Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Allemagne, un magazine couronne black lives matter, acteur de l’année

24 novembre 2020

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Allemagne, un magazine couronne black lives matter, acteur de l’année

Allemagne, un magazine couronne black lives matter, acteur de l’année

Berlin, le magazine d’art Monopol a désigné le mouvement « Black Lives Matter » comme l’acteur le plus important de l’année en cours, justifiant sa décision en affirmant que le mouvement a réussi à mettre les questions du colonialisme et du racisme à l’ordre du jour non seulement aux États-Unis, mais aussi dans le reste du monde, leur donnant une toute nouvelle urgence.

« Black Lives Mat­ter » aurait eu pour effet que des rues por­tant des « noms dis­crim­i­na­toires » ont été renom­mées et que cer­tains mon­u­ments ont été remis en ques­tion. Les musées du monde entier débat­tent désor­mais « du moyen pour attein­dre d’autres seg­ments de la pop­u­la­tion et pro­pos­er plus de thèmes adap­tés à un pub­lic de migrants ». Ils « décolo­nialisent » leurs col­lec­tions et recru­tent un per­son­nel plus diversifié.

La population remplace le peuple

Le fémin­isme et la cri­tique du colo­nial­isme mis à l’honneur.
Monopol a choisi Hito Stey­erl comme final­iste. L’au­teur et cinéaste d’o­rig­ine asi­a­tique traite, entre autres, du fémin­isme et de la cri­tique du colo­nial­isme. Chaque année, le mag­a­zine hon­ore ceux qu’il estime être les cent acteurs les plus influents.

L’an­née dernière, la pre­mière place a été attribuée à l’artiste d’in­stal­la­tions Hans Haacke. Ce dernier, dans l’une de ses instal­la­tions, avait rem­placé la dédi­cace « au peu­ple alle­mand » ornant le bâti­ment du Reich­stag (l’équiv­a­lent de notre Assem­blée Nationale) par « la pop­u­la­tion », remet­tant ain­si en ques­tion la notion de « peuple ».

Source : Junge Frei­heit, 19 novem­bre 2020, tra­duc­tion AC

Note de la tra­duc­trice : Hito Stey­erl est une artiste con­ceptuelle nip­po alle­mande née en 1966 à Munich, diplômée de l’académie des Beaux-Arts de Vienne ; sujets de prédilec­tion : les médias, la tech­nolo­gie et la cir­cu­la­tion mon­di­al­isée des images. Hans Haacke, artiste con­ceptuel égale­ment, né en 1936 à Cologne, vit aux États-Unis depuis 1965. Il a pub­lié en 1994 un livre avec Pierre Bour­dieu, Libre échange, (Seuil/Les Press­es du réel).

Derniers portraits ajoutés

Jean-Pierre Pernaut

PORTRAIT — Il est le jour­nal­iste le plus détesté de la bobocratie médi­a­tique parisi­enne (Les Inrocks, Libéra­tion, etc…) mais son « Jour­nal de 13 heures » est le plus suivi du PAF (près de 7 mil­lions de per­son­nes quotidiennement).

Jean-Michel Décugis

Jean-Michel Décugis est surtout con­nu pour ses bévues jour­nal­is­tiques, ali­men­tant en infox/fake news les médias pour lesquels il travaille.

Claude Perdriel

PORTRAIT — Claude Per­driel, décrit partout comme un amoureux de la presse, est surtout un homme d’af­faires con­va­in­cu de ses idéaux de gauche pour lesquels il a bâti un empire d’in­flu­ence grâce à l’ar­gent des sani­broyeurs qu’il a inventé.

Laurence Haïm

PORTRAITS — Née le 14 novem­bre 1966 à Paris, Lau­rence Haïm est jour­nal­iste poli­tique à l’in­ter­na­tion­al. En 2017, elle devient pour quelques mois porte-parole de La République en Marche.

Samuel Gontier

Jour­nal­iste chez Téléra­ma, blogueur et désor­mais auteur, Samuel Gon­tier s’applique con­scien­cieuse­ment à dénich­er le “faschisme” (pronon­ci­a­tion a l’Italienne), l’Islamophobie et le racisme, SURTOUT là où ils ne sont pas.