Portrait : Fabrice Le Quintrec, la liberté au fond d'un placard
Libor : Le Wall Street Journal contraint de retirer un article

Libor : Le Wall Street Journal contraint de retirer un article

Télécharger en PDF

Après la publication des noms de deux douzaines de traders ayant participé à la fraude du Libor – taux de référence des marchés interbancaires –, le Wall Street Journal a été sommé par le Serious Fraud Office (SFO), office britannique de lutte contre la délinquance financière, de retirer son papier.

C’est David Enrich, journaliste vedette du Wall Street Journal, qui s’était procuré cette liste. Un article a été publié sur la toile, aux États-Unis et en Asie, à ce sujet avant que le SFO ne rappelle à l’ordre le quotidien américain. « Ces noms ne devront pas être publiés en Angleterre et au Pays de Galles par le Wall Street Journal ou par tout autre journal, ni à la télévision, ni sur Internet ou tout autre moyen, et toute publication Internet existante doit être supprimée », a demandé l’Office britannique. Et le WSJ s’est plié à cette injonction.

Parmi cette liste de fraudeurs, seuls trois peuvent être publiés : ceux de Tom Hayes, Terry Farr et James Gilmour, les trois opérateurs actuellement inculpés par la justice. Si le SFO veut garder le secret sur les autres, c’est parce qu’il envisage une nouvelle série d’inculpations.

Mais pour le Dow Jones, le groupe propriétaire du Wall Street Journal, « cette injonction est un grave affront contre la liberté de la presse » et beaucoup, à Wall Street, se plaignent des méthodes britanniques.

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook