Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Allemagne, un magazine couronne black lives matter, acteur de l’année
Allemagne, un magazine couronne black lives matter, acteur de l’année

24 novembre 2020

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Allemagne, un magazine couronne black lives matter, acteur de l’année

Allemagne, un magazine couronne black lives matter, acteur de l’année

Allemagne, un magazine couronne black lives matter, acteur de l’année

Berlin, le magazine d’art Monopol a désigné le mouvement « Black Lives Matter » comme l’acteur le plus important de l’année en cours, justifiant sa décision en affirmant que le mouvement a réussi à mettre les questions du colonialisme et du racisme à l’ordre du jour non seulement aux États-Unis, mais aussi dans le reste du monde, leur donnant une toute nouvelle urgence.

« Black Lives Mat­ter » aurait eu pour effet que des rues por­tant des « noms dis­crim­i­na­toires » ont été renom­mées et que cer­tains mon­u­ments ont été remis en ques­tion. Les musées du monde entier débat­tent désor­mais « du moyen pour attein­dre d’autres seg­ments de la pop­u­la­tion et pro­pos­er plus de thèmes adap­tés à un pub­lic de migrants ». Ils « décolo­nialisent » leurs col­lec­tions et recru­tent un per­son­nel plus diversifié.

La population remplace le peuple

Le fémin­isme et la cri­tique du colo­nial­isme mis à l’honneur.
Monopol a choisi Hito Stey­erl comme final­iste. L’au­teur et cinéaste d’o­rig­ine asi­a­tique traite, entre autres, du fémin­isme et de la cri­tique du colo­nial­isme. Chaque année, le mag­a­zine hon­ore ceux qu’il estime être les cent acteurs les plus influents.

L’an­née dernière, la pre­mière place a été attribuée à l’artiste d’in­stal­la­tions Hans Haacke. Ce dernier, dans l’une de ses instal­la­tions, avait rem­placé la dédi­cace « au peu­ple alle­mand » ornant le bâti­ment du Reich­stag (l’équiv­a­lent de notre Assem­blée Nationale) par « la pop­u­la­tion », remet­tant ain­si en ques­tion la notion de « peuple ».

Source : Junge Frei­heit, 19 novem­bre 2020, tra­duc­tion AC

Note de la tra­duc­trice : Hito Stey­erl est une artiste con­ceptuelle nip­po alle­mande née en 1966 à Munich, diplômée de l’académie des Beaux-Arts de Vienne ; sujets de prédilec­tion : les médias, la tech­nolo­gie et la cir­cu­la­tion mon­di­al­isée des images. Hans Haacke, artiste con­ceptuel égale­ment, né en 1936 à Cologne, vit aux États-Unis depuis 1965. Il a pub­lié en 1994 un livre avec Pierre Bour­dieu, Libre échange, (Seuil/Les Press­es du réel).

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Nicolas Demorand

PORTRAIT — Nico­las Demor­and a débuté sa car­rière comme enseignant en lycée pro­fes­sion­nel (Cer­gy) et en class­es pré­para­toires, avant de choisir la voie du jour­nal­isme, en com­mençant comme cri­tique gas­tronomique au Gault&Millau et comme pigiste aux Inrockuptibles.

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Pierre Plottu

PORTRAIT — Pierre Plot­tu, spé­cial­iste auto­proclamé de l’ex­trême-droite, a l’at­ti­rail du par­fait mil­i­tant. Vic­time col­latérale du virage édi­to­r­i­al de France-Soir, dont il fut viré sans ménage­ment, il prophé­tise dans Libéra­tion et Slate.

Gaël Brustier

PORTRAIT — Poli­to­logue né en 1978, Gaël Brusti­er a longtemps lou­voyé entre plusieurs chapelles de la gauche sou­verain­iste, dans l’e­spoir de rénover une sociale-démoc­ra­tie acquise au néolibéralisme.

François-Régis Hutin

PORTRAIT — Tout en para­doxe, ce patron de presse a régné sans partage sur un empire de presse placé en sit­u­a­tion qua­si-monop­o­lis­tique sur le grand Ouest. Il s’est éteint le 10 décem­bre 2017 à Rennes.