Accueil | Actualités | Médias | Têtu embarrassé par son Mister Gay pro-FN
Pub­lié le 6 janvier 2015 | Éti­quettes : , ,

Têtu embarrassé par son Mister Gay pro-FN

Le magazine gay Têtu ne s'y laissera pas prendre une deuxième fois. Après l'élection d'un « Mister gay 2014 » sympathisant du Front National, l'hebdomadaire a annoncé la création d'une charte déontologique pour 2015.

Chaque mois sur le site de Têtu, un « Mister gay » est élu par les internautes. À la fin de l'année, les 12 gagnants de ce concours de beauté s'affrontent pour le titre suprême. En 2014, c'est le Mister gay de mai, Matthieu Chartraire, qui est arrivé largement en tête des suffrages.

En mai déjà, les sympathies de celui-ci pour les idées du Front National, ouvertement assumées sur son compte Facebook, avaient suscité la polémique. Il a malgré tout triomphé à la fin de l’année, preuve que ses positions n’ont pas effarouché les internautes. De quoi embarrasser la direction de Têtu.

Pour Yannick Barbe, directeur de la rédaction, c'est « un effet de loupe malheureux ». Et si Têtu a attendu le 31 décembre pour annoncer une victoire connue depuis le 28, « c’est parce que Matthieu Chartraire n’était pas disponible pour répondre aux questions, il n’y a pas eu de volonté de traîner ou de mettre ça sous le tapis. En juin, nous avions pris position pour expliquer que nous étions contre toutes les formes de discriminations, mais nous ne voulions pas l’exclure du concours. Sa sympathie pour le FN est juste le reflet de ce qui passe en ce moment : la banalisation des idées d’extrême droite. Il n’y a aucune raison objective que les gays soient épargnés par ce phénomène. »

Pour le principal concerné, Matthieu Chartraire, « Têtu est un magazine gauchiste ». Alors « forcément que je sois élu Mister Gay, cela ne leur fait aujourd’hui pas plaisir. Mais en même temps m’exclure comme le voulaient des lecteurs aurait été aussi une forme de discrimination. Moi, je suis une personne avant tout, je ne suis pas qu’une orientation sexuelle. Je n’ai aucune envie de porter à bout de bras le FN, je ne partage pas toutes ses idées, son histoire n’est pas idéale, mais mon quotidien me fait dire que j’ai cette sympathie. »

Contacté par Libération, celui-ci ne veut plus polémiquer et assure n'appartenir à « aucun parti politique ». « Je n'ai jamais voté de ma vie », ajoute-t-il avant de préciser : « Mais c’est vrai que certaines de mes idées font que je me sens plus proche du FN que de tous les partis qui nous dirigent depuis vingt ans et qui sont dans un déclin total. (...) On trime à gagner notre argent, on a parfois un salaire brut qui peut être important, mais après on a tous les impôts à payer. Moi, je suis un petit Français de 22 ans, de Troyes, qui comme les autres se ronge tous les jours. »

Quoi qu'il en soit, Têtu se serait bien passé de cette publicité. Pour 2015, le magazine compte modifier les règles d'élection du Mister Gay avec la création d'une charte de déontologie. « Il y a une attente autour de ce concours par certains lecteurs qui souhaitent avoir quelqu’un qui soit une sorte de porte-parole, ce qui n’a jamais été au départ l’objectif, puisque c’était un concours simplement de beauté », explique M. Barbe, bien décidé à appliquer une discrimination politique qu'il a pourtant coutume de dénoncer lorsqu'elle concerne l'orientation sexuelle...

Crédit photo : DR

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

22% récolté
Objec­tif : avril 2019 ! Nous avons récolté 445,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux