Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Antiterrorisme ou censure du web français ?

25 septembre 2014

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Antiterrorisme ou censure du web français ?

Antiterrorisme ou censure du web français ?

C’est fait. Malgré les critiques et les mises en garde des experts numériques, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a fait adopter jeudi dernier par l’Assemblée nationale, sous l’impulsion du premier ministre Manuel Valls, l’article 9 du projet de loi dit de « lutte contre le terrorisme ».

Celui-ci prévoit le blocage des sites « ter­ror­istes », sans déci­sion de jus­tice préal­able. Cette mesure ouvre la voie à une sur­veil­lance encore plus impor­tante d’in­ter­net, mais aus­si à une dérive arbi­traire. On com­mencera par blo­quer des sites à la gloire du Dji­had mais qui sait où l’on s’arrêtera ?

Et pour­tant, les lev­ées de boucli­er ont été nom­breuses. Les députés PS n’ont pas hésité à atta­quer leur pro­pre min­istre et les experts n’ont eu de cesse de rap­pel­er l’in­ef­fi­cac­ité et la dan­gerosité du pro­jet. Le Con­seil nation­al du numérique, la Com­mis­sion de l’Assem­blée nationale sur les droits et lib­ertés numériques, les acteurs du numérique, les experts en sécu­rité, sans oubli­er le patron de l’A­gence nationale de cyberdéfense (ANSSI) ; tous ont voulu faire bar­rage à ce texte. Rien n’y a fait.

« Cette méth­ode a des effets sec­ondaires infin­i­ment plus graves que les effets atten­dus, qui n’au­ront pas lieu », a prévenu la députée écol­o­giste Isabelle Attard, avant de con­fi­er : « Je ne veux pas que la représen­ta­tion nationale se ridi­culise par mécon­nais­sance tech­nique. (…) Nous voulons que le blocage soit décidé par un juge judi­ci­aire ! » Elle n’a vis­i­ble­ment pas été écoutée.

De son côté, le député UMP Lionel Tardy s’est inter­rogé : « Faut-il faire reculer encore la lib­erté, con­tre le ter­ror­isme ? » Et d’a­jouter que « la France s’en­gage à petits pas dans la direc­tion de la NSA »… Et tout ça pour quoi ? Pour des mesures inef­fi­caces.

Dans une chronique pub­liée sur le site du Point inti­t­ulée « Loi antiter­ror­iste : les députés ont voté la cen­sure du web français », Guer­ric Pon­cet a rap­pelé l’inutilité de cette loi au regard de ce qu’est le web : « En deux clics, l’in­ter­naute peut installer l’ex­cel­lent logi­ciel gra­tu­it Tor, ini­tiale­ment des­tiné aux cyberdis­si­dents. Il est aus­si pos­si­ble de souscrire pour quelques euros par mois à un réseau privé virtuel (VPN), qui per­met de choisir via quel pays du monde on veut accéder au Web. »

Et de con­clure en soupi­rant que, « finale­ment, le seul effet con­cret de cet arti­cle 9 sera la créa­tion par le min­istère de l’In­térieur d’une liste noire des sites web ter­ror­istes. Une liste qui fuit­era : à l’ère de Wik­iLeaks et d’Ed­ward Snow­den, ce n’est qu’une ques­tion de temps. Et l’É­tat aura con­sti­tué les mar­que-pages du par­fait petit ter­ror­iste… »

Pour­tant, en juil­let dernier, même Reporters sans Fron­tières, qui n’a pas pour habi­tude de taper sur les doigts de la France, avait prévenu que ce texte « pour­rait engen­dr­er un recul de la lib­erté d’in­for­ma­tion puisqu’il (…) prévoit le blocage admin­is­tratif de sites inter­net et aug­mente les mesures de sur­veil­lance ».

Mais c’est bien dans cette voie, au faux-air de Big Broth­er, que le gou­verne­ment sem­ble s’en­gager, envers et con­tre tous.

À lire sur un sujet similaire : Comment le CSA veut restreindre les libertés sur internet

Crédit pho­to : pseu­doxx via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).