Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Ses lecteurs peuvent-ils sauver la presse ?

5 décembre 2014

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Ses lecteurs peuvent-ils sauver la presse ?

Ses lecteurs peuvent-ils sauver la presse ?

Signe d’une crise grandissante, les titres de presse ont été deux fois plus nombreux en 2014 qu’en 2013 à faire appel à la générosité de leurs lecteurs, sous différentes formes. Souscriptions, financement participatif, voire augmentation de capital, la course aux financements alternatifs s’accélère. Sans représenter en général de solutions pérennes à même de régler le problème au fond. État des lieux.

Le quo­ti­di­en com­mu­niste L’Hu­man­ité a lancé le 23 novem­bre un énième appel aux dons auprès de ses lecteurs. Objec­tif de la souscrip­tion: récolter un mil­lion d’eu­ros. Il devrait être atteint au vu du résul­tat du précé­dent cru 2010–2011, qui avait ramené 1,2 mil­lion d’eu­ros dans les caiss­es de L’Hu­ma. En chute de dif­fu­sion de 18% depuis 2010 (DSH OJD 2013–2014 : 39 239 exem­plaires), le jour­nal sera en perte de près de trois mil­lions d’eu­ros cette année. L’Hu­man­ité n’est pas le seul titre à jouer sur la fibre sen­si­ble de ses lecteurs en faveur de la presse indépen­dante. C’est le cre­do des autres titres, en général de gauche ou assim­ilés, qui ten­dent aus­si la sébile. Ain­si les heb­do­madaires et men­su­els satiriques Char­lie heb­do et Sine heb­do ont lancé un appel début novem­bre. De façon plus mod­este que pour L’Hu­ma, il aurait per­mis à Char­lie de récupér­er 40 000 euros en une quin­zaine de jours. Le men­su­el anti libéral Alter­na­tives économiques n’est pas en reste. Lui aus­si a demandé à ses lecteurs de l’aide fin novem­bre pour fiancer notam­ment ses développe­ments numériques. Les bons résul­tats en général engrangés sur ce canal ne sont pas unique­ment dus au mil­i­tan­tisme. Les dons sont défis­cal­isés (66% du mon­tant) dans le cadre de l’as­so­ci­a­tion Presse & plu­ral­isme qui col­lecte pour le compte des édi­teurs. Ironie de la sit­u­a­tion pour ces jour­naux mar­qués à gauche, ce dis­posi­tif a été mis en place en 2007 à la suite des Etats généraux de la presse, ini­tié par Nico­las Sarkozy.

Le crowd­fund­ing (finance­ment par­tic­i­patif) est une autre alter­na­tive pour les sup­ports exclus de Presse & plu­ral­isme, réservé aux seuls sup­ports d’in­for­ma­tion poli­tique et générale. Par le biais du “love mon­ey” sur la toile, pure play­ers et titres veu­lent aus­si ren­forcer l’aspect com­mu­nau­taire très présent sur la toile. Le men­su­el con­sacré à l’en­vi­ron­nement durable Ter­ra eco vient ain­si de lever 100 000 euros sur la plate-forme de finance­ment par­tic­i­patif Ulule. Les salariés de Nice-Matin, désor­mais pro­prié­taire du groupe au tra­vers d’une Société coopéra­tive d’in­térêt col­lec­tif (SCIC) sont même par­venus à récolter près de d’un demi-mil­lion d’eu­ros en août. Seule con­trepar­tie de leur élan de sol­i­dar­ité pour les inter­nautes, des pro­duits dérivés ou des places de spec­ta­cles.

L’Opin­ion, comme le men­su­el pat­ri­mo­ni­al Le Revenu en 2008, s’in­scrit lui dans une démarche de petit action­nar­i­at en phase avec son ADN. Nico­las Beytout, le prési­dent du quo­ti­di­en libéral, compte lever 2,5 mil­lions d’eu­ros dans le cadre du dis­posi­tif de la loi TEPA. Il per­met égale­ment de défis­calis­er une par­tie de ce mon­tant.

Reste à savoir si le finance­ment des par­ti­c­uliers peut con­stituer une voie d’avenir pour les sociétés de presse, à côté du sys­tème clas­sique d’ac­tion­nar­i­at, en général indus­triel. Qu’il s’agisse de combler des trous, comme à L’Hu­man­ité, où de financer de nou­veaux développe­ments, notam­ment numériques, ces solu­tions pal­lia­tives restent lim­itées dans les mon­tants. De sur­croît, les généreux dona­teurs ne tarderont pas à se lass­er si de vraies réformes (diminu­tions de la masse salar­i­ale, refonte du con­tenu édi­to­r­i­al, vraies options stratégiques, etc…) ne sont pas menées dans ces médias à plus ou moins brève échéance.

Dessin : © Mila­dy de Win­ter pour l’Ojim

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.