Accueil | Actualités | Médias | Un photographe réclame ses droits aux Restos du cœur
Pub­lié le 8 juillet 2013 | Éti­quettes : , , ,

Un photographe réclame ses droits aux Restos du cœur

Le photographe Gaston Bergeret, auteur de la photographie de Coluche qui figure sur toutes les affiches des Restos du Cœur, vient d’assigner l’association en justice pour exploitation illégale.

Un photographe réclame ses droits aux Restos du cœur

© Gaston Bergeret

Cette photo, retirée depuis par l’association, est utilisée depuis 1985 et le serait, selon cette dernière, sur la base d’un accord oral entre le photographe et Coluche. « Cette autorisation initiale a été très largement outrepassée, puisque ma photographie est totalement défigurée et de la manière la plus hideuse. Je n’ai jamais été consulté sur les modifications », se plaint l’auteur dans Libération. Non seulement Gaston Bergeret réclame l’arrêt immédiat de son utilisation, mais il demande également des dédommagements financiers pour l’utilisation passée, qui a duré 27 ans.

« Mon travail est utilisé sur des supports pour lesquels je n’ai jamais été consulté (tee-shirts, tickets-restaurant, DVD, etc.) et par des tiers exploitants dont le choix a été fait sans que l’on me demande quoi que ce soit (commerce de tee-shirts Eleven, TF1, Universal Music France, Sony Music Entertainment France, RTL, etc.) », poursuit-il, regrettant ne jamais avoir été mentionné ni consulté. Et ce dernier d’ajouter : « Mon but est avant tout de faire cesser les exploitations que je n’ai pas acceptées et qui comportent des dérives évidentes. »

« Je continue à autoriser gratuitement l’association des Restos du cœur à utiliser ma photographie sans modification et créditée », conclut-il.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux