Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Salon du livre de Francfort : vers un contrôle par les antifas ?

3 août 2022

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Salon du livre de Francfort : vers un contrôle par les antifas ?

Salon du livre de Francfort : vers un contrôle par les antifas ?

3 août 2022

Temps de lecture : 2 minutes

Pre­mière dif­fu­sion le 5 févri­er 2022

Francfort-sur-le-Main. La publiciste Jutta Ditfurth souhaiterait un contrôle du Salon du livre de Francfort par les antifas, ce, pour les éditeurs de droite.

« Le Salon du livre devrait informer suff­isam­ment tôt le pub­lic au sujet des édi­teurs se trou­vant dans le proces­sus d’in­scrip­tion. Il suf­fi­rait d’é­val­uer les pro­grammes d’édi­tions de droite dans leur ligne prin­ci­pale, sans être obligé de lire chaque livre”, a expliqué lun­di 24 jan­vi­er 2022 l’an­ci­enne dirigeante des Verts dans une inter­view au Frank­furter Rund­schau.

Des his­to­riens, sci­en­tifiques et « antifas­cistes chevron­nés » pour­raient rapi­de­ment faire l’in­ven­taire. La par­tie “priv­ilégiée blanche” de la société ne com­prendrait pas l’ex­péri­ence du racisme que les per­son­nes de couleur auraient au quotidien.

 « Les éditions Jungeuropa sont un “point d’ancrage pour les autres nazis” »

« Oui, l’ensem­ble du Salon du livre devrait être un espace sûr pour les BpoC (Noirs et autres couleurs, note de la rédac­tion de Junge Frei­heit), les por­teurs de kip­pa ou les autres vic­times pos­si­bles de nazis. Le Salon du livre ne peut être un tel lieu que si les édi­teurs racistes, sou­tenant le principe de la nation et anti­sémites sont tenus à l’é­cart », a‑t-elle affir­mé dans ce con­texte. Les erreurs du précé­dent salon ne devraient pas se répéter. « Parce qu’un stand comme celui de Jungeu­ropa est tou­jours un point d’an­crage organ­i­sa­tion­nel pour d’autres nazis, qui se dépla­cent ensuite ensem­ble dans la foire et con­stituent un dan­ger », a‑t-elle averti.

Les éditeurs de droite à côté des toilettes

Lors d’une réu­nion de la com­mis­sion des affaires cul­turelles de la ville de Franc­fort, le con­seiller munic­i­pal social­iste Thomas Bäp­pler-Wolf a demandé que les édi­teurs de droite soient exclus du Salon du livre. « Met­tez les édi­tions de droite à leur place : dans le dernier hall, à côté des toi­lettes », a‑t-il exigé. La présence de Jungeu­ropa, mai­son d’édi­tion de droite, au salon l’an­née dernière, a sus­cité beau­coup de dis­cus­sions. À l’époque, l’au­teur Jas­mi­na Kuhnke avait refusé de se présen­ter à une table ronde près de leur stand.

Le Zimbabwe à l’honneur

Lors de la remise du Prix de la paix des libraires alle­mands à l’écrivain Tsit­si Dan­garem­b­ga (Zim­bab­we), la con­seil­lère munic­i­pale des Verts, Mir­ri­anne Mahn, a cri­tiqué ce qu’elle a ressen­ti comme un manque de sol­i­dar­ité avec Kuhnke. « Le para­doxe, c’est qu’à Saint-Paul de Franc­fort on donne le prix de la paix à une femme noire, mais les femmes noires n’é­taient pas les bien­v­enues au salon du livre », a‑t-elle souligné lors de l’événement.

NB Jut­ta Dit­furth, née en 1951, a été impliquée dans le proces­sus de for­ma­tion du par­ti des Verts alle­mands. Diplômée en soci­olo­gie, elle a tra­vail­lé comme jour­nal­iste (presse et radio) à par­tir des années 1980. Fémin­iste, anti-nucléaire, elle est mem­bre du syn­di­cat des jour­nal­istes depuis 1989. Anci­enne coprési­dente fédérale des Verts, elle les quitte en 1990 pour créer un par­ti encore plus à gauche et mon­di­al­iste « écol­o­gistes de gauche ». Elle est con­seil­lère munic­i­pale de Francfort-sur-le-Main.

Source : Junge Frei­heit, 24/01/2022. Tra­duc­tion : AC

Voir aussi

Cet article GRATUIT vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés