Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Radar/Automoto : Denis Brogniart se défend

11 octobre 2013

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Radar/Automoto : Denis Brogniart se défend

Radar/Automoto : Denis Brogniart se défend

11 octobre 2013

Temps de lecture : < 1 minute

Ce contenu est gratuit. L’Ojim vous informe sur ceux qui vous informent. Son indépendance repose sur les dons de ses lecteurs. Nous avons besoin de 10.000 € pour boucler la fin de l’année. Après déduction fiscale, un don de 50 € revient à 17 €.

La polémique autour de Denis Brogniart n’en finit pas. Le présentateur d’« Automoto » est accusé d’avoir poussé deux policiers à la faute pour son reportage.

Dans celui-ci, dif­fusé en novem­bre 2012 sur TF1, deux policiers, vis­ages masqués, recou­vraient d’un sac plas­tique un radar routi­er pour le ren­dre inopérant. Le but était de dénon­cer la poli­tique du chiffre imposée aux policiers par le min­istre de l’Intérieur. Sauf que les deux agents ont été iden­ti­fiés, des moyens impres­sion­nants ayant été mis en œuvre pour cela. Le 12 avril 2013, Denis Brog­niart a même été audi­tion­né par l’IGPN, la « police des polices ».

Depuis, il s’est dit que l’animateur avait « poussé à la faute » les deux policiers, avant de don­ner leurs noms aux autorités lors de son inter­ro­ga­tion. Une ver­sion démen­tie par le jour­nal­iste. Sur RTL, il con­fie : « Je ne les ai pas con­tac­tés. Ce sont eux qui sont venus me voir grâce à un autre jour­nal­iste qui avait écrit un livre sur les radars. » Argu­ment implaca­ble selon lui : « J’ai été enten­du le 19 avril, sachant que les 3 policiers ont été placés en garde à vue le 20 mars, soit un mois avant. »

Et Denis Brog­niart de con­fess­er : « J’avais con­science de par­ticiper à quelque chose de hors-la-loi mais j’ai été touché par ce que les policiers voulaient mon­tr­er. » Ces derniers auraient été « retrou­vés par la direc­tion générale de la police nationale (DGPN), qui a fait une enquête à tra­vers les écoutes télé­phoniques. » Il con­clut : « J’ai fait mon tra­vail de jour­nal­iste. J’ai l’im­pres­sion qu’on bafoue ce que j’ai pu faire. »

Crédit pho­to : cap­ture d’écran vidéo RadioRTL via Youtube

Voir aussi

Cet article GRATUIT vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés