L'Observatoire du journalisme est en régime d'été jusqu'au 22 août : au programme, les rediffusions de nos meilleures publications du premier semestre 2022.
Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Un ministère de la Vérité au gouvernement espagnol

18 décembre 2020

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Un ministère de la Vérité au gouvernement espagnol

Un ministère de la Vérité au gouvernement espagnol

18 décembre 2020

Temps de lecture : 4 minutes

Le contraste est frappant : une recherche Google sur les mots Espagne + “fake news” + Sanchez ne fait apparaître qu’un seul article critique du gouvernement de gauche (et d’extrême gauche) espagnol, celui de RSF qui s’inquiète de « la liberté de la presse menacée par la procédure du gouvernement contre la désinformation ». En revanche, une recherche sur les mots Hongrie + “fake news” + Orban permet d’obtenir dans les premiers résultats uniquement des titres laissant entendre que la Hongrie serait désormais une dictature.

Pedro Sanchez crée une structure extra-judiciaire

Les arti­cles en ques­tion datent du print­emps 2020 quand, dans le cadre de « l’état de dan­ger » décrété pour faire face à la pandémie, un délit de dés­in­for­ma­tion avait été instau­ré en Hon­grie pour tout acte de dés­in­for­ma­tion volon­taire et malveil­lant en rap­port avec la pandémie de Covid-19. L’état de dan­ger n’exonérait toute­fois pas le gou­verne­ment d’avoir à traduire les con­trevenants devant les tri­bunaux. L’article de RSF porte au con­traire sur une struc­ture extra-judi­ci­aire per­ma­nente, mise en place par le gou­verne­ment de Pedro Sánchez pour lut­ter con­tre la dés­in­for­ma­tion dans les médias et sur les réseaux soci­aux. Pub­liée le 5 novem­bre dans l’équivalent espag­nol du Jour­nal offi­ciel, la déci­sion approu­vée par le Con­seil de sécu­rité nationale crée une com­mis­sion inter­min­istérielle chargée de lut­ter con­tre ce qui sera con­sid­éré comme étant des cam­pagnes de dés­in­for­ma­tion, notam­ment, mais pas seule­ment, lorsqu’elles sont menées depuis l’étranger.

Ce seront donc les mem­bres du gou­verne­ment de Pedro Sánchez, com­posés de mil­i­tants du par­ti social­iste (PSOE) et de l’alliance du par­ti d’extrême gauche Podemos avec les com­mu­nistes (Unidas Podemos) qui décideront de ce qui est vrai et ce qui relève de la fausse infor­ma­tion aus­si bien dans les médias tra­di­tion­nels que sur les réseaux sociaux.

« Nous déplorons qu’une mesure aux ter­mes aus­si impré­cis con­stitue le fonde­ment d’une lutte con­tre la dés­in­for­ma­tion. Partout dans le monde, nous dénonçons les lois cen­sées lut­ter con­tre les fake news qui, en réal­ité, visent à éroder la lib­erté de la presse à tra­vers une ambiguïté délibérée », déclare le prési­dent de RSF Espagne, Alfon­so Arma­da. « C’est pourquoi nous deman­dons au gou­verne­ment espag­nol de révis­er, dans un esprit de pré­ci­sion, toutes les mesures de cette procé­dure, et de revenir sur son pou­voir de déter­min­er ce qui est et n’est pas de la désinformation. »

L’ère de la « post-vérité » a bon dos

Le chef du par­ti d’extrême gauche Podemos, vice-prési­dent du Con­seil des min­istres présidé par Pedro Sánchez, ne dis­ait-il pas le 8 novem­bre, dans une inter­view pour le jour­nal argentin Pági­na 12, que les médias « ont une ligne édi­to­ri­ale déter­minée par la struc­ture de pro­priété qu’il y a der­rière » et que « de nos jours, les pou­voirs médi­a­tiques qui tra­vail­lent avec l’extrême droite esti­ment qu’il est légitime de men­tir. Nous l’avons vu en Espagne, en Argen­tine, en Bolivie, et nous le voyons aux États-Unis : Don­ald Trump en est un pro­duit. (…) La plus grande men­ace pour nos sys­tèmes démoc­ra­tiques, c’est l’extrême droite et le com­porte­ment de cer­tains pou­voirs médi­a­tiques déter­minés qui méprisent la vérité. Nous, les démoc­rates, nous devons nous regrouper, être unis et nous défendre con­tre cette men­ace. (…) Avec sa défaite [aux États-Unis] l’extrême droite mon­di­ale perd son act­if poli­tique le plus puis­sant, mais elle reste un énorme dan­ger en Amérique et en Europe ».

S’exprimant à pro­pos de ce que les médias espag­nols appel­lent désor­mais « Comité de la Vérité » ou « Min­istère de la Vérité », la min­istre de la Défense Mar­gari­ta Rob­les, du PSOE, estime que le rôle de cette com­mis­sion gou­verne­men­tale « a peut-être été mal expliqué » et que son rôle n’est pas tant de repér­er les fauss­es nou­velles que les cam­pagnes qui « de manière organ­isée et malveil­lante pré­ten­dent remet­tre en cause les insti­tu­tions démocratiques ».

Dans une inter­view pub­liée le 21 novem­bre sur le site El Con­fi­den­cial Dig­i­tal, le prési­dent de l’Association de la presse de Madrid, Juan Caño, jugeait mal­gré tout que « ce gou­verne­ment met beau­coup de bâtons dans les roues du tra­vail jour­nal­is­tique. Racon­ter la vérité et cul­tiv­er la lib­erté d’expression ressem­ble à une course d’obstacles ».

Nouvelle Inquisition ?

Un édi­to­r­i­al du 30 novem­bre du quo­ti­di­en El Mun­do (un jour­nal à la ligne assez hétérogène, mais générale­ment plutôt de droite) com­para­it ce « Comité de la Vérité » à l’Inquisition et à la cen­sure fran­quiste. Un arti­cle du même jour­nal pub­lié le 5 novem­bre voy­ait dans ce comité un out­il de sur­veil­lance sous con­trôle du pre­mier min­istre, puisque dirigé et coor­don­né par son chef de cab­i­net et par le secré­taire d’État à la Com­mu­ni­ca­tion. Le 6 novem­bre, le jour­nal ABC, de cen­tre-droit, affir­mait que la Com­mis­sion européenne était inquiète « du plan de Sánchez pour sur­veiller les médias » et remar­quait que le gou­verne­ment espag­nol avait approu­vé la créa­tion de sa stratégie de lutte con­tre la dés­in­for­ma­tion sans con­sul­ter les médias et en pré­ten­dant s’appuyer sur un Plan d’action pour la démoc­ra­tie européenne de la Com­mis­sion européenne alors que ce plan n’avait pas encore été lui-même approu­vé au niveau européen. « Le gou­verne­ment sur­veillera les médias pour pour­suiv­re ce qu’il con­sid­ér­era être de la ‘dés­in­for­ma­tion ‘ », titrait encore ABC le 5 novembre.

Le quo­ti­di­en de gauche El País ras­sur­ait toute­fois ses lecteurs dès le 9 novem­bre, sous le titre : « La Com­mis­sion européenne approu­ve le décret du gou­verne­ment con­tre la dés­in­for­ma­tion ». Il est expliqué dans l’article d’El País – l’équivalent espag­nol du jour­nal Le Monde – que « en 2018, la Com­mis­sion a demandé à tous les États mem­bres de met­tre en place des plans et des struc­tures nationales pour détecter et con­tr­er les cam­pagnes de désinformation ».

Elle est quand même bien gen­tille cette Union Européenne, mais si peu pour les Européens.

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés