Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Sarkozy plaide pour une disparition du CSA

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

25 août 2016

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Sarkozy plaide pour une disparition du CSA

Sarkozy plaide pour une disparition du CSA

Temps de lecture : 2 minutes

Lancé dans la course à la présidentielle, Nicolas Sarkozy a fait paraître, mercredi 24 août, son livre-programme intitulé « Tout pour la France » (Plon).

Dans celui-ci, rap­porte Le Monde, on trou­ve 3 pages con­sacrées au secteur de l’au­dio­vi­suel. Tout d’abord, pas ques­tion pour l’an­cien prési­dent de renouer avec la nom­i­na­tion des prési­dents des chaînes publiques par l’exé­cu­tif : « c’é­tait une erreur. » En revanche, Sarkozy veut réformer le mode de nom­i­na­tion actuel, qui revient au CSA.

Pour lui, le CSA s’est « décrédi­bil­isé avec son sys­tème d’auditions secrètes » en 2015, lors de la procé­dure de désig­na­tion de la prési­dente de France Télévi­sions. Il faut donc « met­tre un terme à la triste farce des nom­i­na­tions » et « chang­er une nou­velle fois le sys­tème ». Ain­si envis­age-t-il de con­fi­er ce pou­voir aux com­mis­sions par­lemen­taires chargées du secteur des médias, com­posées de députés et de séna­teurs. Ces com­mis­sions exerceraient, à terme, « l’essen­tiel des com­pé­tences ». Le CSA sera donc amené à disparaître.

Con­cer­nant la pub­lic­ité sur France Télévi­sions, Sarkozy souhaite la sup­primer totale­ment. Il faut stop­per la « tyran­nie de l’au­di­ence ». « La déri­sion, la polémique, l’investigation racoleuse ont trop sou­vent pris le pas sur la décou­verte, la sci­ence, la cul­ture », a‑t-il expliqué. En réal­ité, il s’ag­it plutôt, une fois de plus, d’un beau cadeau offert aux groupes privés, qui pour­raient ain­si récupér­er les 40 mil­lions d’eu­ros annuels de chiffre d’af­faires aban­don­nés par le secteur public.

Enfin, l’an­cien chef de l’É­tat désire favoris­er la con­cen­tra­tion des médias. Ce dernier estime en effet que « nos groupes ne sont pas assez con­cen­trés, plaide M. Sarkozy. Ils sont trop dis­séminés, trop petits, pas assez inter­na­tionaux. Tout doit être fait pour les ren­forcer. (…) Une loi sera néces­saire pour adapter toutes ces règles et per­me­t­tre à nos groupes de s’imposer comme des cham­pi­ons européens, voire mondiaux. »

Crédit pho­to : Down­ing Street via Flickr (cc)

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés