Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Présent privé de subvention… parce qu’il n’est pas assez cher !

7 novembre 2019

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Présent privé de subvention… parce qu’il n’est pas assez cher !

Présent privé de subvention… parce qu’il n’est pas assez cher !

Les quotidiens nationaux d’information politique et générale à faibles ressources publicitaires reçoivent des subventions en fonction de leur diffusion. Pour des raisons dignes de Clochemerle (ou par volonté politique ?), Présent va perdre cette subvention

Présent et L’Huma

L’alouette et le cheval, si les sub­ven­tions reçues par les deux titres étaient représen­tées par un pâté, l’Huma recevrait une ration de cheval, alors que le quo­ti­di­en nation­al catholique serait au régime d’une alou­ette. L’Humanité de son côté a béné­fi­cié sur la péri­ode 2010/2017 (voir notre info­gra­phie) de plus de 27M€ (vingt sept mil­lions d’euros, annu­la­tion d’une créance de 4M€ sur l’Etat en 2013 incluse) d’aides publiques. Une moyenne de 3,5M€ mil­lions d’euros par an. Présent entre 2016 et 2018 ? Env­i­ron 140K€ par an. Cal­culez la différence.

Présent… pas assez cher

Un peu de tech­nique. Depuis 2016, Présent est éligible à la troisième sec­tion du fonds d’aide à la presse quo­ti­di­enne général­iste à faibles revenus pub­lic­i­taires car son prix de vente au numéro est inférieur à 80 % du prix de vente moyen pondéré par la dif­fu­sion annuelle en France des quo­ti­di­ens nationaux d’in­for­ma­tion poli­tique et générale (décret du 12 mars 1986 insti­tu­ant cette aide).

Cette aide est lim­itée à trois ans pour la fameuse troisième sec­tion. Mais il existe une pre­mière sec­tion. Pour en béné­fici­er (nous sim­pli­fions), le prix de Présent aurait dû se trou­ver dans une fourchette entre 80% et 130% du prix de vente moyen pondéré des quo­ti­di­ens nationaux. Mais Présent ne coûte que 1,80€ au numéro et se trou­ve en-dessous de la fourchette. En clair, le quo­ti­di­en n’est pas assez cher. Cerise sur le gâteau, les chiffres de la dite fourchette ne sont pas com­mu­niqués par l’État, mais le quo­ti­di­en (qui ne sait donc pas à quelle sauce il est mangé), avec un prix de vente au numéro de 1,80€, est « en-dehors de la fourchette » et donc privé de sub­ven­tion pour 2019. CQFD.

Situation aggravée

Le quo­ti­di­en doit sor­tir du régime de l’administration judi­ci­aire en févri­er 2020 ou plutôt devait en sor­tir en comp­tant sur cette (petite) sub­ven­tion. 140K€, une somme mod­este (Le Monde ou Le Figaro reçoivent a min­i­ma plus de 5M€ par an) mais qui représente de 12% à 15% des recettes du jour­nal selon Fran­cis Berg­eron, le directeur de la pub­li­ca­tion. Le quo­ti­di­en pour assur­er sa survie, lance un nou­v­el appel à ses lecteurs comme en 2018.

Curieuse­ment alors que les autres quo­ti­di­ens reçoivent des avances au cours de l’année, Présent rece­vait sys­té­ma­tique­ment sa sub­ven­tion le 30 ou le 31 décem­bre pour l’année en cours. Encore plus curieuse­ment c’est fin octo­bre que les ser­vices con­cernés infor­ment la pub­li­ca­tion de la non recon­duc­tion de la sub­ven­tion pour l’année 2019. Cer­tains diront que cela fait trop de curiosités, voire que quelqu’un quelque part en veut vrai­ment à un quo­ti­di­en orig­i­nal et indépendant.

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.