Viols de Cologne : la désinformation continue
En Italie la loi « mariage pour tous » met à mal l’indépendance des médias

En Italie la loi « mariage pour tous » met à mal l’indépendance des médias

Télécharger en PDF

L’intense débat au Parlement italien sur la loi dite Cirinnà (que l’on pourrait comparer à la loi du mariage pour tous en France ) a réouvert le débat sur l’impartialité de la RAI, la télévision d’État dont le fonctionnement est assuré par une cotisation annuelle obligatoire payée par tous les citoyens .

Pendant le festival de Sanremo, l’événement musical le plus important du pays suivi chaque année par plus de dix millions de personnes sur RaiUno de nombreux artistes ont exposé en direct les symboles du mouvement LGBT. Cette façon de soutenir la loi sur les unions civiles et l’adoption gay – en plein vote du Parlement – a mobilisé les opposants à l’introduction de cette loi.

Une mobilisation « Journée de la famille », la contrepartie italienne de la Manif pour tous a conduit fin janvier plus d’un million de personnes dans les rues de Rome pour dire non à la reconnaissance du mariage entre personnes du même sexe. Au même moment la dessinatrice Luciana Littizzetto, sur «  Che tempo che fa » un programme très suivi de RaiTre détournait l’émission pour soutenir la loi Cirinnà et attaquer l’un des organisateurs de la Journée de la famille, l’ancien député Mario Adinolfi maintenant directeur du quotidien La Croce.

Adinolfi a immédiatement répondu via Twitter, remettant en question l’impartialité de la RAI : « Pourquoi devrions-nous payer encore pour la RAI ? La tirade de Littizzetto chaque dimanche sur les unions homosexuelles est elle devenue désormais obligatoire ? ». Ernesto Galli della Loggia, historien et chroniqueur dans les colonnes du Corriere della Sera, le journal le plus important en Italie, a eu des mots très durs pour dénoncer le conformisme de l’information en Italie. Citons son interview à Radio Vatican : « Je prends un exemple absurde, si en Italie il y avait un régime nazi, je pense que beaucoup de ces chanteurs apparaîtraient sur l’écran avec la croix gammée ». Ce politiquement correct a même été dénoncé par un député de la majorité Michele Anzaldi « … Il y a tout simplement en Italie une maladie du conformisme en particulier dans le divertissement et les médias… »

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook