Vous avez dit pensée unique ?

Vous avez dit pensée unique ?

Vous avez dit pensée unique ?

Télécharger en PDF

Vaucluse matin ment-il à ses lecteurs quand il annonce en une et en manchette le 11 mars dernier : « François Hollande à notre journal – « avoir un cap et s’y tenir » ? Même question, quand on lit, en page 20 du même journal : « Le Président de la République répond à notre journal ».

La question mérite en effet d’être posée car… François Hollande n’a jamais répondu aux questions d’un journaliste de Vaucluse matin, ni même à celle d’un journaliste de son grand frère du Dauphiné libéré ! Pour s’en rendre compte, il faut lire l’article jusqu’au bout et remarquer cet avertissement, en petit caractère : « propos recueillis par Jean-Philippe Guillot (par mail pour le groupe Est-Bourgogne-Rhône-Alpes dont fait partie Le Dauphiné Libéré) ».

En effet, le groupe Ebra, propriété du Crédit mutuel a mutualisé ses rédactions. Comme l’explique Libération, « au Crédit mutuel, vraiment tout est mutuel : même les articles des journaux détenus par la banque », soit une quinzaine de titres dont L’Est républicain, Le Dauphiné Libéré, Le Progrès ou encore les Dernières nouvelles d’Alsace représentant pas moins d’un million d’exemplaires vendus par jour. Désormais, « les informations générales – « les IG » – sont traités à Paris », par une rédaction d’une quinzaine de journalistes. « A terme, continue Libération, les pages seront envoyées clé en main à tous les titres du groupe ». C’est ainsi que l’interview, par mail, de François Hollande, réalisée par un journaliste du Bien Public de Dijon, s’est retrouvée dans tous les journaux.

Bien entendu, ce nouveau fonctionnement fait grogner dans les salles de rédaction. « Avec la mutualisation, on n’a plus la main sur ce qu’on publie », regrette un journaliste du Progrès. « Il s’agit d’une attaque frontale contre l’histoire de ces journaux, leurs identités respectives, l’indépendance de leurs rédactions », accuse pour sa part le SNJ.

Et le lecteur, dans tout cela ? Et bien, il est prié d’avaler la même information, traitée de la même manière, qu’il soit à Lyon, à Dijon, à Strasbourg ou à Grenoble ! Et Libération de citer un journaliste du Républicain lorrain : « c’est la pensée unique pour toute la moitié est de la France » !

Si même les journalistes se mettent à dénoncer la pensée unique…

Source : Libération

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook