Accueil | Actualités | Médias | Vivendi : peine réduite à dix mois avec sursis pour Messier
Pub­lié le 19 mai 2014 | Éti­quettes : ,

Vivendi : peine réduite à dix mois avec sursis pour Messier

Poursuivi pour sa communication à la tête de Vivendi Universal et pour les conditions de son départ en 2002, Jean-Marie Messier vient de voir sa peine adoucie par la Cour d’appel de Paris.

En première instance, l’ancien patron de Vivendi avait en effet été condamné à trois ans de prison avec sursis et 150 000 euros d’amende, peine que la Cour d’appel a ramenée à dix mois avec sursis. Jean-Marie Messier a été reconnu coupable d’abus de biens sociaux lié aux conditions d’attribution de son indemnité de départ de 18,5 millions d’euros, cette indemnité ayant été assimilée à un abus de bien social. La Cour a cependant écarté le chef d’accusation de diffusion d’informations fausses et trompeuses liée à la communication de Jean-Marie Messier lorsqu’il était à la tête du groupe Vivendi Universal.

L’avocat de M. messier, maître Francis Szpiner, a estimait qu’il s’agissait d’une « grande victoire » tout en indiquant que son client allait se pourvoir en cassation. « Cette décision met fin à la légende selon laquelle Vivendi Universal aurait été mal géré », estime maître Szpiner.

L’ancien directeur financier de Vivendi Universal, Guillaume Hannezo, a également vu sa peine réduite en appel. Reconnu coupable de délit d’initiés, il a été condamné à 850 000 euros d’amende, dont la moitié avec sursis, contre 15 mois d’emprisonnement avec sursis et 850 000 euros d’amende sans sursis en première instance. Il a indiqué sa volonté de se pourvoir en cassation lui aussi.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This