Accueil | Actualités | Médias | PPDA n’exclut pas de prendre la direction d’un média
Pub­lié le 15 avril 2013 | Éti­quettes : , ,

PPDA n’exclut pas de prendre la direction d’un média

Répondant aux questions d’Enguérand Renault pour « Le buzz Média Orange-Le Figaro », Patrick poivre d’Arvor est revenu sur son éviction de TF1 ainsi que sur ses possibilités d’avenir dans les médias.

Ancien présentateur vedette du JT de TF1 de 1987 à 2008, PPDA s’en est pris à son ancien patron, Nonce Paolini qui, après l’avoir limogé, a fait disparaitre toute trace de lui sur les chaînes du groupe : « Je ne sais pas d'où vient l'ordre de ne remonter ni le nom ni le visage de Patrick Poivre d'Arvor sur les chaînes du groupe. J'ai trouvé cette attitude un peu puérile. » À propos de TF1, le journaliste a estimé qu’il était « toujours étonnant de servir une maison pendant 21 ans et apprendre tout d'un coup par la presse, qu'on a déplu et qu'on vous dit au revoir d'une manière détournée et non pas les yeux dans les yeux ».

Après cette carrière remplie, se voit-il retourner un jour à la tête d’un média ? « Des propositions m'ont été faites que j'ai, jusqu'à présent, déclinées. Mais ce n'est pas impossible qu'un jour, je dise oui » répond-t-il. Car il « aime ce métier depuis qu'il y a quarante ans (il a) gagné un concours qui (lui a) permis de devenir journaliste sur France Inter ». Pour conclure, Patrick Poivre d’Arvor a confié avoir « beaucoup de respect pour la presse quotidienne et magazine » en lui souhaitant « de pouvoir durer ».

Crédit photo : nitot via Flickr (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux