Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Salvini rencontre Kaczyński à Varsovie : les médias européens partagés entre espoirs à droite et inquiétudes à gauche

17 janvier 2019

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Salvini rencontre Kaczyński à Varsovie : les médias européens partagés entre espoirs à droite et inquiétudes à gauche

Salvini rencontre Kaczyński à Varsovie : les médias européens partagés entre espoirs à droite et inquiétudes à gauche

La rencontre du leader de la Ligue italienne Matteo Salvini avec celui du PiS polonais Jarosław Kaczyński le 9 janvier dernier a été largement commentée en Europe et, selon la sensibilité, les médias étaient partagés entre espoirs et inquiétudes.

En Italie

C’est le quo­ti­di­en ital­ien de gauche La Repub­bli­ca qui avait ouvert le bal le 2 jan­vi­er en annonçant le pre­mier le pro­jet de dis­cus­sions poli­tiques au siège du PiS à l’occasion de la vis­ite du min­istre de l’Intérieur ital­ien à Varso­vie la semaine suiv­ante, à l’invitation de son homo­logue polon­ais Joachim Brudz­ińs­ki. Qual­i­fiée en titre de « défi de Salvi­ni à l’UE », cette vis­ite avait, selon le jour­nal, pour but de lancer le groupe sou­verain­iste au Par­lement européen souhaité par le chef de la Ligue. Une alliance entre la Ligue et le PiS serait « le dernier mail­lon » man­quant « pour fer­mer la chaîne noire avec laque­lle les sou­verain­istes se pré­par­ent à cein­dre l’Europe lors des élec­tions du 26 mai ».

Il paraî­trait même, selon le jour­nal de gauche, que Jarosław Kaczyńs­ki, « avec le PiS, Droit et Jus­tice, con­duit la Pologne depuis déjà qua­tre ans avec la for­ma­tion la plus con­ser­va­trice et illibérale que le pays ait jamais con­nu ». Le Cor­riere del­la Sera, égale­ment de gauche, s’inquiétait lui aus­si la veille de la ren­con­tre de la for­ma­tion pos­si­ble d’un « axe sou­verain­iste pour les Européennes » entre l’Italie et les pays du Groupe de Viseg­rád, « à com­mencer par la Pologne ». Mal­gré les fortes diver­gences entre les deux grands par­tis sur l’attitude à avoir face à la Russie de Vladimir Pou­tine, « la Ligue et le PiS, qui dirige la Pologne, parta­gent des poli­tiques très restric­tives face aux migrants ». Et le Cor­riere reproche aus­si au PiS ses réformes de la jus­tice et sa poli­tique de « restric­tion des droits des femmes » (sic.) et « de la lib­erté des médias ».

Ton beau­coup plus posi­tif d’Il Gior­nale, quo­ti­di­en de droite réputé plutôt proche du par­ti de Berlus­coni, qui par­le d’un « voy­age impor­tant » ren­forçant « l’axe entre l’Italie (en par­ti­c­uli­er la Ligue) et le monde du Groupe de Viseg­rád. Rome et les cap­i­tales d’Europe de l’Est sont des épines dans le flanc de l’Union européenne », con­tin­ue le jour­nal qui sem­ble s’en réjouir. Out­re l’annonce par Salvi­ni, depuis Varso­vie, d’un « nou­veau print­emps européen » qui a été reprise par de nom­breux médias, Il Gior­nale souligne une déc­la­ra­tion du pre­mier min­istre polon­ais dans laque­lle celui-ci don­nait comme exem­ple des poli­tiques dis­crim­i­na­toires de Brux­elles le traite­ment dif­féren­cié des déficits budgé­taires ital­ien et français.

En Pologne

Côté polon­ais, où l’opposition libérale a prof­ité de cette ren­con­tre pour accentuer sa rhé­torique d’un PiS qui chercherait sans le dire à provo­quer un Polex­it, le jour­nal libéral-lib­er­taire Gaze­ta Wybor­cza estime que la per­spec­tive d’une « Inter­na­tionale pop­uliste tente Kaczyńs­ki ». Le jour­nal soulig­nait le matin avant la ren­con­tre, en inter­titre, que le leader du PiS allait ren­con­tr­er « l’ami de Pou­tine », en esti­mant que cette ren­con­tre prou­vait que « le tour­nant pro-européen annon­cé il y a peu par le pre­mier min­istre Moraw­iec­ki était un sim­ple effet de com­mu­ni­ca­tion. On ne peut pas en effet défendre l’Europe en frater­nisant avec ses enne­mis ». Pour l’auteur de Gaze­ta Wybor­cza, il y a con­tra­dic­tion dans le fait que Kaczyńs­ki ait reçu il y a un an le secré­taire d’État améri­cain Rex Tiller­son pour par­ler de la présence mil­i­taire améri­caine en Pologne et qu’il reçoive « aujourd’hui Mat­teo Salvi­ni, le chef du par­ti d’extrême droite Ligue du Nord, qui dirige le min­istère de l’Intérieur ital­ien ». « Il y a peu », explique plus loin le jour­nal, « les politi­ciens du PiS s’offusquaient face à la moin­dre sug­ges­tion de leur pos­si­ble col­lab­o­ra­tion avec le Front nation­al français d’extrême droite. Aujourd’hui Kaczyńs­ki va écouter les propo­si­tions de l’Italien en vue de se retrou­ver côte à côte dans les rangs de l’internationale pop­uliste ». Puis, en car­ac­tère gras : « Salvi­ni fait en effet le tour de l’Europe à la recherche de volon­taires pour faire explos­er l’UE de l’intérieur. En arrière-plan rica­nent Steve Ban­non, l’ancien stratège dia­bolique de Don­ald Trump, et Pou­tine lui-même, tous deux hos­tiles à une Europe unie ». Gaze­ta Wybor­cza, jour­nal de référence de la plu­part des médias français, soutenu finan­cière­ment par George Soros et par l’Union européenne, après son appel à l’aide lancé début 2017, n’a pas l’habitude de faire dans la den­telle.

Mais la Pologne a aus­si ses jour­naux de droite, et leurs pub­li­ca­tions avaient bien enten­du un ton net­te­ment plus posi­tif, telle la Une du 5 jan­vi­er du jour­nal con­ser­va­teur et pro-PiS Gaze­ta Pol­s­ka codzi­en­nie con­sacrée la venue à Varso­vie de Mat­teo Salvi­ni. Le jour­nal infor­mait que c’est Salvi­ni qui avait insisté pour ren­con­tr­er un Kaczyńs­ki au début réti­cent en rai­son de la sym­pa­thie de l’Italien et de son par­ti pour Pou­tine, tout en met­tant en avant les con­ver­gences pos­si­bles en matière de poli­tique européenne après les élec­tions de mai, et en met­tant en par­al­lèle cette ren­con­tre avec celle entre Salvi­ni et Orbán en août dernier à Milan.

Et en France

En France, Le Monde évo­quait le 10 jan­vi­er la vis­ite de Salvi­ni « à Varso­vie pour y ren­con­tr­er, mer­cre­di 9 jan­vi­er, les dirigeants du par­ti ultra­con­ser­va­teur au pou­voir, Droit et jus­tice (PiS), et évo­quer une grande alliance des droites rad­i­cales aux élec­tions européennes de mai » et fai­sait le par­al­lèle avec « Marine Le Pen réu­nis­sant, à Paris, des cor­re­spon­dants étrangers pour leur dire com­ment ‘’l’Europe peut chang­er, de l’intérieur et rad­i­cale­ment’’ », ce que les jour­nal­istes du Monde résumaient de la manière suiv­ante : « Approches, manœu­vres, infos et intox mais, en tout cas, cer­ti­tude que l’extrême droite de l’échiquier européen compte bien tir­er un avan­tage max­i­mal d’une élec­tion qui pour­rait être mar­quée par une forte pro­gres­sion des pop­ulistes euroscep­tiques. » Le ton n’était pas bien dif­férent au Figaro dans les colonnes duquel il a été ques­tion d’une ren­con­tre entre « Mat­teo Salvi­ni, chef de file de la Ligue, par­ti d’extrême droite » et « Jaroslaw Kaczyński, chef de file du par­ti ultra­con­ser­va­teur Droit et Jus­tice (PiS) » afin de for­mer « un axe Rome-Varso­vie » pour les élec­tions européennes.

Même si l’article n’est pas signé on peut y voir la pat­te du cor­re­spon­dant à Rome Richard Heuzé, ardent sup­port­er du grand rem­place­ment et qui déteste Salvi­ni. En France, pour lire des arti­cles écrits sur un ton posi­tif à pro­pos de cette ren­con­tre, il fal­lait aller chercher ailleurs que dans la grande presse.

En Allemagne

Même chose en Alle­magne, où le Frank­furter All­ge­meine Zeitung, en faisant remar­quer que Salvi­ni avait été reçu avec les plus grands hon­neurs et surtout qu’il était une des rares per­son­nal­ités étrangères à avoir été con­vié par Jarosław Kaczyńs­ki au siège du PiS s’est inquiété du risque de voir sur­gir « un axe Rome-Varso­vie » ou même « un axe polono-hun­garo-ital­ien ». Si le jour­nal Die Welt a choisi d’insister sur ce qui sépare les deux hommes, il recon­naît comme pos­si­ble l’objectif de Salvi­ni d’avoir un bloc « pop­uliste euro-cri­tique » de 100 à 130 députés au prochain Par­lement européen, ain­si qu’une Com­mis­sion européenne peu­plée de mem­bres eux aus­si « euro-cri­tiques » envoyés par de gros pays comme la Pologne et l’Italie.

Après cette ren­con­tre entre Mat­teo Salvi­ni et Jarosław Kaczyńs­ki le 9 jan­vi­er dernier, les espoirs des uns sont les inquié­tudes des autres. A cha­cun de se recon­naître et de s’identifier.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).