Accueil | Portraits | Nathanaël de Rincquesen

Nathanaël de Rincquesen

Une tradition de famille

Nathanaël de Willecot de Rincquesen est né en 1972 à Paris. Comme son père Olivier de Rincquesen, ancien journaliste à Europe 1, il est devenu une figure du PAF (Paysage Audiovisuel Français), et comme son père, il est très lié au monde de l’art et des maisons de vente aux enchères. Par ailleurs, il est le frère de Victoire de Rincquesen, journaliste de BFM Radio.

Ani­ma­teur lisse, Nathanaël de Rinc­que­sen a eu une jeunesse sportive. En 1990, ce licen­cié au Cer­cle d’escrime de Saint-Gra­tien, a été cham­pi­on de France junior par équipe, avec Cyril Fauch­er, Arnaud Labor­de, Frédéric Lev­ilain et Hugues Obry.

Formation

Ancien élève d’Assas (Uni­ver­sité Paris II), diplômé de l’École supérieure de jour­nal­isme de Paris en 1995.

Parcours professionnel

Il débute sa car­rière de jour­nal­iste à la rédac­tion de France 2, au ser­vice Sport pour lequel il suit le Tour de France cycliste et les grandes com­péti­tions inter­na­tionales d’escrime.

En 1997, il inter­vient dans Télé­matin, la mati­nale de la chaîne, comme chroniqueur sport avant de revenir quelques années plus tard à la revue de presse.

Durant l’été 2008, il cou­vre, pour France Télévi­sion, les épreuves d’escrime aux Jeux olympiques d’été de 2008 à Pékin, en com­pag­nie de Jean-François Lam­our. Depuis sep­tem­bre 2008, il présente les jour­naux dans Télé­matin, il assure les édi­tions de 7h et de 8h tan­dis que Sophie Le Saint présente les jour­naux de 6h30, 7h30 et 8h55.

Depuis l’été 2009, il rem­place Élise Lucet à la présen­ta­tion du 13 heures en alter­nance avec Sophie Le Saint.

En 2012, il com­mente aux côtés de Brice Guyart et de Jean-François Lam­our les épreuves d’escrime aux Jeux olympiques d’été de 2012 à Lon­dres sur France Télévi­sions.

Parcours militant

Non ren­seigné.

Publications

Non ren­seigné.

Collaborations

- Sep­tem­bre 2011 : Il par­ticipe au dîn­er de clô­ture du pre­mier Trophée de golf se déroulant au Club du Lys de Chan­til­ly et organ­isé par la mai­son de ventes Europ Auc­tion.

- Avril 2012 : Invité au cock­tail de clô­ture de la semaine de l’expertise organ­isée par Europ Auc­tion.

Ce qu’il gagne

Non ren­seigné.

Il l’a dit

« L’an passé, le ser­vice addic­tolo­gie de l’hôpital Mar­motan — c’est à Paris — a reçu 30 patients en con­sul­ta­tion pour ce genre de prob­lèmes, sou­vent des jeunes qui passent leurs journées der­rière un écran à se goin­fr­er des Meup­worgues, explique le jour­nal. Les Meup­worgues étant le nom bar­bare qui désigne les jeux de rôle en ligne aux­quels on prend part avec d’autres com­pagnons virtuels. » Chronique de Télé­matin du 18 mars 2010 (Nathanaël de Rinc­que­sen prononce “Meup­worgues” pour l’acronyme anglais MMORPG qui sig­ni­fie “mas­sive­ly mul­ti­play­er online role-play­ing game » jeu de rôle mul­ti-joueur se jouant en ligne).

Face au tol­lé et aux rail­leries des inter­nautes, Nathanaël de Rinc­que­sen répond sur son compte Face­book : « Je ne vais pas te men­tir: je ne devais pas employ­er ce mot que je ne maîtrise pas ! C’est une erreur et je suis le seul coupable. J’ai ten­té une recherche sur Wikipé­dia, mais le manque de temps (je ter­mine mes revues de presse par­fois sur le plateau…) m’a empêché de com­pren­dre ce qui se cachait der­rière ces ini­tiales! » (Source)

« Je savais qu’il y avait des gens qui jouaient par­fois un peu trop aux jeux vidéos, je ne suis pas neuneu non plus, mais là, les hos­pi­tal­i­sa­tions, etc… Ca m’a scotché, je suis tombé des nues en voy­ant cette his­toire. (…)“En décou­vrant le sujet, j’ai fait comme tout le monde, je suis allé sur Inter­net. J’ai com­pris que c’était un mot anglais. Mais je ne suis pas là pour l’expliquer en détail. Ce que j’ai com­pris, c’est que c’était l’action de jouer en réseau à des jeux de rôle, expli­ca­tion que j’ai don­né dans la revue de presse. » (Source)

Sa nébuleuse

Europ Auc­tion : Cette société (liq­uidée après juge­ment de févri­er 2014) de ventes aux enchères Paris Drouot fut présidée par Jean-Philippe Dumon­ceau. Selon ce dernier, « l’actionnaire majori­taire d’Europ Auc­tion est un investis­seur et col­lec­tion­neur français rési­dent à Lon­dres. Je suis moi-même action­naire d’Europ Auc­tion dont l’activité me pas­sionne en tant qu’homme d’affaires et ama­teur d’art. Nathalie Ver­mot nous a rejoints en tant que com­mis­saire-priseur habil­itée. Elle était précédem­ment clerc prin­ci­pal chez Ver­sailles enchères. Nous tra­vail­lons égale­ment en col­lab­o­ra­tion avec le com­mis­saire-priseur parisien Dominique Giaf­feri, notre troisième action­naire. Parce qu’il est déten­teur de parts de Drouot hold­ing, il nous per­met de ven­dre à Drouot. » (Source)

Son frère, Olivi­er de Rinc­que­sen. Il débute comme jour­nal­iste de radio, en 1971, aux côtés de Jean-François Kahn, alors chroniqueur sur Europe 1. En 1978, il par­ticipe, aux côtés d’Anne Sin­clair, aux inter­views télévisées réal­isées dans le cadre des élec­tions. Dans les années 1980, il présente les jour­naux du matin et assure en 1981 la tranche 7h-9h avec Brigitte Morisan sur Europe 1. Dans les années 1990, il devient l’un des jour­nal­istes de la rédac­tion les plus en vue de la radio. Dans les années 2000, Olivi­er de Rinc­que­sen a égale­ment tra­vail­lé à France Inter. Il ani­me l’émission “Adjugé” sur LCI en 2007 et 2008 et l’émission ” Chercheurs d’art” sur BFM busi­ness. Il se définit comme un col­lec­tion­neur, « un accu­mu­la­teur, un com­pul­sive-buy­er, comme dit une galeriste con­nue des quartiers chics. » (Source)

Crédit pho­to : cap­ture d’écran France 2

Ce portrait a été financé par les donateurs de l’OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l’Observatoire du jour­nal­isme, c’est con­tribuer au développe­ment d’un out­il indépen­dant, libre­ment acces­si­ble à tous et à votre ser­vice.

Notre site est en effet entière­ment gra­tu­it, nous refu­sons toute pub­lic­ité et toute sub­ven­tion — ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépen­dance. En don­nant 100 € vous financez un por­trait de jour­nal­iste et avec l’avan­tage fis­cal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En don­nant 200 € vous financez un dossier. Vous pou­vez régler par CB, par Pay­Pal, par chèque ou par vire­ment. Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim ! Nous n’avons pas d’autres sources de finance­ment que nos lecteurs, d’avance mer­ci pour votre sou­tien.

34% récolté
Nous avons récolté 682€ sur 2.000€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Téléchargez l’application

L'Ojim sur iTunes Store