Accueil | Actualités | Médias | Affaire Bygmalion : Carolis mis en cause attaque Le Point en diffamation
Pub­lié le 28 mai 2014 | Éti­quettes : , ,

Affaire Bygmalion : Carolis mis en cause attaque Le Point en diffamation

Alors que l'affaire Bygmalion bat son plein, le site du Point affirme que Patrick de Carolis, ex-PDG de France Télévisions, mis en examen pour « favoritisme » par le juge Van Ruymbeke, aurait été payé par l’agence de communication, après que celle-ci ait signé plusieurs contrats avec France Télévisions. M. de Carolis a annoncé dans la foulée qu’il attaquait Le Point en diffamation.

Selon l'hebdomadaire, qui s'appuie sur des documents comptables « édifiants », Patrick de Carolis aurait touché 47 800 euros en 2011 via sa société Patrick de Carolis Consulting et Participations, puis 71 700 euros en 2012, soit 10 % du total des contrats signés en cinq ans par France Télévisions, ce qui amène l’hebdomadaire à poser la question d’éventuelles rétro-commissions.

Interrogé par le juge en avril dernier, M. de Carolis avait formellement nié avoir eu connaissance de contrats passés entre le groupe public et Bygmalion, la société fondée par son ancien bras-droit. « Je n'étais pas l'ordonnateur de ces contrats, je ne savais même pas que Camille Pascal faisait ponctuellement appel à cette société », avait-il affirmé lors de son audition.

A quoi correspondent ces près de 130 000 euros touchés par M. de Carolis ? Selon son avocat, « à la fin de l’année 2010, alors qu’il n’était plus à la tête de France Télévisions [Patrick de Carolis] a été sollicité en qualité de consultant par Bygmalion pendant une période de six mois sur certains dossiers ayant un lien direct avec ses compétences, à savoir l’élaboration d’un dossier à l’attention du CSA pour la création d’une chaîne de télévision locale ainsi que la conception de la grille des programmes de cette chaîne ». Ces conseils, toujours selon son avocat, « ont donné lieu à une facturation de la part de l’entreprise de Patrick de Carolis et ont été comptabilisés de manière transparente » et « les honoraires perçus (…) correspondent à des prestations réelles et à un travail effectif ».

Par ailleurs, l'actuel PDG de France Télévisions, Rémy Pflimlin, va être également entendu par le juge Van Ruymbeke. La question sera de savoir « s’il y a ou non parallélisme entre les contrats passés sous la période Carolis et ceux paraphés sous l’ère Pflimlin, tant sur la forme, que sur le fond », indique de son côté L'Express.

Voir notre portrait de Patrick de Carolis

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux