Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
48èmes Assises de l’Union de la presse francophone au Cameroun

1 décembre 2019

Temps de lecture : 9 minutes
Accueil | Veille médias | 48èmes Assises de l’Union de la presse francophone au Cameroun

48èmes Assises de l’Union de la presse francophone au Cameroun

Nous reproduisons (avec son autorisation) le compte-rendu des Assises de l’Union de la presse francophone, tenues du 18 au 21 novembre 2019 à Yaoundé, sous la signature de Slobodan Despot et publié dans le numéro 208 de l’excellent Antipresse.

L’arche de Noé s’est posée à Yaoundé

Car­net de route d’une excur­sion inat­ten­due : les 48es Assis­es de l’Union de la presse fran­coph­o­ne au Camer­oun.

Pho­to : Pre­mière table ronde por­tant sur l’é­mo­tion dans les médias, frein ou atout pour l’in­for­ma­tion mod­érée par Slo­bo­dan Despot, Édi­teur, directeur Antipresse en Suisse. Source : page Face­book UPF

Lorsque M. Jean-Pierre Mol­liet m’a con­tac­té pour me pro­pos­er de faire par­tie de la délé­ga­tion suisse aux Assis­es de la presse fran­coph­o­ne, ma pre­mière pen­sée a été pour la belle devise que nous a adressée notre lecteur Bruno Borghi : « En ces temps orwelliens, l’Antipresse, c’est LA presse. » Eh oui, cette invi­ta­tion m’a con­fir­mé que ce qui était au début une sim­ple let­tre aux amis est devenu un « média » à part entière, par­tic­i­pant de manière directe à cette évo­lu­tion-hybri­da­tion qu’il est con­venu d’appeler les « nou­veaux médias ». Cette virée camer­ounaise est mon pre­mier séjour — trop bref — en Afrique noire. Ce car­net de route mêle mes obser­va­tions per­son­nelles aux réflex­ions plus générales sus­citées par les ren­con­tres et les débats aux­quels j’ai par­ticipé.

Dimanche 17 novembre

On ne nous avait pas men­ti, la nuit africaine est plus som­bre que la nuit d’Europe — et elle tombe bel et bien comme un couperet. L’avion s’est posé dans le noir com­plet, on ne voy­ait aucune lumière, pas même le mar­quage de la piste. Après d’interminables va-et-vient assor­tis d’ordres con­tra­dic­toires au sujet de l’obtention des visas de cour­toisie, nous nous sommes embar­qués dans des bus en direc­tion du cen­tre-ville. On tra­verse des kilo­mètres de bidonvilles, puis de faubourgs mod­estes faits de maisons bass­es avec, cha­cune, une ampoule chevrotante dans l’entrée. Même l’éclairage pub­lic est comme atténué. Les bour­gades de Bosnie, au plus fort des com­bats, étaient mieux éclairées: cette pen­sée m’est venue d’emblée, Dieu sait pourquoi.

Beau­coup de ces maison­nettes font office de petits mag­a­sins ou de cafés. Devant, sous le porche ou dans la véran­da, sont assis des hommes en assem­blées com­pactes, comme s’ils com­plotaient, et ils boivent de la bière. J’aurais voulu faire un tour, un de ces soirs, dans ces auberges de for­tune, les con­ver­sa­tions doivent y être ani­mées. Mais on me dit qu’il n’est pas très recom­mandé de fureter dans cette ville la nuit.

Lundi 18 novembre

Sitôt débar­qué de l’avion, j’ai été frap­pé par cette sen­teur de bois brûlé qui serait com­mune à toute l’Afrique. Ce matin, j’ai ouvert la baie de ma cham­bre cli­ma­tisée au sep­tième étage et elle a immé­di­ate­ment été envahie par l’odeur du feu. Comme si on bou­canait quelque chose à côté de moi.

Je prof­ite de la journée pour faire con­nais­sance avec les col­lègues et marcher un peu aux alen­tours. La ville est laide, comme jetée à la hâte dans une friche, au milieu de la forêt. Les métrop­o­les sub­trop­i­cales sont la preuve de fail­lite la plus écla­tante de la civil­i­sa­tion du niv­elle­ment glob­al. Les vis­ages et les couleurs sauvent la mise. Ils restent humains mal­gré le béton bâclé qui les héberge.

UPF. Je ren­con­tre ici beau­coup de gens chaleureux, expéri­men­tés, intrépi­des, aux hori­zons cul­turels, pro­fes­sion­nels très divers. L’UPF a quelque chose d’une arche de Noé. En tant qu’outsider, je fais une décou­verte pré­cieuse : celle des réti­cences intestines de la pro­fes­sion face au niv­elle­ment, aux pres­sions et à l’appauvrissement dont elle est l’objet dans les médias de grand chemin. Les Occi­den­taux de cinquante ans et plus ne s’attendaient sans doute pas à se retrou­ver dans les tenailles de la com­pro­mis­sion comme leurs con­frères sovié­tiques de l’époque. Ils n’y étaient donc pas pré­parés. Cha­cun affronte seul ce défi éthique, cha­cun choisit (quoi qu’on en dise) de quel côté de la force il va bas­culer. Le plus cuisant est de voir ceux qui noient ce dilemme dans l’agnotologie, l’ignorance volon­taire.

Je note aus­si que le per­son­nel des « poids lourds » — Le Monde, Le Figaro, L’Obs etc. — brille par son absence. « Au fond, me dira Myret Zaki, on con­state que dans les rassem­ble­ments de jour­nal­istes pour par­ler des prob­lèmes de notre méti­er, le per­son­nel de l’establishment est rarement investi et présent en force. »

Mardi 19 novembre

Bien que par­fait novice, j’ai l’honneur de mod­ér­er la pre­mière table ronde. L’émotion dans les médias, frein ou atout pour l’information ? Sur cette ques­tion, ma reli­gion est faite : « les deux, mon général », mais la manière dont les «pro­fes­sion­nels de l’information» trait­ent ce dilemme m’intéresse pro­fondé­ment. A mes côtés, mon amie Myret Zaki, Latéfa Akhar­bach du Con­seil supérieur de la com­mu­ni­ca­tion audio­vi­suelle (CSCA) (Maroc), Meh­di Khelfat, respon­s­able «Monde» à la RTBF, François-Xavier Budim’bani Yam­bu, pro­fesseur de jour­nal­isme à l’université catholique du Con­go et Jean Claude Allan­ic, ancien médi­a­teur de France 3. A cer­tains moments, j’oublie mon rôle de mod­éra­teur tant les témoignages me font réfléchir, en par­ti­c­uli­er l’illustration, par Allan­ic, d’un traite­ment intè­gre et d’un traite­ment dém­a­gogique d’une même séquence vidéo; ou l’énumération des valeurs que les acteurs de l’information devraient tou­jours avoir en tête, par le pro­fesseur Budim’bani.

Juges et par­ties. Les débats sont tous intéres­sants, dens­es, con­crets, suiv­is avec une atten­tion pas­sion­née. (On peut les vision­ner sur la page Face­book de l’UPF). Cepen­dant, quelque chose me gêne dans le thème de cette année. Quelle place pour l’émotion dans l’information… On pour­rait expédi­er le sujet en cinq min­utes. Sur LinkedIn, réponse con­cise de mon ami Patrick Val­lélian, fon­da­teur de l’excellente plate­forme de slow jour­nal­ism Sept.info: «Aucune.» Pour­tant, Dieu sait si Sept dif­fuse de l’émotion — et si on y est scrupuleux sur la qual­ité et l’intégrité des con­tenus. Voilà d’où vient cette gêne: on a posé l’«émotion» comme un objet d’étude, une vari­able d’une équa­tion, comme des puri­tains par­leraient des plaisirs de la chair. Alors même qu’on ne fait rien sans elle, que toute nar­ra­tion d’une nou­velle sup­pose une dose d’émotion, par le choix de l’angle de vue, des mots, du ton…

Le jour­nal­isme mod­erne est gan­grené par une idéolo­gie de l’objectivité qui — le chemin de l’enfer étant pavé de bonnes inten­tions — aboutit à son con­traire, le règne de la manip­u­la­tion et de l’arbitraire. Avec le «fact check­ing», le détache­ment plus ou moins feint, on entre­tient le mythe d’une infor­ma­tion imper­son­nelle, comme arrivant de Sir­ius. Dans les faits, on pré­pare le rem­place­ment des jour­nal­istes par des algo­rithmes. Per­son­ne ne veut voir que le jour­nal­isme ne se décrédi­bilise pas par l’excès de sub­jec­tiv­ité, mais son rejet. Il se meurt par manque de voix inim­ita­bles, de car­ac­tères et de «tronch­es». Les petits tech­nocrates de l’information sont d’ores et déjà rem­plaçables par de l’intelligence arti­fi­cielle. Les jour­nal­istes de valeur allient le respect des faits à une vision du monde trem­pée et affichée !

Émo­tion, arme de guerre. L’exposé inau­gur­al d’Anne-Cécile Robert, du Monde diplo­ma­tique, m’a frap­pé par sa net­teté et son audace. A enten­dre et ren­con­tr­er de telles per­son­nes, on a le sen­ti­ment que deux fonc­tions se côtoient dans une même pro­fes­sion, et qu’elles s’opposent de plus en plus. D’un côté, les «com­mu­ni­cants», dociles servi­teurs du pou­voir, dont la car­ac­téris­tique pre­mière est l’incuriosité, et immé­di­ate­ment après elle la vig­i­lance poli­cière à l’égard, juste­ment, des trop curieux, preste­ment taxés de com­plo­tistes. De l’autre côté, ces mêmes curieux, qui s’efforcent de faire leur méti­er mal­gré le rôle com­plaisant qu’on s’efforce de leur faire jouer.

Ser­ment d’Hippocrate. Par-delà les digres­sions et les intro­spec­tions qui brouil­lent le paysage, la con­di­tion de jour­nal­iste est sem­blable à celle du médecin. Elle est encadrée par de fortes exi­gences éthiques. Comme les médecins, les jour­nal­istes sont de plus en plus poussés à les bafouer, et par un même sys­tème avide et pré­da­teur ori­en­té unique­ment vers le pou­voir et l’exploitation uni­verselle (le Gestell de Hei­deg­ger). La dif­férence, c’est que les médecins n’organisent pas de col­lo­ques pour analyser leurs petites et grandes com­pro­mis­sions.

Le com­plo­tisme, dans l’univers médi­a­tique, n’est de plus en plus sou­vent que l’autre nom de la curiosité pro­fes­sion­nelle. On vous prie d’en rester au niveau phénoménologique. De sur­décrire le « com­ment » pour ne pas abor­der le « pourquoi » des choses. La gêne vis­cérale d’un cer­tain nom­bre de jour­nal­istes lorsqu’on leur par­le du rôle des ser­vices secrets et des ONG dans la con­duite des man­i­fes­ta­tions «pop­u­laires» témoigne de ce con­di­tion­nement. De même leur malaise lorsqu’on leur par­le du sort de Julian Assange, qui a pour­tant assuré les beaux tirages de bien des jour­naux.

Le cas Assange, on ne l’avait pas vu venir, rivé qu’on était à l’apparence et non au sens. L’action de Wik­iLeaks vise juste­ment à dévoil­er la nature des choses par l’argumentation la plus incon­testable, celle des faits bruts. Ce qui aura été à ce jour la plus effi­cace entre­prise d’information du XXIe siè­cle a boulever­sé la con­science du monde sans le moin­dre gramme de pathos ni d’émotion. L’attitude vis-à-vis du sort de son fon­da­teur est un out­il sûr pour dis­tinguer ce qu’il reste de réels jour­nal­istes — ceux qui sont leur pro­pre voix et leur pro­pre plume — des com­mu­ni­cants — qui sont la voix et la plume de ceux qui les paient.

L’émotion comme sédatif. Dans un jour­nal­isme qui se respecte et qui respecte son client, l’émotion doit se trou­ver à l’arrivée du mes­sage, et non au départ. La sur­charge émo­tion­nelle des médias de grand chemin n’est que super­fi­cielle­ment liée à la « con­cur­rence » des réseaux soci­aux (un vecteur dont eux-mêmes usent et abusent). Elle est surtout là pour mas­quer par la diver­sion nerveuse le con­formisme et la pau­vreté des con­tenus. Anne-Cécile Robert a con­sacré un livre à l’émotion comme arme de guerre. Elle rap­pelle des évi­dences si brutes qu’elles en sont dev­enues poli­tique­ment incor­rectes, tant il est vrai que nous sommes arrivés à l’époque prédite par Chester­ton «où le fait d’appeler un tri­an­gle une fig­ure à trois côtés sera pour­suivi comme une hérésie». L’émotion dans l’information n’est pas un exci­tant, c’est un sédatif. Elle démo­bilise et dépoli­tise. « Indignez-vous ! » ordon­nait d’une voix vibrante un mil­i­tant hyper­sen­si­ble et cacochyme. On a acheté sa brochure, on s’est indigné et… quoi ? Le niveau de réac­tiv­ité civique des pop­u­la­tions ain­si « indignées » n’a fait que baiss­er jusqu’au zéro absolu. L’hyperclasse l’a très bien com­pris. Elle vous abreuve d’émotions, y com­pris con­tre elle-même — tout passe pourvu que la logique, la rai­son et la volon­té restent hors jeu. Le phil­an­thro-cap­i­tal­isme des mil­liar­daires — incar­né notam­ment par sa nou­velle prêtresse Gre­ta Thun­berg — est l’aboutissement naturel du jour­nal­isme bien-pen­sant et bien-sen­tant. C’est une rhap­sodie du change­ment dont le but est que surtout rien ne change.

L’émotion est mobile et mal­léable comme le pinceau du pro­jecteur sur une scène de théâtre. Elle moralise tout. La trans­for­ma­tion des enjeux poli­tiques et soci­aux en enjeux moraux est le meilleur moyen de les étein­dre. Le socié­tal est la mort du social.

La Stratégie de l’émotion com­plète la Stratégie du Choc de Nao­mi Klein. La con­ver­sa­tion de son auteure est viv­i­fi­ante. On se dit que la bêtise de con­ven­tion n’a pas encore tout envahi. Que quelques arch­es de Noé sur­na­gent dans ce déluge.

Mercredi 20 novembre

J’ai provo­qué un petit tol­lé lors de la deux­ième table ronde en com­para­nt les mou­ve­ments de masse de ces dernières années à des vols d’étourneaux. La nuée est com­pacte, mobile, elle coor­donne par­faite­ment ses mou­ve­ments… mais elle n’a pas de tête. A mes yeux, un mou­ve­ment des­tiné à chang­er les choses démoc­ra­tique­ment se dis­tingue d’une masse sans tête par des reven­di­ca­tions pré­cis­es et par un groupe de lead­ers représen­tat­ifs, respon­s­ables et à ce titre éventuelle­ment arrêtés. Cela n’entre plus du tout dans les vues nébuleuses des chantres de la démoc­ra­tie des foules. A creuser un peu, on se rend compte que cette «démoc­ra­tie» idéale est un esprit, un par­fum, une pure idée. Si vous les met­tez au pied du mur : « Vous êtes donc pour la volon­té absolue de la majorité telle qu’exprimée dans la rue ? », le dia­logue dérive aus­sitôt vers les amé­nage­ments (mis en place par qui?). Si vous deman­dez où et quand ces révo­lu­tions, depuis le ren­verse­ment de Miloše­vić en 2000 jusqu’en Ukraine, Algérie ou Hong Kong, ont abouti à une amélio­ra­tion con­crète et durable de la représen­ta­tiv­ité pop­u­laire, c’est encore une fois le silence. Il appa­raît en fin de compte que la pour­suite de la Démoc­ra­tie (avec grand D) s’apparente au lièvre mécanique des cours­es de lévri­ers. On fixe l’attention et le désir de la troupe sur une proie qu’elle n’atteindra jamais.

Jeudi 21 novembre

En route pour l’aéroport, cette fois de jour. Les embouteil­lages nous font avancer au pas. Le chauf­feur du Hilton, qui con­naît son affaire, nous emmène à tra­vers des bidonvilles invraisem­blables, emplis d’une human­ité bruyante, torse-nu, affairée. Après plus d’une heure de route au pas, nous sommes blo­qués sur le bas-côté de la route par un ser­gent autori­taire. Un con­voi prési­den­tiel est annon­cé et il s’agit de lui faire face. « Je ne veux voir aucun véhicule le long de cette avenue », braille le sous-offici­er zélé qui fait la cir­cu­la­tion. On oublie trop vite qu’un des charmes des régimes autori­taires, c’est qu’ils per­me­t­tent à cha­cun de leurs rouages d’être un micro-poten­tat dans son petit ray­on d’action.

Pen­dant que nous atten­dons, au cré­pus­cule, le pas­sage du bas­tringue offi­ciel, je descends de voiture et tombe sur un jeune albi­nos qui sort de l’école. Il con­tem­ple la scène, étrange­ment calme et détaché. Sont-ils encore per­sé­cutés comme jadis, ces Noirs à la peau blanche ? L’apparition presque irréelle de cet être rare fait mys­térieuse­ment chaud au cœur.

Au check-in, pour deux ou trois kilos de trop dans mon bagage à main (je voy­age sans valise), j’ai été con­traint de céder la Pan­thère des neiges de Syl­vain Tes­son que je me réjouis­sais de dévor­er durant le voy­age. Le Renau­dot 2019 est main­tenant entre les mains d’une employée des Aéro­ports du Camer­oun qui m’a sem­blé fort réjouie du cadeau.

On a décol­lé pour Douala, puis Rois­sy, avec un bon retard. L’équipage lui-même a été blo­qué sur la route de l’aéroport par le bal­let des con­vois offi­ciels…

J’espère retrou­ver, dans les années à venir, cette arche de Noé ambu­lante. Mal­gré toutes ses crises, le jour­nal­isme est l’autobiographie de l’humanité, rédigée au fil des jours. Tant qu’il restera de vrais jour­nal­istes, la civil­i­sa­tion pour­ra se regarder en face.

Mes remer­ciements vont à Jean-Pierre, Philippe, Khadi­ja, Zara, Mar­gare­ta et à toute l’équipe de l’organisation qui s’est dépen­sée sans compter pour met­tre sur pied ces échanges.

Slo­bo­dan Despot
Source : antipresse.net

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.