Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Analyse du JT de France 2 : semaine du 14 au 19 juillet 2014
Publié le 

26 juillet 2014

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Analyse du JT de France 2 : semaine du 14 au 19 juillet 2014

Analyse du JT de France 2 : semaine du 14 au 19 juillet 2014

L’Ojim a regardé le journal de France 2 de 20h pendant la semaine du 14 juillet, un exercice instructif. La plupart des sujets sont traités de manière floue, privant le téléspectateur d’une compréhension globale des thèmes abordés. Le journal fait peu de mises en perspective, d’enquêtes solides, auxquelles il préfère les commentaires de quidam n’offrant aucune valeur ajoutée. Les thèmes sont peu ou pas hiérarchisés, aucune priorité n’est de mise, l’interview du Président le 14 juillet se voyant ainsi reléguée à la 4ème place d’un JT, entre le saut en parachute d’un journaliste et un reportage agroalimentaire… Le journal survole et mélange tout.

4 thèmes ont dom­iné l’ac­tu­al­ité : le sport (Coupe du monde et Tour de France faisant la une en début de semaine au détri­ment du 14 juil­let) pour être rapi­de­ment bal­ayés par les événe­ments ukrainiens et pales­tiniens et, dans une moin­dre mesure, l’af­faire de la con­damna­tion de la can­di­date FN.

Nom­breux ont été les sujets absents ou relégués au sec­ond plan : renou­velle­ment de man­dat de Bachar El Assad, état du Moyen-Ori­ent, enjeux poli­tiques et politi­ciens de la réforme ter­ri­to­ri­ale, par­tic­u­lar­ités et dif­fi­cultés poli­tiques de l’élec­tion de M. Junck­er à la tête de la CE.

L’af­faire de la chute de l’avion en Ukraine s’avère la plus sig­ni­fica­tive: elle a fait la une du jour­nal les 17, 18 et 19 juil­let, la moitié du JT lui étant par­fois con­sacrée. La rédac­tion adopte une posi­tion allant plutôt dans le sens de la diplo­matie améri­caine: de longues min­utes sont passées sur les sen­ti­ments de M. Oba­ma, tout en bal­ayant d’un revers de la main les « ali­bis » que M. Pou­tine essay­erait de trou­ver pour «refuser d’en­doss­er la respon­s­abil­ité de l’acte » (JT du 18/07). Les mêmes argu­ments sont répétés chaque jour, étab­lis­sant une fron­tière claire entre des « acteurs de la sta­bil­ité inter­na­tionale » (gou­verne­ment de Kiev, admin­is­tra­tion améri­caine) et des « agents poten­tielle­ment belliqueux » (admin­is­tra­tion russe, rebelles ukrainiens), ces derniers empêchant apparem­ment la com­mis­sion d’en­quête inter­na­tionale de faire son tra­vail (« Les tirs pour­raient venir de Russie », JT du 14/07. « Comme tou­jours le Krem­lin dit être vic­time, et con­tin­ue de souf­fler le chaud et le froid », JT du 19/07).

La sus­pi­cion du sec­ond camp sem­ble établie, alors qu’il aurait été intéres­sant d’évo­quer de même les intérêts du 1er camp d’être à l’o­rig­ine de l’at­taque. Enfin, le JT n’es­time pas utile de par­ler de l’af­faire de l’avion abat­tu par l’Ukraine en 2001, nié puis assumé par cette dernière.

L’analyse con­cer­nant Gaza est plus sub­tile. La rédac­tion sem­ble avoir fait le choix de min­imiser les aspects polémiques du con­flit (drames engen­drés par l’ac­tion d’ Israël) et ses con­séquences en France (man­i­fes­ta­tions pro-Pales­tine vio­lentes, prin­ci­pale­ment par des élé­ments issus de l’im­mi­gra­tion extra-européenne), et préfère le con­sen­sus : elle se con­cen­tre ain­si sur quelques images de maisons bom­bardées et des déc­la­ra­tions de civils de chaque camp appelant à la paix. Est évo­quée enfin une guerre entre 2 entités mil­i­taires (Tsa­hal et Hamas), alors que s’opère en réal­ité un véri­ta­ble drame humain impli­quant des pop­u­la­tions civiles. Le nom­bre de morts dans chaque camp ne nous est pas com­mu­niqué. L’é­mo­tion prime sur la réelle infor­ma­tion.

De même, le traite­ment des con­séquences en France de ce con­flit laisse à désir­er : le jour­nal du 14 juil­let rap­pelle quelques slo­gans polémiques des man­i­fes­ta­tions parisi­ennes («mort aux Juifs»), quelques « heurts » sont sig­nalés, on est cepen­dant loin du traite­ment générale­ment réservé aux man­i­fes­ta­tions vio­lentes. Aucune infor­ma­tion n’est disponible sur le pro­fil des pro­tag­o­nistes (les groupes incrim­inés, leur orig­ine, leur his­toire). Ce jour­nal offrira en revanche l’analyse la plus hon­nête de la semaine, celui des autres jours se con­tentant d’évo­quer des man­i­fes­ta­tions pro-pales­tini­ennes, à défaut de men­tion­ner les mis­es à sac de cer­tains quartiers.

Le same­di soir un sou­tien clair est affiché en faveur de nou­veaux israéliens venant de Paris, « regret­tant le cli­mat qui s’est dégradé pour les Juifs en France ». Entre son refus de soulign­er la présence de pop­u­la­tions extra-européennes et la lutte con­tre l’an­tisémitisme, la rédac­tion hésite sur la con­duite à tenir.

Con­cer­nant l’af­faire de l’ex can­di­date FN le JT donne le sen­ti­ment de pren­dre par­ti : la réac­tion du FN est traitée très suc­cincte­ment, les irrégu­lar­ités juridiques sont passées sous silence (tri­bunal dont dépend l’at­taquant). L’his­toire de l’as­so­ci­a­tion Wal­wari, la légitim­ité dont elle dis­pose pour atta­quer Mme Leclère, sont autant de ques­tions que la rédac­tion n’abor­de pas. Le spé­cial­iste inter­rogé, s’il recon­naît une déci­sion excep­tion­nelle­ment sévère, en sou­tient la légitim­ité («con­damna­tion pour l’ex­em­ple»).

De façon plus générale, on retien­dra le silence élo­quent con­cer­nant les sif­flets du 14 juil­let et les inter­pel­la­tions qui suivirent, la poli­tique intérieure éton­nam­ment absente de l’ac­tu­al­ité (exem­ple probant de la réforme ter­ri­to­ri­ale) en pas­sant par la com­plai­sance affichée envers les Femen et leur action à l’Assem­blée ou le mutisme des jour­nal­istes à pro­pos des prob­lèmes con­nus par la Police et l’Ar­mée (sur­prenant en cette semaine du 14 juil­let et en dépit des braquages et man­i­fes­ta­tions vio­lentes), autant d’ex­em­ples de dés­in­for­ma­tion ou de non-dits.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

Éric Naulleau

PORTRAIT — Éric Naul­leau, la gauche qui agace la gauche. « Moi, je suis con­sid­éré par la gauche comme un enne­mi. Elle me com­bat. C’est ain­si. Mais Naul­leau, lui, est con­sid­éré comme un traître ! Et c’est bien pire… » Éric Zem­mour, Valeurs Actuelles, 2012.

Nicolas Truong

PORTRAIT — Né en 1967, Nico­las Truong dirige les pages « Idées-Débats » du Monde. Il ne fait guère preuve d’honnêteté idéologique, ni ne fait mys­tère de ses pen­chants intel­lectuels pous­sant très loin à gauche le bou­chon de ses idées.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision