Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Stéphane Dubun
Mis à jour le

27 novembre 2016

Temps de lecture : 4 minutes

Stéphane Dubun

Le boss de Franceinfo

Nommé le 1er août 2016 – avec Célia Mériguet – à la tête de la future chaîne d’information continue de la télévision publique, Stéphane Dubun est un pur produit de l’audiovisuel public. Journaliste professionnel, il y a fait depuis un quart de siècle toute sa carrière. La nouvelle chaîne publique d’information, baptisée Franceinfo et portée par France Télévisions, Radio France, France 24 et l’INA, a été lancé le 1er septembre 2016 à 18h sur le canal 27 de la TNT. Stéphane Dubun est chargé de l’édition TV de la chaîne d’information continue publique.

La nou­velle chaîne, qui béné­fi­cie d’une équipe de 176 per­son­nes (dont 80 recrutées hors du groupe), a un coût prévi­sion­nel de 18,5 mil­lions d’€ (dont 15 mil­lions pour France Télévi­sions). Mais ces prévi­sions ont déjà été con­testé par les syn­di­cats, dont la CGC Médias, qui pointent le très faible nom­bre de jour­nal­istes pro­fes­sion­nels dans l’ensem­ble – seule­ment 32 – des locaux sous-dimen­sion­nés (une salle de rédac­tion de 280m² au troisième étage de France Télés), un logo très sim­ple, mais qui a tout de même coûté 500 000 €, une offre pro­gram­ma­tique floue et des coûts sous-éval­ués.

Stéphane Dubun est né en 1968 et est tit­u­laire de la dou­ble nation­al­ité fran­co-bri­tan­nique ; il s’af­fiche « fran­co-écos­sais » sur son compte Twit­ter où il a retweeté, le 9 juin 2014, l’ap­pel du compte Twit­ter YesS­cot­land à vot­er oui au référen­dum d’indépen­dance. Le 3 mars et le 30 mai 2014 il retweete d’autres nou­velles favor­ables à l’indépen­dance écos­saise.

Il a désor­mais la dure tâche de con­cili­er les dif­férentes cul­tures de l’au­dio­vi­suel pub­lic et de venir à bout des nom­breux obsta­cles qui se dressent devant un pro­jet de chaîne publique d’in­for­ma­tion con­tin­ue bien plus imposé par la poli­tique que par des critères jour­nal­is­tiques ou économiques.

Formation

Stéphane Dubun est tit­u­laire d’une Maîtrise en droit et diplômé de l’IUT de jour­nal­isme de Bor­deaux.

Parcours professionnel

Stéphane Dubun a débuté comme reporter au jour­nal de Côte d’Or Le Bien Pub­lic en 1988, où il est resté jusqu’en 1992. Cette année, il col­la­bore avec l’a­gence 17 juin Media, et entre comme reporter à France 2 (reportages au ser­vice infor­ma­tions générales, poli­tique, économie, Télé­matin) avant d’in­té­gr­er France 3 en 1996, dont il est peu à peu devenu l’un des cadres nationaux. Il y a d’abord été grand reporter au ser­vice poli­tique étrangère de France 3 Nation­al, où il a réal­isé de nom­breux reportages au Lev­ant, puis chef de ser­vice adjoint à par­tir de 2003. La même année, il est nom­mé rédac­teur en chef adjoint du « 19/20 » présen­té par Élise Lucet, puis devient en 2006 rédac­teur en chef du « Soir 3 » présen­té par Marie Druck­er. Stéphane Dubun a rejoint en 2008 France 24 comme rédac­teur en chef, puis est nom­mé secré­taire général des antennes en 2009 et chef des infor­ma­tions en sep­tem­bre 2010. Il revient à France Télévi­sions en tant qu’ad­joint au directeur de l’in­for­ma­tion régionale de France 3 avant d’être nom­mé en sep­tem­bre 2015 adjoint au directeur délégué à l’in­for­ma­tion en charge du pro­jet de chaîne d’in­for­ma­tion.

Le 25 juin 2008 il signe avec d’autres jour­nal­istes un appel com­mun dans le Monde, inti­t­ulé « Nous voulons que vive France 3 ». Les sig­nataires, tous rédac­teurs en chef ou présen­ta­teurs des jour­naux nationaux de France 3, refusent les con­clu­sions de la com­mis­sion Copé qui appelle à la créa­tion d’un réseau de chaînes publiques régionales, sur le mod­èle de l’au­dio­vi­suel pub­lic alle­mand.

Parcours militant

Non ren­seigné.

Publications

Il a réal­isé plusieurs doc­u­men­taires, notam­ment Plongée dans l’Amérique pro­fonde (2012), avec Marie Druck­er et Gré­goire Deni­au (110 mn, dif­fusé sur France 2 et France O) et une série inti­t­ulée Les villes vio­lentes, débutée avec deux doc­u­men­taires de 52 min­utes sur Mar­seille et Bag­dad en 2013, con­tin­uée en 2014 avec deux autres volets sur Johan­nes­burg et Pointe-à-Pitre, achevée en 2015 avec un Best Of. Tous ces doc­u­men­taires ont été dif­fusés sur France O, comme son dernier doc­u­men­taire, Les mer­ce­naires en Syrie (2015).

Ce qu’il gagne

Dans l’au­dio­vi­suel pub­lic, un grand reporter gagne 6 760 € men­su­els bruts, un rédac­teur en chef d’une édi­tion nationale 8519 € bruts men­su­els, un cadre dirigeant plus de 10 000 € men­su­els.

Sa nébuleuse

Ger­main Dagognet, qui pilote le pro­jet de chaîne d’in­for­ma­tion con­tin­ue pour France Télévi­sions. Chris­tine Ock­rent, direc­trice générale déléguée de l’Au­dio­vi­suel extérieur de la France en 2008–2011. Del­phine Ernotte.

Il l’a dit

« Com­ment jus­ti­fi­er une infor­ma­tion recen­trée sur les seules régions, sans traite­ment de l’in­ter­na­tion­al, alors que la mon­di­al­i­sa­tion et les enjeux nationaux et européens influ­ent quo­ti­di­en­nement sur la vie de nos conci­toyens ? Les jour­naux nationaux de France 3, en syn­ergie avec les édi­tions locales et régionales, ont su impos­er une lib­erté de ton et des choix édi­to­ri­aux dif­férents de ceux des autres chaînes. Des jour­naux qui par­ticipent au plu­ral­isme de l’in­for­ma­tion, ren­con­trent le suc­cès et béné­fi­cient de la con­fi­ance des téléspec­ta­teurs. Avec 20 % à 25 % de parts d’au­di­ence, les édi­tions nationales et régionales de France3 sont par­mi les plus regardées de France, et, selon un baromètre IFOP du début de l’an­née 2008, France3 reste la chaîne préférée des Français. C’est ce tra­vail et cette con­fi­ance dont nous sommes fiers que nous défendons, en refu­sant un ser­vice pub­lic rabougri ou déman­telé. » Appel com­mun des présen­ta­teurs et rédac­teurs-chef des jour­naux nationaux, 25 juin 2008, Le Monde.

« Sor­tir une caméra [en Irak, NDLA] est dif­fi­cile. D’abord parce qu’il y a des bar­rages et des con­trôles sur presque chaque route. Des policiers, des mil­i­taires, des mili­ciens chi­ites ou sun­nites, cha­cun veut tout con­trôler: le matériel, l’ob­jet du tour­nage, etc. Pour pou­voir filmer, il faut impéra­tive­ment être accom­pa­g­né, et pas seule­ment d’un tra­duc­teur. […] Faire des cours­es, aller tra­vailler, emmen­er ses enfants à l’é­cole, chaque geste quo­ti­di­en est dan­gereux. A cause des atten­tats bien sûr, mais aus­si des enlève­ments cra­puleux. Il y en a une ving­taine par mois. Il faut pay­er une rançon pour être libéré. Après 23 années de dic­tature Sad­dam Hussein,10 années de guerre, et deux ans après le départ des améri­cains, les Irakiens que nous avons ren­con­trés ne pensent même plus à l’avenir. Ils essaient seule­ment de sur­vivre au jour le jour », Geopo­lis, 31 jan­vi­er 2014.

« Il faut que les téléspec­ta­teurs puis­sent non seule­ment choisir les infor­ma­tions qu’ils souhait­ent regarder, voir com­ment on les con­stru­it, mais aus­si inter­venir en direct, pos­er leurs ques­tions aux reporters sur le ter­rain, à celui qui est l’ob­jet du reportage ou à l’in­vité. Ils seront par­tie prenante dans le traite­ment de l’in­for­ma­tion », Antennes, mag­a­zine interne de France Télévi­sions, n°61, févri­er 2016

« Nous voulons dépass­er la cou­ver­ture brute des événe­ments en prenant du recul pour com­pren­dre les com­posantes de l’ac­tu­al­ité, le con­texte, pro­pos­er des analy­ses ancrées davan­tage dans l’ex­pli­ca­tion que dans l’é­mo­tion », ibid.

« Le but fixé par Ernotte, c’est d’être numéro 1 sur le web, qu’on va dop­er avec une offre vidéo colos­sale », Le Canard Enchaîné, 13 juil­let 2016.

Voir aussi

Related Posts

None found

Coronavirus et confinement dans les médias

Le coronavirus est légitimement au centre des analyses des médias. Comment certains essaient-ils encore d'édulcorer les faits ? Comment d'autres sont-ils rattrapés par le principe de réalité ?

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision