Radar/Automoto : Denis Brogniart accable les policiers

Infographie : Patrick #Drahi, à la fortune du câble ! [MàJ] https://t.co/pqrCbF4afu #médias

Radar/Automoto : Denis Brogniart accable les policiers

Radar/Automoto : Denis Brogniart accable les policiers

Télécharger en PDF

Lors de l’émission « Automoto » diffusée en novembre 2012 sur TF1 et présentée par Denis Brogniart, deux policiers masqués avaient recouvert d’un sac plastique un radar routier dans le but de le rendre inopérant. L’objectif était de dénoncer la politique du chiffre opérée par le ministère de l’Intérieur.

Cette action avait provoqué la colère de Manuel Valls qui avait ordonné d’importants moyens pour identifier les deux policiers, dont le visage avait été flouté et la voix modifiée dans le reportage. Par la suite, Denis Brogniart avait été convoqué à l’IGPN.

Les policiers ont depuis été identifiés, et une source policière affirme que le journaliste de TF1 a « donné ses sources ». Ces derniers sont passés devant le conseil de discipline, qui a proposé 24 mois de suspension dont 18 fermes sans traitement pour le plus impliqué d’entre eux.

Sur RTL, Denis Brogniart a récemment accablé les policiers, niant toute responsabilité quant au sort qui leur était réservé et arguant que ce sont ces derniers qui l’avaient contacté pour filmer leurs actions. L’avocat du policier mis en cause, Me Gabriel Bersini, s’est dit choqué par ces déclarations. « Mon client a été étonné et surpris, déclare Me Versini. Les grandes déclarations de principe n’engagent que ceux qui les formulent. Pour reprendre une citation célèbre de Talleyrand, tout ce qui est excessif est insignifiant. On se grandit en restant objectif dans la narration des faits », a-t-il déclaré.

Et celui-ci de conclure en donnant tort au journaliste de TF1 : « Mon client n’est pas l’instigateur de ce reportage. Le modus operandi ne relève nullement de son initiative ou de sa compétence. » Les policiers ont affirmé, pour leur défense, avoir agi avec le soutien d’un syndicat de police influent.

Crédit photo : DR

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook