homme est passé par de mul­ti­ples cas­es de l’audiovisuel privé et pub­lic, fort d’un sourire ravageur et d’une plas­tique qui lui val­ut le statut de « bombe du mois » dans Têtu en 1994. Pili­er de France 3, il est séduit par Twitch où ses revues de presse rassem­blent des dizaines de mil­liers de « viewers ».

Laurent Solly

PORTRAIT — Énar­que au nez creux et au réseau ten­tac­u­laire, Lau­rent Sol­ly incar­ne plus qu’aucun autre la muta­tion numérique mon­di­al­iste de la haute administration.

Nicolas Demorand

PORTRAIT — Nico­las Demor­and a débuté sa car­rière comme enseignant en lycée pro­fes­sion­nel (Cer­gy) et en class­es pré­para­toires, avant de choisir la voie du jour­nal­isme, en com­mençant comme cri­tique gas­tronomique au Gault&Millau et comme pigiste aux Inrockuptibles.

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Pierre Plottu

PORTRAIT — Pierre Plot­tu, spé­cial­iste auto­proclamé de l’ex­trême-droite, a l’at­ti­rail du par­fait mil­i­tant. Vic­time col­latérale du virage édi­to­r­i­al de France-Soir, dont il fut viré sans ménage­ment, il prophé­tise dans Libéra­tion et Slate.