Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Têtu embarrassé par son Mister Gay pro-FN

6 janvier 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Têtu embarrassé par son Mister Gay pro-FN

Têtu embarrassé par son Mister Gay pro-FN

Le magazine gay Têtu ne s’y laissera pas prendre une deuxième fois. Après l’élection d’un « Mister gay 2014 » sympathisant du Front National, l’hebdomadaire a annoncé la création d’une charte déontologique pour 2015.

Chaque mois sur le site de Têtu, un « Mis­ter gay » est élu par les inter­nautes. À la fin de l’an­née, les 12 gag­nants de ce con­cours de beauté s’af­fron­tent pour le titre suprême. En 2014, c’est le Mis­ter gay de mai, Matthieu Char­traire, qui est arrivé large­ment en tête des suf­frages.

En mai déjà, les sym­pa­thies de celui-ci pour les idées du Front Nation­al, ouverte­ment assumées sur son compte Face­book, avaient sus­cité la polémique. Il a mal­gré tout tri­om­phé à la fin de l’année, preuve que ses posi­tions n’ont pas effarouché les inter­nautes. De quoi embar­rass­er la direc­tion de Têtu.

Pour Yan­nick Barbe, directeur de la rédac­tion, c’est « un effet de loupe mal­heureux ». Et si Têtu a atten­du le 31 décem­bre pour annon­cer une vic­toire con­nue depuis le 28, « c’est parce que Matthieu Char­traire n’était pas disponible pour répon­dre aux ques­tions, il n’y a pas eu de volon­té de traîn­er ou de met­tre ça sous le tapis. En juin, nous avions pris posi­tion pour expli­quer que nous étions con­tre toutes les formes de dis­crim­i­na­tions, mais nous ne voulions pas l’exclure du con­cours. Sa sym­pa­thie pour le FN est juste le reflet de ce qui passe en ce moment : la banal­i­sa­tion des idées d’extrême droite. Il n’y a aucune rai­son objec­tive que les gays soient épargnés par ce phénomène. »

Pour le prin­ci­pal con­cerné, Matthieu Char­traire, « Têtu est un mag­a­zine gauchiste ». Alors « for­cé­ment que je sois élu Mis­ter Gay, cela ne leur fait aujourd’hui pas plaisir. Mais en même temps m’exclure comme le voulaient des lecteurs aurait été aus­si une forme de dis­crim­i­na­tion. Moi, je suis une per­son­ne avant tout, je ne suis pas qu’une ori­en­ta­tion sex­uelle. Je n’ai aucune envie de porter à bout de bras le FN, je ne partage pas toutes ses idées, son his­toire n’est pas idéale, mais mon quo­ti­di­en me fait dire que j’ai cette sym­pa­thie. »

Con­tac­té par Libéra­tion, celui-ci ne veut plus polémi­quer et assure n’ap­partenir à « aucun par­ti poli­tique ». « Je n’ai jamais voté de ma vie », ajoute-t-il avant de pré­cis­er : « Mais c’est vrai que cer­taines de mes idées font que je me sens plus proche du FN que de tous les par­tis qui nous diri­gent depuis vingt ans et qui sont dans un déclin total. (…) On trime à gag­n­er notre argent, on a par­fois un salaire brut qui peut être impor­tant, mais après on a tous les impôts à pay­er. Moi, je suis un petit Français de 22 ans, de Troyes, qui comme les autres se ronge tous les jours. »

Quoi qu’il en soit, Têtu se serait bien passé de cette pub­lic­ité. Pour 2015, le mag­a­zine compte mod­i­fi­er les règles d’élec­tion du Mis­ter Gay avec la créa­tion d’une charte de déon­tolo­gie. « Il y a une attente autour de ce con­cours par cer­tains lecteurs qui souhait­ent avoir quelqu’un qui soit une sorte de porte-parole, ce qui n’a jamais été au départ l’objectif, puisque c’était un con­cours sim­ple­ment de beauté », explique M. Barbe, bien décidé à appli­quer une dis­crim­i­na­tion poli­tique qu’il a pour­tant cou­tume de dénon­cer lorsqu’elle con­cerne l’ori­en­ta­tion sex­uelle…

Crédit pho­to : DR

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.