Accueil | Actualités | Médias | La PQR malade… du manque de concurrence ?
Pub­lié le 8 mars 2013 | Éti­quettes : , , ,

La PQR malade… du manque de concurrence ?

La presse quotidienne régionale traverse une passe difficile. En 2012, presque tous les titres ont vu leur diffusion payée chuter : sur les 51 certifiés par l'Observatoire de la presse (OJD), 46 sont en baisse, 5 en hausse (au maximum 0,5%).

L'Est Républicain s'effondre de 5,8% sur un an, Nice Matin de 5,6%, Var Matin de 5%, La Provence de 4,1%, La Dépêche du Midi de 3,6%, Le Parisien de 3,3%, Le Progrès de 3,2%, comme La Voix du Nord, Le Républicain Lorrain de 3,1%, La Montagne de 3%, Sud Ouest de 2,8%, Les Dernières Nouvelles d'Alsace de 2,7%, etc...

Les seuls journaux à progresser sont Ouest France, Le Courrier de l'Ouest, Le Maine Libre, Presse Océan et Nord Littoral. Soit quatre journaux sur cinq en concurrence frontale.

Le Télégramme de Brest, lui aussi en concurrence avec Ouest France, affiche un petit recul entre 2011 et 2012 mais une hausse depuis 2008. Et si la situation quasi-monopolistique de titres/groupes régionaux expliquait en partie la dégradation de leur santé économique ?

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux