Accueil | Actualités | Médias | Sarkozy plaide pour une disparition du CSA
Pub­lié le 25 août 2016 | Éti­quettes : ,

Sarkozy plaide pour une disparition du CSA

Lancé dans la course à la présidentielle, Nicolas Sarkozy a fait paraître, mercredi 24 août, son livre-programme intitulé « Tout pour la France » (Plon).

Dans celui-ci, rapporte Le Monde, on trouve 3 pages consacrées au secteur de l'audiovisuel. Tout d'abord, pas question pour l'ancien président de renouer avec la nomination des présidents des chaînes publiques par l'exécutif : « c'était une erreur. » En revanche, Sarkozy veut réformer le mode de nomination actuel, qui revient au CSA.

Pour lui, le CSA s'est « décrédibilisé avec son système d’auditions secrètes » en 2015, lors de la procédure de désignation de la présidente de France Télévisions. Il faut donc « mettre un terme à la triste farce des nominations » et « changer une nouvelle fois le système ». Ainsi envisage-t-il de confier ce pouvoir aux commissions parlementaires chargées du secteur des médias, composées de députés et de sénateurs. Ces commissions exerceraient, à terme, « l'essentiel des compétences ». Le CSA sera donc amené à disparaître.

Concernant la publicité sur France Télévisions, Sarkozy souhaite la supprimer totalement. Il faut stopper la « tyrannie de l'audience ». « La dérision, la polémique, l’investigation racoleuse ont trop souvent pris le pas sur la découverte, la science, la culture », a-t-il expliqué. En réalité, il s'agit plutôt, une fois de plus, d'un beau cadeau offert aux groupes privés, qui pourraient ainsi récupérer les 40 millions d'euros annuels de chiffre d'affaires abandonnés par le secteur public.

Enfin, l'ancien chef de l'État désire favoriser la concentration des médias. Ce dernier estime en effet que « nos groupes ne sont pas assez concentrés, plaide M. Sarkozy. Ils sont trop disséminés, trop petits, pas assez internationaux. Tout doit être fait pour les renforcer. (…) Une loi sera nécessaire pour adapter toutes ces règles et permettre à nos groupes de s’imposer comme des champions européens, voire mondiaux. »

Crédit photo : Downing Street via Flickr (cc)

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Share This