Accueil | Actualités | Médias | Affaire Sarkozy : deux journalistes sur écoute ?
Pub­lié le 3 octobre 2014 | Éti­quettes :

Affaire Sarkozy : deux journalistes sur écoute ?

Dans sa dernière édition, le Canard Enchaîné dénonce la mise sur écoute par la justice de deux journalistes.

Ces écoutes se situent dans le cadre d'une enquête visant Nicolas Sarkozy. La justice soupçonne l'ancien président de la République, mis en examen en juillet notamment pour corruption active, d'avoir indûment tenté d'obtenir des informations à propos d'une procédure le concernant auprès de l’avocat général de la Cour de Cassation Gilbert Azibert contre une promesse d'intervention pour l'aider à obtenir un poste.

Les deux journalistes visés, l'une du Canard, l'autre du Figaro, enquêtaient justement sur cette affaire et ont vu les retranscriptions de leurs écoutes transmises au dossier d'instruction. « Ni les flics, ni les deux juges (Patricia Simon et Claire Thépaut en charge de l'enquête, ndlr) ne semblent se soucier d'une loi, votée sous la présidence de Sarko, qui interdit toute atteinte 'directe ou indirecte' au secret des sources des journalistes », rappelle le journal satirique.

Après avoir dénoncé l'« appétit à écouter et contrôler la terre entière » des deux juges, le Canard conclut, ironiquement : « Faudra-t-il que tous les journalistes se munissent de téléphones portables clandestins au nom de Bismuth ? »

Voir notre infographie du Canard Enchaîné

Crédit photo : dmosiondz via Flickr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This