Accueil | Actualités | Médias | Une fin d’année difficile pour Le Télégramme
Pub­lié le 27 novembre 2012 | Éti­quettes : , ,

Une fin d’année difficile pour Le Télégramme

Le Télégramme de Brest connaît une fin d'année 2012 particulièrement difficile, avec un chiffre d'affaire en baisse et moins d'un million d'euros de bénéfices, contre quatre millions en 2011.

En cause, la baisse de 8% des recettes publicitaires sur les trois premiers semestres de l'année. De même, les achats en kiosque du quotidien ont chuté de 4,5%, tandis que le nombre de connexion sur le site internet Letelegramme.fr chutait également. Seules les ventes par tiers ont augmenté de presque 14%.

Pour tenter de rebondir, les frères Edouard et Hubert Coudurier, PDG et directeur de l'information du titre, ont pris un certain nombre de mesures depuis quelques semaines. Le gratuit 7 jours à Quimper, lancé en juin dernier, a été arrêté début octobre. Le Télégramme voit également son format se réduire de quatre pages les mois de novembre et de décembre. Par ailleurs, une refonte globale du site internet est prévue pour le début de l'année 2013.

Enfin, Bernard Hellequin, directeur général de Viamédia, la régie publicitaire du groupe, a été débarqué tout dernièrement. Selon Presse News, « Bernard Hellequin n'aurait pas été jugé assez combattif face à la baisse des recettes publicitaires […]. Le nom de son remplaçant devrait être annoncé d'ici fin novembre ».

Source : Presse News / La Lettre A

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux