Accueil | Actualités | Médias | La PQR malade… du manque de concurrence ?
Pub­lié le 8 mars 2013 | Éti­quettes : , , ,

La PQR malade… du manque de concurrence ?

La presse quotidienne régionale traverse une passe difficile. En 2012, presque tous les titres ont vu leur diffusion payée chuter : sur les 51 certifiés par l'Observatoire de la presse (OJD), 46 sont en baisse, 5 en hausse (au maximum 0,5%).

L'Est Républicain s'effondre de 5,8% sur un an, Nice Matin de 5,6%, Var Matin de 5%, La Provence de 4,1%, La Dépêche du Midi de 3,6%, Le Parisien de 3,3%, Le Progrès de 3,2%, comme La Voix du Nord, Le Républicain Lorrain de 3,1%, La Montagne de 3%, Sud Ouest de 2,8%, Les Dernières Nouvelles d'Alsace de 2,7%, etc...

Les seuls journaux à progresser sont Ouest France, Le Courrier de l'Ouest, Le Maine Libre, Presse Océan et Nord Littoral. Soit quatre journaux sur cinq en concurrence frontale.

Le Télégramme de Brest, lui aussi en concurrence avec Ouest France, affiche un petit recul entre 2011 et 2012 mais une hausse depuis 2008. Et si la situation quasi-monopolistique de titres/groupes régionaux expliquait en partie la dégradation de leur santé économique ?

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This