Accueil | Actualités | Médias | Radar/Automoto : Denis Brogniart se défend
Pub­lié le 11 octobre 2013 | Éti­quettes : , , ,

Radar/Automoto : Denis Brogniart se défend

La polémique autour de Denis Brogniart n’en finit pas. Le présentateur d’« Automoto » est accusé d’avoir poussé deux policiers à la faute pour son reportage.

Dans celui-ci, diffusé en novembre 2012 sur TF1, deux policiers, visages masqués, recouvraient d’un sac plastique un radar routier pour le rendre inopérant. Le but était de dénoncer la politique du chiffre imposée aux policiers par le ministre de l’Intérieur. Sauf que les deux agents ont été identifiés, des moyens impressionnants ayant été mis en œuvre pour cela. Le 12 avril 2013, Denis Brogniart a même été auditionné par l’IGPN, la « police des polices ».

Depuis, il s’est dit que l’animateur avait « poussé à la faute » les deux policiers, avant de donner leurs noms aux autorités lors de son interrogation. Une version démentie par le journaliste. Sur RTL, il confie : « Je ne les ai pas contactés. Ce sont eux qui sont venus me voir grâce à un autre journaliste qui avait écrit un livre sur les radars. » Argument implacable selon lui : « J'ai été entendu le 19 avril, sachant que les 3 policiers ont été placés en garde à vue le 20 mars, soit un mois avant. »

Et Denis Brogniart de confesser : « J'avais conscience de participer à quelque chose de hors-la-loi mais j'ai été touché par ce que les policiers voulaient montrer. » Ces derniers auraient été « retrouvés par la direction générale de la police nationale (DGPN), qui a fait une enquête à travers les écoutes téléphoniques. » Il conclut : « J'ai fait mon travail de journaliste. J'ai l'impression qu'on bafoue ce que j'ai pu faire. »

Crédit photo : capture d'écran vidéo RadioRTL via Youtube

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux