Accueil | Actualités | Médias | Affaires des écoutes : Le Monde s’est-il entendu avec Hollande ?
Pub­lié le 19 mars 2014 | Éti­quettes : ,

Affaires des écoutes : Le Monde s’est-il entendu avec Hollande ?

C’est ce que laisse entendre Le Journal du Dimanche qui, dans une enquête publiée le 16 mars dernier, met en doute ses confères du Monde.

Selon l’agenda confidentiel de François Hollande, dont le JDD a eu connaissance, « pour la journée du 7 mars, Hollande, à 19 heures ce jour-là, reçoit en audience privée les deux journalistes du Monde auteurs de l’article mettant en cause Sarkozy et son avocat ». Le JDD s’interroge : « Pourquoi cette réunion, justement ce vendredi soir, alors que télé et radio évoquent en boucle "la nouvelle affaire Sarkozy"? » Le quotidien du soir s’est-il entendu avec le chef de l’État pour faire paraître cet article en pleine « affaire Sarkozy » ?

L’un des auteurs s’en défend : « Le 7, lors de notre rendez-vous l’information était déjà sortie, et il nous fallait au moins deux jours pour préparer cet article. » Mais le JDD persiste : deux jours, c’est justement le temps qui sépare la publication de l’article de la date à laquelle Hollande prétend avoir été informé des perquisitions réalisées chez l’avocat de Nicolas Sarkozy, Me Herzog… De quoi éveiller la suspicion.

Et le journal de conclure : « Une chose est sûre, s’il ne veut pas "s’immiscer dans les affaires de son rival", le Président semble donc fréquenter volontiers ceux qui enquêtent sur lui. »

Dans un édito publié ce lundi 17 mars, la présidente du Monde a tenté de détourner l’attention en rappelant que « le poids du vrai scandale pèse bien sur Nicolas Sarkozy, pris dans les rets d'instructions judiciaires sans précédent pour un homme ayant occupé les plus hautes fonctions de l'Etat ». Et d’ajouter que « le gouvernement avait déjà multiplié maladresses et mensonges. En s'embrouillant, il a fait planer le soupçon d'une utilisation dévoyée des écoutes judiciaires, comme si être informé signait une obscure complicité. Samedi, François Hollande a endossé cette politique du faux-fuyant. Ouvrant ainsi la porte à toutes les élucubrations. »

« On a pu en avoir un avant-goût ce dimanche en lisant certains confrères de la presse qui laissaient entendre que Le Monde aurait participé à une sourde conspiration politique en révélant, le 7 mars, l'existence des écoutes », poursuit-elle avant de conclure, sans toutefois répondre directement aux questions soulevées par le JDD : « Faut-il rappeler que Le Monde exerce son métier d'informer dans la plus totale indépendance, hors de toute préoccupation partisane ? » Peu convainquant ?

Crédit photo : drumaboy via Flickr (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux