Accueil | Actualités | Médias | Nouvelle République et désinformation
Pub­lié le 10 décembre 2012 | Éti­quettes :

Nouvelle République et désinformation

Un des signes de non-respect de la déontologie journalistique – les faits d’abord les faits – est l’emploi de mots creux, d’euphémismes. Les violences faites aux personnes et aux biens deviennent des incivilités, les voyous deviennent des jeunes.

Un de nos observateurs de terrain nous signale un flagrant délit. Les voitures brûlées deviennent tellement quotidiennes que la préfecture de Paris a préféré ne plus publier de statistiques sur ce sujet (casser le thermomètre fait baisser la fièvre, c’est bien connu). Et en province ? Dans son édition du lundi 13 novembre 2012 (Tours et agglomération) La Nouvelle République parle de « feux de voitures ». Notre observateur commente : « Ces voitures s’enflamment sans doute toutes seules. »

Source : Observateur de l’Ojim à Tours

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.