Accueil | Actualités | Médias | PPDA n’exclut pas de prendre la direction d’un média
Pub­lié le 15 avril 2013 | Éti­quettes : , ,

PPDA n’exclut pas de prendre la direction d’un média

Répondant aux questions d’Enguérand Renault pour « Le buzz Média Orange-Le Figaro », Patrick poivre d’Arvor est revenu sur son éviction de TF1 ainsi que sur ses possibilités d’avenir dans les médias.

Ancien présentateur vedette du JT de TF1 de 1987 à 2008, PPDA s’en est pris à son ancien patron, Nonce Paolini qui, après l’avoir limogé, a fait disparaitre toute trace de lui sur les chaînes du groupe : « Je ne sais pas d'où vient l'ordre de ne remonter ni le nom ni le visage de Patrick Poivre d'Arvor sur les chaînes du groupe. J'ai trouvé cette attitude un peu puérile. » À propos de TF1, le journaliste a estimé qu’il était « toujours étonnant de servir une maison pendant 21 ans et apprendre tout d'un coup par la presse, qu'on a déplu et qu'on vous dit au revoir d'une manière détournée et non pas les yeux dans les yeux ».

Après cette carrière remplie, se voit-il retourner un jour à la tête d’un média ? « Des propositions m'ont été faites que j'ai, jusqu'à présent, déclinées. Mais ce n'est pas impossible qu'un jour, je dise oui » répond-t-il. Car il « aime ce métier depuis qu'il y a quarante ans (il a) gagné un concours qui (lui a) permis de devenir journaliste sur France Inter ». Pour conclure, Patrick Poivre d’Arvor a confié avoir « beaucoup de respect pour la presse quotidienne et magazine » en lui souhaitant « de pouvoir durer ».

Crédit photo : nitot via Flickr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This