Accueil | Actualités | Médias | À Marseille, France 2 fête la fin du ramadan
Pub­lié le 4 août 2013 | Éti­quettes : , ,

À Marseille, France 2 fête la fin du ramadan

C’est à Marseille, « ville du métissage », que s’est enregistrée cette année la « Nuit du ramadan » organisée par… le service public français. Thierry Beccaro, qui animait l’émission en compagnie de Leili Anvar ce jeudi 1er août sur France 2, confie avoir pris beaucoup de plaisir.

« C'était vraiment une soirée incroyable », s’est-il extasié dans un entretien accordé à TVMag. Pour le présentateur de « Motus », « c'est une vraie découverte de cet univers parce que je ne connaissais pas grand-chose à l'islam ». Et les téléspectateurs ont été servis : « il y a tout au long de l'émission des précisions concernant le coran ou des versets en particulier. »

Cette opération séduction intervient alors que les Français, selon différents sondages, se déclarent de plus en plus méfiants vis-à-vis de l’islam, quand ils n’y sont pas carrément hostiles. L’image d’un islam « sympa » et tolérant sur France 2 suffira-t-elle à changer les choses ?

Crédit photo : vandicla via Flickr (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux