Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Albin Serviant, proche d’Emmanuel Macron investit dans Têtu

14 mai 2020

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Albin Serviant, proche d’Emmanuel Macron investit dans Têtu

Albin Serviant, proche d’Emmanuel Macron investit dans Têtu

Têtu est le magazine pionnier de la communauté homosexuelle en France. Financé au départ par Pierre Bergé, il a vécu une existence avec des hauts et des bas jusqu’à sa reprise en 2018 par Albin Serviant, entrepreneur entre Londres et Paris.

Un réseau international

Albin Ser­viant a vécu et tra­vail­lé longtemps à Lon­dres (Easy­Room­mate, site de co-loca­tion ain­si que Frenchtech, label­li­sa­tion de jeune entre­pris­es inno­vantes, incubée à la sta­tion F de Xavier Niel) où il a par­ticipé à la récolte des fonds pour Emmanuel Macron lors de l’élection prési­den­tielle de 2017 (source Let­tre A du 29/11/2018).

Pour sa nou­velle lev­ée de fonds d’un mil­lion d’euros en faveur de Têtu, il a pu inté­gr­er des mem­bres de fonds de place­ment anglais, comme Pala­m­on Cap­i­tal Part­ners, Spice Cap­i­tal et Roth­schild and Co, chaque fois à titre per­son­nel. Mais on y retrou­ve aus­si des entre­pre­neurs basés en France : Hervé Labeille et asso­ciés (télévi­sion), SOS par­tic­i­pa­tions dirigé par Jean-Marc Borel­lo (source Let­tre A 05/2020) mem­bre du bureau exé­cu­tif de La République En Marche, Ban­i­jay Group (pro­duc­tion pour la télévi­sion) de Stéphane Cour­bit. Des anciens d’Hermès, des cadres dirigeants de L’Oréal ou de cab­i­nets de con­seil sont égale­ment présents.

Nouvelle équipe

Après un finance­ment par­tic­i­patif réus­si de 150K€, Ser­viant a pu con­stituer son équipe, notam­ment chez des anciens des Inrocks de Matthieu Pigasse. Élis­a­beth Labor­de, anci­enne de Libéra­tion et de l’INA, licen­ciée des Inrocks en juil­let 2019 devient direc­trice générale. C’est elle qui avait aban­don­né en en rase cam­pagne son équipe lors du pseu­do-scan­dale de la Ligue du LOL. Romain Bur­riel, aus­si ancien des Inrocks prend la direc­tion de la rédac­tion. Le jour­nal revendi­quait avant la crise san­i­taire une dif­fu­sion payée supérieure à 35.000 exem­plaires.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision