Accueil | Actualités | Médias | The Game, un petit nouveau ambitieux dans la presse jeu vidéo
Pub­lié le 21 juillet 2014 | Éti­quettes :

The Game, un petit nouveau ambitieux dans la presse jeu vidéo

En pleine crise de la presse papier, un nouveau magazine très ambitieux a fait son apparition dans les kiosques le 11 juillet dernier.

« The Game », c'est son nom, se veut la nouvelle référence du jeu vidéo. Lancé par Link Digital Spirit, qui édite déjà Jeu Vidéo Magazine, le premier magazine du secteur avec une diffusion moyenne de 61 504 exemplaires en 2013, The Game repose sur un constat : le joueur, tout comme le lecteur, a vieilli. Passé par Nintendo, Sega et Playstation, il est désormais à l'aise sur les consoles next-gen telles que la PS4, la Xbox One ou la Wii U.

Et ce constat se vérifie aisément : selon les chiffres du SELL, la moyenne d'âge du geek est passée de 21 ans en 1999 à 38 ans en 2013 ! D'où la nécessité vitale de s'adresser au lecteur de manière différente, c'est à dire plus pointue et approfondie. Une sorte de So Foot, mais dans le milieu du jeu vidéo.

« Nous avons donc l'opportunité de nous adresser à des lecteurs plus adulte. The Game a pour objectif d'apporter de l'information en évitant de s'enfermer dans une approche trop gamer », explique Laurent Guillemain, directeur général de Link Digital Spirit sur Challenges.fr.

Son magazine se veut un « culture mag de 130 pages avec une fréquence plutôt lente puisque c'est un bimestriel. Nous voulons offrir un bel ouvrage que l'on peut consulter à plusieurs reprises. »

Son objectif : 20 000 exemplaires en diffusion payée pour les trois premiers numéros. « Nous plaçons la barre assez haut. Mais nous réfléchissons à la manière de déployer la marque ensuite. Il faut savoir que 85% de nos revenus proviennent de nos lecteurs pour Jeux Vidéo Magazine… »

C'est assez inhabituel pour être souligné : The Game n'aura pas de site internet, aucun pied sur la toile. « Ce n'est pas un oubli. En dehors de Jeuxvideo.com, le modèle des sites est très précaire. Nous avons décidé de ne plus rentrer dans la compétition des sites d'informations. Nous réfléchissons à ce que peut être la bonne formule. Mais il y a un phénomène de balancier très net, un profond rééquilibrage entre le numérique et le format papier », explique M. Guillemain.

Un projet ambitieux qui veut, malgré la crise, revenir « à l'essentiel de la presse ».

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux