Accueil | Actualités | Médias | Nouvelle République et désinformation
Pub­lié le 10 décembre 2012 | Éti­quettes :

Nouvelle République et désinformation

Un des signes de non-respect de la déontologie journalistique – les faits d’abord les faits – est l’emploi de mots creux, d’euphémismes. Les violences faites aux personnes et aux biens deviennent des incivilités, les voyous deviennent des jeunes.

Un de nos observateurs de terrain nous signale un flagrant délit. Les voitures brûlées deviennent tellement quotidiennes que la préfecture de Paris a préféré ne plus publier de statistiques sur ce sujet (casser le thermomètre fait baisser la fièvre, c’est bien connu). Et en province ? Dans son édition du lundi 13 novembre 2012 (Tours et agglomération) La Nouvelle République parle de « feux de voitures ». Notre observateur commente : « Ces voitures s’enflamment sans doute toutes seules. »

Source : Observateur de l’Ojim à Tours

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

36% récolté
Objec­tif : févri­er 2019 ! Nous avons récolté 720,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux