Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Un quotidien condamné pour harcèlement sexuel… indirect

14 juillet 2015

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Un quotidien condamné pour harcèlement sexuel… indirect

Un quotidien condamné pour harcèlement sexuel… indirect

Décision inédite au Conseil de Prud’hommes mercredi 1er juillet. Condamné pour des faits de harcèlement sexuel au sein de la rédaction, le quotidien régional La Nouvelle République du Centre-Ouest l’a été pour des actes indirects.

« C’est la pre­mière fois qu’un con­seil des prud’hommes ne déboute pas une salariée qui fait val­oir que le har­cèle­ment sex­uel peut être con­sti­tué par des agisse­ments qui ne lui sont pas directe­ment des­tinés », note Marylin Baldeck de l’As­so­ci­a­tion européenne con­tre les vio­lences faites aux femmes au tra­vail (AVFT).

Les faits remon­tent à 2012, à la rédac­tion de Château­roux, lorsque la plaig­nante a vu ses con­di­tions de tra­vail se dégrad­er suite à « des pro­pos à con­no­ta­tion sex­uelle et sex­iste [qui] sont proférés dans le cadre de l’agence ». Cela se tradui­sait, au quo­ti­di­en, par « des pho­tos de femmes à forte poitrine instal­lées en fond d’écran d’ordinateurs et des vidéos qui cir­cu­lent par cour­riels » ou encore « des pro­pos vul­gaires et insul­tants à l’encontre d’une de ses collègues ».

En effet, selon l’AVFT, les trois col­lègues mas­culins de la jour­nal­iste s’interpellaient en per­ma­nence avec des insultes à con­no­ta­tion sex­uelle et fai­saient sans arrêt des remar­ques de ce type. Et quand celle-ci se plaig­nait, on lui fai­sait remar­quer qu’elle « man­quait d’hu­mour » et qu’elle allait « cass­er l’am­biance ». Au bord de la dépres­sion, elle sera mise en arrêt par son médecin en jan­vi­er 2013 avant d’être licen­ciée pour inap­ti­tude un an et demi plus tard.

Ain­si, dans sa déci­sion con­damnant le quo­ti­di­en, le Con­seil de Prud’hommes a‑t-il retenu le licen­ciement sans cause réelle et sérieuse mais aus­si le har­cèle­ment moral et sex­uel tout en recon­nais­sant que ce har­cèle­ment ne s’est jamais exer­cé de manière directe. Une première.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Élisabeth Laborde

PORTRAIT — Anci­enne attachée de presse de Matthieu Pigasse, auquel elle doit sa mobil­ité pro­fes­sion­nelle ful­gu­rante, Élis­a­beth Labor­de est l’archétype de la « dircom » fémin­iste et bobo qui veut remod­el­er le monde de l’entreprise à son l’aune des mantras pro­gres­sistes contemporains.

Pascal Praud

PORTRAIT — Loin d’être l’homologue français de Tuck­er Carl­son ou de Sean Han­ni­ty comme le fan­tasme la presse de gauche, Pas­cal Praud prof­ite d’un cli­mat poli­tique trou­blé et d’une cen­sure gran­dis­sante pour endoss­er le rôle des “porte-parole des Mar­cel au bistrot” et faire grimper les audiences.

Glenn Greenwald

PORTRAIT — Ancien avo­cat d’af­faires, par la suite spé­cial­isé dans les lit­iges civiques et con­sti­tu­tion­nels, Glenn Green­wald est depuis près de 20 ans entière­ment dédié à la défense lit­térale et intran­sigeante de la con­sti­tu­tion améri­caine et de ses garanties en matière de lib­ertés individuelles.

Yann Barthès

PORTRAIT — Avec sa belle gueule et sa décon­trac­tion cor­ro­sive, Yann Barthès est devenu en quelques années le gen­dre idéal de la mère de famille con­seil­lère déco dans le Marais, ou son fan­tasme télé le plus avouable.